Mer­cedes : 26 mo­dèles et on compte tou­jours

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - AUTO - JaCques Du­val jacques.du­val@que­be­cor­me­dia.com

D’un construc­teur au­to­mo­bile ma­jo­ri­tai­re­ment consa­cré à la créa­tion de voi­tures de luxe et de très grand luxe, Mer­cedes-Benz s’est dé­mo­cra­ti­sé au fil des an­nées pour de­ve­nir la marque pos­sé­dant le plus grand nombre de mo­dèles sur le mar­ché, à la seule ex­cep­tion de General Mo­tors.

Plus que Ford ou Toyo­ta, contes­te­rez­vous? Oui, chers lec­teurs. Un dé­compte ra­pide per­met d’iden­ti­fier plus de 30 va­riantes des pro­duits de la marque al­le­mande, de la lil­li­pu­tienne Smart à la li­mou­sine de Classe S à bord de la­quelle se dé­placent les fausses comme les vé­ri­tables som­mi­tés de ce monde.

De 241 à 469 che­vaux

Ar­rê­tons-nous cette se­maine à la Mer­cedes qui a le plus contri­bué à l’ex­pan­sion du ma­nu­fac­tu­rier ger­ma­nique, la po­pu­laire Classe C qui joue no­tam­ment le rôle de voi­ture taxi dans la plu­part des grandes villes de l’uni­vers.

De taille moyenne et d’un prix dans les mêmes eaux, la Classe C connaît un suc­cès sans pré­cé­dent de­puis l’avant-der­nier mo­dèle de la sé­rie, in­tro­duit en 2008. Re­ma­niée de­puis, cette Mer­cedes est dé­cli­née en quatre ver­sions: ber­line, cou­pé, ca­brio­let et, l’apo­théose de cette gamme, la fa­bu­leuse C63, une spor­tive par­ti­cu­liè­re­ment ai­gui­sée.

Mais, soyons plus réa­listes en nous at­tar­dant au mo­dèle le plus po­pu­laire qu’est la ber­line 4 portes C 300 of­ferte à un prix de dé­part de 44 000 $, in­cluant la trac­tion in­té­grale. Bien qu’une voi­ture de ce rang semble mé­ri­ter mieux qu’un mo­teur à 4 cy­lindres, le 2 litres tur­bo qui siège sous le ca­pot est l’un des meilleurs mo­teurs pré­sen­te­ment pro­po­sés et ses 241 che­vaux ne donnent ja­mais l’im­pres­sion d’être à la traîne. Mais, juste au cas où vous ayez le pied droit un peu lourd, cette Classe C peut re­ce­voir un V6 de 342 che­vaux, ce qui lui vaut de de­ve­nir la C43.

La chasse aux Tes­La

Et si vous dé­si­rez res­ter dans le sillage d’une Tes­la P90D, son­gez à la C63 qui em­ma­ga­sine 469 che­vaux et un vaste équi­pe­ment pour lui gar­der les quatre roues sur terre. Toutes ces mo­to­ri­sa­tions font bon mé­nage avec une trans­mis­sion à 7 rap­ports G-Tro­nic dont le temps de pas­sage des vi­tesses est ra­pide comme l’éclair.

Au re­gard, cette Classe C s’est af­fa­die avec des lignes qui s’éloignent de la com­pa­ci­té que re­flé­tait le mo­dèle pré­cé­dent. Comme tou­jours, c’est af­faire de goût et la pré­sen­ta­tion in­té­rieure mé­rite plus d’at­ten­tion puisque c’est elle que l’on voit sans cesse une fois au vo­lant.

On a af­faire à un mé­lange de chrome, d’alu­mi­nium et de plas­tique lus­tré. On s’éloigne de la so­brié­té des an­ciennes ber­lines de Mer­cedes pour un look plus clin­quant qui plaît sans doute à la clien­tèle vi­sée. Une chose est sûre, et c’est que la fi­ni­tion ne sup­porte au­cune cri­tique. Le jo­li pe­tit vo­lant contraste avec ceux des an­ciennes voi­tures de la marque qui n’étaient pas loin de vo­lants d’au­to­bus.

Les sièges mé­ri­te­raient la note de pas­sage si ce n’était de leur fer­me­té bien ger­ma­nique et sur­tout de ce res­ser­re­ment au­to­ma­tique plu­tôt dé­plai­sant.

Pro­Grès noTaBLes

À l’ar­rière comme à l’avant, l’es­pace au­tre­fois ra­ris­sime dans ces ber­lines com­pactes a fait des pro­grès notables. Les ran­ge­ments ne font pas dé­faut et la vi­si­bi­li­té bé­né­fi­cie de la ca­mé­ra de re­cul ren­due ré­cem­ment obli­ga­toire et dé­sor­mais un ac­quis pré­cieux qui sau­ve­ra des bles­sures graves, si­non des vies.

Sur la route, la C400 est par­ti­cu­liè­re­ment ras­su­rante, une qua­li­té in­née chez le construc­teur al­le­mand. La te­nue de cap est tou­te­fois af­fec­tée de temps à autre par le cor­rec­teur de tra­jec­toire qui cause un lé­ger lou­voie­ment, comme si l’élec­tro­nique pre­nait le des­sus sur le conduc­teur. Ce qui me porte à m’in­ter­ro­ger sur l’à-pro­pos de tous ces sys­tèmes de pré­ven­tion. J’au­rais pré­fé­ré net­te­ment une meilleure qua­li­té de l’éclai­rage en conduite noc­turne.

Quelle que soit la mo­to­ri­sa­tion en­vi­sa­gée, la Mer­cedes de Classe C est une belle réus­site qui offre per­for­mance, sé­cu­ri­té et fia­bi­li­té, bien que la marque se soit vu pé­na­li­ser à ce der­nier cha­pitre dans les son­dages des der­nières an­nées. Avec un tel nombre de mo­dèles, cette di­lu­tion a en­traî­né un re­cul

de la qua­li­té.

La plus ré­pan­due des Mer­cedes, la classe C ici dans sa ver­sion C63 ul­tra-per­for­mante.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.