Une al­lure d’en­fer POUR LE P’TIT NOU­VEAU

TOYO­TA C-HR 2018

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC MER­CIER Col­la­bo­ra­tion spéciale

Le voi­ci fi­na­le­ment, le C-HR 2018. De l’avant jus­qu’à l’ar­rière, on a af­faire à un vé­hi­cule to­ta­le­ment dé­jan­té. Et comme si ce n’était pas as­sez, on nous le pro­pose avec des cou­leurs bien vi­vantes!

Il n’y a pas à dire, c’est un loup so­li­taire dans la fa­mille Toyo­ta. Re­gar­dez-le de tous les angles, vous ver­rez bien qu’on est à des an­nées-lu­mière de la bonne vieille Co­rol­la.

Et après des mois d’at­tente, il s’ap­prête en­fin à faire son ar­ri­vée chez les conces­sion­naires qué­bé­cois. Et on a pu mettre la main des­sus pour une pe­tite vi­rée dans les Lau­ren­tides.

SOUS LE CA­POT

Pre­mier constat: si le C-HR se dé­marque par un de­si­gn ex­plo­sif, sa conduite, elle, s’avère beau­coup plus conven­tion­nelle.

Ani­mé par un bloc à quatre cy­lindres de 2,0 litres, le C-HR (pour Com­pact High Ri­der) pro­pose une écu­rie de 144 che­vaux et un couple de 139 livres-pieds. Rien pour écrire à sa mère.

Construit à par­tir de la même pla­te­forme que la Prius, le C-HR est aus­si com­mer­cia­li­sé en ver­sion hy­bride sur le mar­ché eu­ro­péen. Pas en Amé­rique, tou­te­fois.

Bref, toutes les ver­sions se re­trouvent équi­pées du même mo­teur.

Et de la même trans­mis­sion, aus­si; une au­to­ma­tique à va­ria­tion conti­nue.

Les ac­cé­lé­ra­tions se font plu­tôt ti­mides, sur­tout à par­tir de zé­ro. Le C-HR se rat­trape avec une conduite sur­pre­nante, gra­cieu­se­té d’un centre de gra­vi­té as­sez bas et d’une di­rec­tion d’une pré­ci­sion très sa­tis­fai­sante.

Reste qu’avec un tel look, le C-HR ins­pire un com­por­te­ment plus dy­na­mique, voire spor­tif. Or, si vous pre­nez le vo­lant en vous at­ten­dant à de grandes per­for­mances, vous ris­quez d’être dé­çus.

En com­pa­rai­son au Hon­da HR-V ou au Jeep Re­ne­gade, tou­te­fois, on se po­si­tionne dans la moyenne. Même chose pour la consom­ma­tion d’es­sence com­bi­née ville/route de 8,2 L/100 km.

À l’in­té­rieur, l’ha­bi­tacle se veut pas mal plus clas­sique que le de­si­gn ex­té­rieur. La po­si­tion de conduite est ap­pré­ciable, même si la vi­si­bi­li­té la­té­rale est quelque peu am­pu­tée par la ligne fuyante du vé­hi­cule.

Les pas­sa­gers ar­rière sont tou­te­fois les plus grandes vic­times de ce de­si­gn. Le toit très bas rend les voyages à l’ar­rière plu­tôt ar­dus. Pour les en­fants, ça va, mais si vous me­su­rez six pieds, vous ris­quez de la trou­ver moins drôle.

L’es­pace du coffre est lui aus­si plu­tôt res­treint, avec un es­pace de char­ge­ment li­mi­té à 538 litres.

QUELQUES LA­CUNES

Oui, ce vé­hi­cule au de­si­gn com­plè­te­ment écla­té est bien un Toyo­ta. Et il au­ra la lourde tâche de faire sa place dans le com­pé­ti­tif cré­neau des VUS sous-com­pacts. Je dis VUS, mais le nou­veau C-HR peut dif­fi­ci­le­ment être ca­té­go­ri­sé ain­si. En dé­ci­dant de ne pas pro­po­ser de rouage in­té­gral, Toyo­ta se pein­ture quelque peu dans un coin.

On nous dit que la ma­jo­ri­té des consom­ma­teurs vi­sés se­ront à l’aise avec les roues mo­trices avant. Et que s’ils tiennent ab­so­lu­ment aux quatre pattes, ils peuvent tou­jours se tour­ner vers le RAV4.

Le hic, c’est que la to­ta­li­té des concur­rents du C-HR pro­posent les quatre roues mo­trices en op­tion. Hon­da HR-V, Nissan Juke, Maz­da CX-3, nom­mez-les. Ça risque de faire mal aux ventes de ce pe­tit nou­veau, sur­tout dans un mar­ché comme le nôtre...

Ce n’est d’ailleurs pas la seule la­cune no­table au nou­veau C-HR. Plu­sieurs com­mo­di­tés qu’on re­trouve par­tout ailleurs dans l’in­dus­trie ne sont pas au me­nu avec ce mo­dèle. Même pas en op­tion. Des exemples? Le toit ou­vrant et le sys­tème de na­vi­ga­tion. Pas moyen de les com­man­der, même pas avec la ver­sion XLE Pre­mium. La connec­ti­vi­té avec les sys­tèmes Apple CarP­lay et An­droid Au­to brille aus­si par son ab­sence. Plu­tôt étrange, pour un vé­hi­cule qui vise une clien­tèle qui ne jure que par son té­lé­phone in­tel­li­gent…

Autre truc plu­tôt cu­rieux: la ca­mé­ra de re­cul est of­ferte de sé­rie, mais au lieu de l’af­fi­cher sur l’écran de 7 pouces (lui aus­si de sé­rie), on nous pro­jette l’image à même le ré­tro­vi­seur, dans un mi­nus­cule pe­tit car­ré. Pas l’idéal…

Au moins, Toyo­ta se rat­trape en pro­po­sant l’en­semble de sé­cu­ri­té ac­tive Sa­fe­ty Sense. De sé­rie, tous les C-HR se­ront ain­si équi­pés de:

Sys­tème pré­col­li­sion avec dé­tec­tion des pié­tons

Sys­tème d’alerte de sor­tie de voie avec as­sis­tance à la di­rec­tion

Feux de route au­to­ma­tiques

Ré­gu­la­teur de vi­tesse adap­ta­tif Ajou­tez à ce­la un to­tal de 10 cous­sins gon­flables, et vous com­pren­drez qu’on n’a pas lé­si­né sur la sé­cu­ri­té.

LA FAC­TURE

Dis­po­nible dès le dé­but du mois de mai, le C-HR 2018 se­ra ven­du à par­tir de 24 690 $.

Pour la ver­sion Pre­mium, à la­quelle on ajoute no­tam­ment des jantes de 18 pouces, des mo­ni­teurs d’angles morts et le dé­mar­rage par bou­ton-pous­soir, il faut comp­ter 1600$ de plus. C’est pas mal plus cher que chez la com­pé­ti­tion. Par exemple, le Hon­da HR-V et le Maz­da CX-3, deux de ses plus grands ri­vaux, sont res­pec­ti­ve­ment dis­po­nibles à par­tir de 21 150 $ et 20 695 $. L’en­semble Sa­fe­ty Sense et la so­lide ré­pu­ta­tion de fia­bi­li­té des pro­duits Toyo­ta sau­ront-ils convaincre les ache­teurs? À vous de voir où sont vos prio­ri­tés.

Comments

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.