La belle ita­lienne qui fait tour­ner les têtes

Al­fa Ro­meo Giu­lia Qua­dri­fo­glio 2017

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC MERCIER Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Après des dé­buts ti­mides avec la spor­tive 4C, le construc­teur tu­ri­nois s’at­taque main­te­nant au mar­ché très concur­ren­tiel des ber­lines com­pactes de luxe avec la Giu­lia.

Et pour ce pre­mier contact avec la nou­velle ba­gnole ita­lienne, c’est la puis­sante ver­sion Qua­dri­fo­glio qu’on a mise à l’es­sai.

Qua­dri­fo­glio, c’est l’équi­valent d’AMG chez Mer­cedes, ou bien de la di­vi­sion M chez BMW. Le nec plus ul­tra de la per­for­mance. Si vous voyez un lo­go de trèfle à quatre feuilles sur une Al­fa, dites-vous que vous n’avez pas af­faire à n’im­porte quoi.

INTIMIDANTE, MAIS PAS TANT QUE ÇA

La Giu­lia Qua­dri­fo­glio ar­rive en Amé­rique du Nord avec d’énormes at­tentes. En se frot­tant à des mo­dèles comme la BMW M3, la Mer­cedes-AMG C 63 et la Ca­dillac ATS-V, la belle ita­lienne se me­sure à de grosses poin­tures. Pas de doute, la barre est haute. Sur­tout avec un prix de base de 87 995 $.

Sous son ca­pot, un mo­teur V6 bi­tur­bo de 2,9 litres dé­ve­loppe un gros to­tal de 505 che­vaux et de 443 livres-pieds de couple. C’est suf­fi­sant pour per­mettre à la Giu­lia Qua­dri­fo­glio de pas­ser de 0 à 100 km/h en moins de 4 se­condes et d’at­teindre une vi­tesse maxi­male de 307 km/h.

C’est aus­si suf­fi­sant pour rendre le vé­hi­cule très in­ti­mi­dant. La voi­ture est belle, elle est puis­sante et elle vaut très cher. Veut veut pas, on com­mence par la ma­ni­pu­ler avec des gants blancs.

Sauf qu’après quelques ki­lo­mètres au vo­lant, on réa­lise que la Giu­lia, même dans sa ver­sion Qua­dri­fo­glio, n’a rien d’une grosse bête dif­fi­cile à ap­pri­voi­ser. Il s’agit plu­tôt d’une voi­ture éton­nam­ment ci­vi­li­sée. Ça en vient même presque dé­ce­vant. À moins de la faire pas­ser en mode «Race», la Giu­lia de­meure ex­ces­si­ve­ment mo­deste. La so­no­ri­té de sa mé­ca­nique se fait à peine en­tendre et son com­por­te­ment rou­tier se rap­proche da­van­tage du luxe que de la spor­ti­vi­té.

Les trois modes de conduite «DNA» (pour Dy­na­mic, Na­tu­ral et All-Wea­ther) per­mettent de chan­ger lé­gè­re­ment les rap­ports de la trans­mis­sion et la ré­ponse de l’ac­cé­lé­ra­teur pour une conduite per­son­na­li­sée. Ça reste tout de même bien sub­til.

Puis, il y a le mode «Race». En le sé­lec­tion­nant, la Giu­lia de­vient car­ré­ment une autre voi­ture. Une voi­ture avec une per­son­na­li­té dia­mé­tra­le­ment op­po­sée.

Tout à coup, le son qui sort de l’échap­pe­ment de­vient digne de ce­lui d’une spor­tive à 100 000 $. La trans­mis­sion et la di­rec­tion de­viennent aus­si pas mal plus agres­sives, et tous les sys­tèmes élec­tro­niques d’aide à la conduite sont au­to­ma­ti­que­ment désac­ti­vés. Là, on conduit un monstre.

C’est ça, l’Al­fa Ro­meo Giu­lia Qua­dri­fo­glio. C’est tout ou rien. Noir ou blanc.

L’ap­proche peut sem­bler sa­li­vante, mais j’au­rais bien ai­mé un mode «Juste mi­lieu», où on pour­rait à la fois pro­fi­ter du son en­ivrant de la Giu­lia en mode Race sans pour au­tant sa­cri­fier tous les sys­tèmes élec­tro­niques.

Ma­ni­fes­te­ment, le mot com­pro­mis ne fait pas par­tie du vo­ca­bu­laire d’Al­fa Ro­meo. Fau­dra s’y faire.

UN DE­SI­GN QUI FAIT TOUR­NER LES TÊTES

On ne peut pas par­ler d’Al­fa Ro­meo sans sou­li­gner son im­pec­cable de­si­gn et sa cé­lèbre ca­landre tri­an­gu­laire. Je ne sais pas trop si c’est sim­ple­ment parce qu’on n’y est pas ha­bi­tué, mais la Giu­lia a le mé­rite de faire tour­ner les têtes.

À son vo­lant, je me suis fait com­pli­men­ter toute la se­maine, des pouces en l’air jus­qu’aux gens qui te­naient ab­so­lu­ment à me pi­quer un brin de ja­sette.

Et je peux les com­prendre. Parce que c’est vrai qu’elle est su­blime, la Giu­lia. Sur­tout dans sa ver­sion Qua­dri­fo­glio, avec ses ma­gni­fiques roues noires, son bec­quet en fibre de car­bone et ses prises d’air sur le ca­pot. Une oeuvre d’art sur quatre roues.

Dans quelques an­nées, on s’ha­bi­tue­ra pro­ba­ble­ment au de­si­gn d’Al­fa sur nos routes, et une Giu­lia n’at­ti­re­ra pas plus l’at­ten­tion qu’une BMW Sé­rie 3. En at­ten­dant, l’as­pect nou­veau­té joue as­su­ré­ment en sa fa­veur.

À l’in­té­rieur, la Giu­lia adopte un de­si­gn épu­ré où la qua­li­té des ma­té­riaux est à peu de chose près ir­ré­pro­chable. Men­tion ho­no­rable au bou­ton de dé­mar­rage du vé­hi­cule, pla­cé à même le vo­lant. On se croi­rait dans une F1!

Pour le reste, à peu près toutes les com­mandes passent par une gi­gan­tesque rou­lette pla­cée à même la console cen­trale. Le sys­tème d’in­fo­di­ver­tis­se­ment est d’une convi­via­li­té ac­cep­table et on s’y ha­bi­tue plu­tôt ra­pi­de­ment.

DES MO­DÈLES MOINS ONÉ­REUX

La Qua­dri­fo­glio fait rê­ver, mais les ventes de la Giu­lia se­ront prin­ci­pa­le­ment concen­trées sur des mo­dèles moins oné­reux. C’est in­évi­table.

Of­ferte à par­tir de 48 995 $, la Giu­lia «or­di­naire» fait ap­pel à un mo­teur tur­bo­com­pres­sé de quatre cy­lindres, dont la puis­sance est éva­luée à 280 che­vaux. Des rouages à deux ou à quatre roues mo­trices sont pro­po­sés, alors que la Qua­dri­fo­glio vient obli­ga­toi­re­ment avec les roues mo­trices ar­rière.

Quelle que soit la ver­sion, l’Al­fa Ro­meo Giu­lia est équi­pée d’une trans­mis­sion au­to­ma­tique à huit rap­ports. Des concur­rents comme la BMW Sé­rie 3 ou la Ca­dillac ATS offrent tou­jours une op­tion de boîte ma­nuelle, mais Al­fa n’a pas ju­gé bon de l’ins­crire à son ca­ta­logue. Dom­mage, sur­tout quand on sait que le mar­ché eu­ro­péen y a droit.

Là où Al­fa Ro­meo de­vra convaincre son au­di­toire, c’est au cha­pitre de la fia­bi­li­té. Comme la Giu­lia est un tout nou­veau mo­dèle, on peut dif­fi­ci­le­ment se pro­non­cer sur le long terme. Sauf qu’Al­fa Ro­meo a une ré­pu­ta­tion exé­crable en la ma­tière, et ça dure de­puis trop long­temps.

De toute fa­çon, l’Al­fa Ro­meo Giu­lia n’est pas une voi­ture qu’on achète avec sa tête. C’est un vé­hi­cule qu’on choi­sit avec le coeur. L’émo­tion par des­sus la rai­son. C’est aus­si ça, la Giu­lia. Sur­tout dans sa ver­sion Qua­dri­fo­glio.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.