Une cure de jou­vence TRÈS RÉUS­SIE

Acu­ra TLX 2018

Le Journal de Quebec - Autonet.ca - - LA UNE - FRÉ­DÉ­RIC MER­CIER Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Grâce à une nou­velle de­van­ture net­te­ment plus agres­sive, l’Acu­ra TLX pro­pose en­fin un de­si­gn qui peut fi­na­le­ment se me­su­rer à ce­lui de ses ri­vales di­rectes que sont la Mer­cedes-Benz Classe C, l’In­fi­ni­ti Q50 et la BMW Sé­rie 3, pour ne nom­mer que celles-là.

Mais au-de­là des ap­pa­rences, l’Acu­ra TLX de­meure sen­si­ble­ment la même ber­line de­puis ses dé­buts en 2015. Sans fla­fla, Acu­ra pro­pose un vé­hi­cule certes in­té­res­sant, mais qui manque tou­jours cruel­le­ment de per­son­na­li­té quand on le com­pare à ses com­pé­ti­teurs.

UNE VER­SION A-SPEC QUI FAIT DU BIEN

Vi­si­ble­ment consciente du pro­blème, Acu­ra cor­rige par­tiel­le­ment la si­tua­tion en 2018 avec une image pas mal plus en­voû­tante. Ins­pi­rée du concept Pre­ci­sion qu’on avait pré­sen­té au Sa­lon de l’Au­to de Dé­troit en 2016, la TLX re­çoit une vé­ri­table cure de jeu­nesse. Du moins, en ap­pa­rence.

La nou­velle ver­sion A-Spec per­met aus­si à Acu­ra d’es­pé­rer pou­voir at­ti­rer une plus vaste clien­tèle dans ses conces­sions ; avec des roues de 19 pouces, des prises d’air la­té­rales, un dif­fu­seur ar­rière et plu­sieurs autres dé­tails es­thé­tiques qui donnent à la TLX un peu plus d’at­ti­tude.

Of­ferte au­tant avec le mo­dèle à quatre cy­lindres qu’avec la ver­sion à mo­teur V6, la gamme A-Spec in­tègre aus­si des amor­tis­seurs au ré­glage plus ri­gide ain­si qu’une di­rec­tion élec­trique ajus­tée pour être plus ferme et plus di­recte.

Le mo­dèle que nous avions à l’es­sai pour une se­maine était jus­te­ment do­té de l’en­semble A-Spec, et le com­por­te­ment rou­tier dif­fère ef­fec­ti­ve­ment de ce­lui des autres ver­sions de la TLX. Sauf que ce ne sont pas seule­ment les ver­sions A-Spec qui au­raient dû bé­né­fi­cier de cette mise à jour. C’est toute la gamme de la TLX qui en avait be­soin.

À l’in­té­rieur, la TLX bé­né­fi­cie aus­si d’une pe­tite mise à jour es­thé­tique qui ne lui fait cer­tai­ne­ment pas de tort. Mal­heu­reu­se­ment, Acu­ra ne s’est pas en­core dé­bar­ras­sée de ce sys­tème d’af­fi­chage à deux écrans dont les com­mandes sont d’une com­plexi­té ab­surde. Plu­sieurs construc­teurs au­to­mo­biles nous ont dé­jà prou­vé qu’on peut rendre le ma­nie­ment d’un tel sys­tème fa­cile pour l’uti­li­sa­teur, mais Acu­ra s’en­tête à of­frir l’une des pires in­ter­faces de l’in­dus­trie. Il est vrai­ment temps que ça change.

Au moins, le sys­tème en ques­tion est dé­sor­mais com­pa­tible avec Apple CarP­lay et An­droid Au­to. C’est tou­jours bien mieux que rien.

DEUX MO­TEURS, DEUX CONFIGURATIONS

Sur la route, l’Acu­ra TLX n’a pas la vi­gueur de ses ri­vales. Du moins, de la ma­jo­ri­té d’entre elles. Tou­te­fois, la ber­line ja­po­naise se dé­marque par un ni­veau de confort plus qu’ap­pré­ciable. L’in­so­no­ri­sa­tion a été re­vue pour 2018, et ça pa­raît. Même à haute vi­tesse, l’ha­bi­tacle de la TLX est d’une tran­quilli­té dé­con­cer­tante.

L’Acu­ra TLX de­meure une ber­line qu’on sent lourde, par­fois hé­si­tante. Même avec le mo­teur V6 de 290 che­vaux, la trans­mis­sion au­to­ma­tique à neuf rap­ports ne semble pas tou­jours sa­voir sur quel pied dan­ser, et ça peut de­ve­nir éner­vant.

Dans sa ver­sion de base, la TLX conti­nue de faire ap­pel à un mo­teur à quatre cy­lindres de 2,4 litres dé­ve­lop­pant 206 che­vaux et 182 livres-pied de couple. Avec cette mé­ca­nique, Acu­ra a dé­ci­dé d’y al­ler avec une trans­mis­sion dif­fé­rente qui compte un rap­port de moins que celle ju­me­lée au V6.

Les deux mé­ca­niques viennent aus­si avec des rouages propres à cha­cune. Alors que les ver­sions à quatre cy­lindres sont au­to­ma­ti­que­ment en­traî­nées par les roues avant, toutes les TLX à mo­teur V6 font plu­tôt ap­pel à un rouage in­té­gral. Jus­qu’à l’an der­nier, Acu­ra pro­po­sait aus­si une ver­sion à deux roues mo­trices avec son mo­teur V6,

mais on a éli­mi­né cette pos­si­bi­li­té pour 2018. Pas as­sez de de­mande, faut croire.

Acu­ra se rat­trape tou­te­fois en ren­dant son groupe tech­no­lo­gique Acu­raWatch of­fert de sé­rie sur toutes les ver­sions de la TLX. Avec des sys­tèmes d’aide à la conduite comme l’alerte de col­li­sion fron­tale, l’aide au main­tien de voie, le ré­gu­la­teur de vi­tesse adap­ta­tif et le frei­nage d’ur­gence au­to­ma­tique, Acu­raWatch re­hausse as­su­ré­ment la sé­cu­ri­té à bord. Et la dé­mo­cra­ti­sa­tion de son uti­li­sa­tion ne peut qu’être ac­cueillie à bras ou­verts.

En com­pa­rai­son avec une BMW Sé­rie 3 ou même une Mer­cedes-Benz Classe C, la TLX conserve tout de même des la­cunes dif­fi­ciles à jus­ti­fier, prin­ci­pa­le­ment en ma­tière de com­por­te­ment rou­tier. Heu­reu­se­ment, son confort au-des­sus de la moyenne et son prix très com­pé­ti­tif nous per­mettent de le lui par­don­ner, du moins par­tiel­le­ment.

À un prix de dé­part de 35 990 $, la TLX peut ef­fec­ti­ve­ment être ten­tante. Même avec le mo­teur V6 et le rouage in­té­gral, la fac­ture de 40 990 $ de­meure bien en de­çà du prix de dé­part de la Mer­cedes-Benz Classe C ou d’une BMW Sé­rie 3.

Si la TLX ne réus­sit pas à vous prendre par les sen­ti­ments, peut-être réus­si­ra-t-elle au moins à char­mer votre por­te­feuille.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.