MANON LEBLANC

Le Journal de Quebec - CASA - - LA UNE - À TABLE AVEC THIER­RY Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

De­si­gner-sty­liste connue du monde té­lé­vi­suel qué­bé­cois de­puis plus dix ans, Manon est une ex­perte du de­si­gn d’in­té­rieur et de cui­sines, plus par­ti­cu­liè­re­ment.

Il faut dire, me sou­ligne-t-elle, que la cui­sine est de­ve­nue au fil du temps un des lieux les plus im­por­tants dans la mai­son. «En fait, elle le re­de­vient et c’est un bon­heur, car tu y passes beau­coup de temps. Si cet es­pace est bien amé­na­gé, avec de bons ma­té­riaux du­rables et qu’en plus, c’est pra­tique et er­go­no­mique, tu y pas­se­ras de nom­breuses heures de plai­sir».

Oh que je suis d’ac­cord avec toi Manon… Vive la cui­sine, le lieu et ce qu’il y a dans l’as­siette!

Q Je sais, Manon, que tu es une amou­reuse de res­tau­rants, tu y es tout le temps. Qu’est-ce que qui te pas­sionne dans le monde de la res­tau­ra­tion?

R «Comme beau­coup, au­jourd’hui, on va au res­tau­rant pour bien man­ger, mais pas seule­ment pour ça, on y va aus­si pour vivre une ex­pé­rience com­plète. Il faut que ce soit bon, que le dé­cor soit har­mo­nieux, le ser­vice agréable et pro­fes­sion­nel, avec une belle carte des vins… C’est ce que j’aime le plus dans les res­tau­rants d’au­jourd’hui, lors­qu’au­cun as­pect de l’ex­pé­rience n’a été bâ­clé, que tout a été pen­sé. Alors, là, je suis com­blée et cer­tains res­tau­rants m’épatent. Avant, tu avais un beau res­tau­rant sans bonne cui­sine, main­te­nant ceux qui veulent avoir des décors ex­tra­or­di­naires em­bauchent de très bons chefs, ce­la donne souvent, un ex­cellent ré­sul­tat.»

Q Toi, Manon, tu ai­me­rais si­gner le dé­cor d’un res­tau­rant, d’un hô­tel ici ou ailleurs?

R «Il m’arrive en­core de faire des com­mandes pour des par­ti­cu­liers et j’y mets tout mon amour, mais ce­la de­vient de plus en plus rare de me li­bé­rer puisque mes émis­sions à Ca­nal Vie prennent beau­coup de mon temps. En plus, je suis aus­si pro­duc­trice pour des jeunes de ta­lents, mais, si l’oc­ca­sion se pré­sente, c’est sûr que j’ado­re­rais ça. Ça com­bi­ne­rait mes deux pas­sions, le

de­si­gn et la cui­sine.»

Q Par­lons cui­sine, de l’as­siette, pas du lieu. Qu’est-ce que tu aimes plus que tout?

R

«Oh, mon Dieu! Tes lec­teurs vont me trou­ver bi­zarre, cer­tains ont des cel­liers à vin, moi, je pour­rais rem­plir un cel­lier avec mes bou­teilles d’huile d’olive. Je suis une ma­niaque, j’en mets par­tout et j’en ra­mène à chaque voyage, en­core der­niè­re­ment d’Ita­lie. Je me prends un pe­tit mor­ceau de pain avec un pe­tit peu d’huile d’olive et ce­la me comble de bon­heur.»

Q

Tu aimes quoi d’autre? R «Je suis un peu ita­lienne, alors toute la cui­sine ita­lienne, mé­di­ter­ra­néenne me comble. Les pois­sons, les fruits de mer, les lé­gumes grillés, très peu de viande et une tonne de fro­mage. Sans blague, je ne suis pas des­serts, mais le fro­mage, je ne peux pas m’en pas­ser. Ah oui, aus­si, je suis ac­cro aux ar­ti­chauts, j’en fais des cures tel­le­ment j’aime ça.»

Q

Ta gour­man­dise cou­pable? R «Avec une de mes équipes de té­lé, on a un ri­tuel avec les chips pour la table de collation. C’est de­ve­nu une blague sa­vou­reuse entre nous.»

Q

Tes bonnes adresses?

R «Le Serpent, Le Fi­let et Bou­lud à Mon­tréal. Tao à New York. » Notre ren­contre a eu lieu au res­tau­rant Le Serpent

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.