5 MAGNUMS À OU­VRIR EN GROSSE GANG

Le Journal de Quebec - CASA - - SAVEURS - PA­TRICK DÉSY Col­la­bo­ra­tion spé­ciale jdem.com/blogues/ me­chants­rai­sins

S’il existe un do­maine où « plus gros » rime avec « meilleur », c’est bien dans ce­lui du for­mat des bou­teilles. Im­po­sant et ré­jouis­sant de na­ture, le ma­gnum – qui équi­vaut à deux bou­teilles de 750 ml – est sans doute la plus belle in­ven­tion de­puis celle du vin !

Mais on ouvre ça quand un ma­gnum? Un vi­gne­ron m’a dé­jà dit en plai­san­tant que c’était le for­mat mi­ni­mum lors­qu’on veut boire une bonne bou­teille à deux. Pas faux. De ma­nière plus pra­tique, si vous êtes six convives ou plus à la table, le mag est sou­vent une bonne op­tion, sur­tout si vous sou­hai­tez ser­vir le même vin à chaque ser­vice. En plus d’être fes­tif, le ma­gnum re­pré­sente sou­vent une meilleure af­faire dans la me­sure où il est plus éco­no­mique d’ache­ter un ma­gnum que deux bou­teilles. C’est ce­pen­dant moins vrai pour les vins haut de gamme. Parce qu’ils vieillissent plus len­te­ment et, donc, qu’ils res­tent jeunes plus long­temps, les grands crus en gros for­mats se vendent un peu plus cher. Au mo­ment d’écrire ces lignes, on trou­vait à la SAQ 171 ré­fé­rences en ma­gnum. Je vous en pro­pose cinq à mettre sur votre liste d’épi­ce­rie pour votre pro­chain sou­per en grosse gang.

Bu­vez moins. Bu­vez mieux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.