La mai­son mo­du­laire

La mai­son mo­du­laire vous offre un look unique à prix abor­dable. Que vous ha­bi­tiez à Val-d’or, à Sept-îles et même à l’ex­té­rieur de la pro­vince, on vous la livre di­rec­te­ment sur votre ter­rain. Por­trait d’une ré­si­dence qui fait son che­min !

Le Journal de Quebec - Immo - - LA MAISON DE LA SEMAINE - Na­dia BER­GE­RON

Comme son nom l’in­dique, la mai­son mo­du­laire est com­po­sée de mo­dules. Se­lon le choix du bâ­ti­ment, vous pour­riez en avoir deux pour un plain-pied ou quatre pour un cot­tage. Les di­men­sions va­rient, mais avec la ré­gle­men­ta­tion sur la route concer­nant le trans­port, la lar­geur d’un mo­dule ne peut pas dé­pas­ser 16 pieds. « On pour­rait ain­si avoir une ha­bi­ta­tion de 2 fois 16 pieds sur 40 pieds de lon­gueur, ce qui don­ne­rait une sur­face de 1200 pieds car­rés », ex­plique Re­né Gi­guère, di­rec­teur des ventes et mar­ke­ting pour le Groupe Pro-fab. Des condo­mi­niums peuvent éga­le­ment être construits dans le for­mat mo­du­laire, de même que des mai­sons en ran­gée, des ga­rages et des lo­ge­ments ré­si­den­tiels. Il s’agit d’une de­meure per­son­na­li­sable, alors à cha­cun son style !

Amé­na­ger son mo­dule

L’amé­na­ge­ment de chaque mo­dule est mo­di­fiable, mais en gé­né­ral, on re­trouve les aires de vie d’un cô­té, comme la cui­sine et la salle à man­ger. Elles sont ali­gnées au sa­lon qui se trouve dans l’autre mo­dule. Dans chaque par­tie, il y a une chambre à cou­cher et une salle de bain si­tuée près de la plus pe­tite chambre. « On pour­rait avoir une troi­sième chambre à cou­cher avec une di­men­sion de 44 pieds de lon­gueur en­vi­ron », sou­tient M. Gi­guère.

Une fois que vous avez choi­si votre mai­son en ma­ga­sin, par­mi plus de 150 mo­dèles, vous pou­vez ap­por­ter des pe­tites mo­di­fi­ca­tions se­lon vos pré­fé­rences. Il est pos­sible de mettre le bain près de la douche, sur le cô­té, au lieu d’être face à la fe­nêtre. Ou en­core, vous pou­vez chan­ger les ar­moires en « U » pour un style la­bo­ra­toire avec un walk-in comme garde-man­ger. Vous dé­si­rez agran­dir les fe­nêtres ? Pour­quoi pas ? Pour vous ai­der, des tech­no­logues, des cui­si­nistes et des dé­co­ra­trices vous ai­de­ront à faire votre choix…

Fon­da­tion ou pieux ?

Lorsque les mo­dules sont li­vrés sur votre ter­rain, on les fait glis­ser sur une fon­da­tion, un vide sa­ni­taire ou sur des pieux. Idéa­le­ment, il est pré­fé­rable de creu­ser une fon­da­tion pour ob­te­nir da­van­tage d’es­pace afin d’amé­na­ger un sous-sol. Si vous op­tez pour les pieux, le plan­cher en des­sous de­vra être bien iso­lé et si c’est un vide sa­ni­taire, vous au­rez en­vi­ron 5 pieds de pro­fon­deur. Mais en prin­cipe, les gens choi­sissent d’am­pli­fier leur mai­son avec la construc­tion d’une fon­da­tion.

Pour bien at­ta­cher les mo­dules en­semble, on pro­cède à un rac­cord de me­nui­se­rie : « Après avoir glis­sé les deux mo­dules, on fait une mise à ni­veau sur la fon­da­tion pour être cer­tain que tout est bien ali­gné », si­gnale M. Gi­guère. Entre la fon­da­tion et les mo­dules, l’iso­lant doit être par­fai­te­ment her­mé­tique. Le pour­tour du plan­cher est iso­lé au sty­ro­foam et on met de l’uré­thane à plu­sieurs en­droits.

En­suite, on monte les pentes de toit. « Lors­qu’on cir­cule sur la route, nos fermes de toit ont des pen­tures, alors on vient les le­ver tout sim­ple­ment une fois sur place », di­til. Cette étape est ra­pide, car la toi­ture est dé­jà in­té­grée au bâ­ti­ment. Le prin­cipe d’ins­tal­la­tion est sem­blable pour un cot­tage, mais on place deux mo­dules au rez-de-chaus­sée et deux autres par-des­sus.

Des mo­dules secs et so­lides !

Les prix des mai­sons sont va­riables, mais pour un plain-pied stan­dard, avec un peu de luxe, vous pour­riez dé­bour­ser en­vi­ron entre 150 000 $ et 160 000 $. Il n’y a pas de sur­prise : tout est cal­cu­lé se­lon votre bud­get et vos choix, que ce soit pour un couvre-plan­cher en cé­ra­mique, des lu­mi­naires, l’ha­billage de fe­nêtres, etc. Même votre bal­con en bé­ton se­ra li­vré à do­mi­cile pour com­plé­ter votre amé­na­ge­ment.

En ce qui concerne l’élec­tri­ci­té et la plom­be­rie, un pré­rac­cord est ef­fec­tué en usine : « Pour l’élec­tri­ci­té, tous les fils sont dé­jà pas­sés dans les murs. On les ra­mène près de la boîte élec­trique et on vient les bran­cher par la suite », illustre M. Gi­guère.

Puisque les pro­prié­tés sont con­çues à l’in­té­rieur d’une usine, le bois n’est pas sou­mis aux in­tem­pé­ries et il est sé­ché à 85 % afin d’of­frir une sta­bi­li­té ac­crue. De plus, à cause du trans­port, les mo­dules sont da­van­tage ro­bustes et ré­sis­tants : « Au lieu de mettre des clous, on uti­lise des vis plus longues dans du bois so­lide », ajoute-t-il. On s’as­sure ain­si que la ré­si­dence de­meure in­tacte d’un bout à l’autre de la li­vrai­son. Les belles routes de la pro­vince étant sou­vent en piètre état, la mai­son doit te­nir le coup pen­dant le voyage !

Cré­dits : Le Groupe Pro-fab www.pro­fab.ca

La mai­son mo­du­laire est per­son­na­li­sable se­lon vos goûts et votre bud­get.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.