UNE ÉCOLE DANS UN LIEU SAINT

L’his­toire de l’im­plan­ta­tion de l’École de cirque de Qué­bec sou­lève un bel exemple de ré­cu­pé­ra­tion d’église!

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS - — P ie r r e O .N adeau

Le 23 juin 2001 a eu lieu la der­nière messe à l’église SaintEs­prit. Il en coû­tait 100 $ par jour en frais d’en­tre­tien du bâ­ti­ment uti­li­sé à peine cinq heures par se­maine. Des ré­pa­ra­tions ur­gentes (ma­çon­ne­rie, toi­ture, ex­ca­lier ex­té­rieur) com­man­daient un dé­bour­sé de 600 000 $.

En 2000, une étude de fai­sa­bi­li­té com­man­dée par l’École de cirque de Qué­bec et le Cirque Eos, et réa­li­sée par l’ar­chi­tecte Ber­nardSerge Ga­gné, re­com­mande ce lieu.

Le 27 juin 2001, l’École de cirque de Qué­bec dé­pose une pro­messe d’achat de l’église à la fa­brique Notre-Dame-de-Roca­ma­dour au mon­tant de 20 000 $, ex­cluant l’orgue, les bancs, les cloches et les sta­tues.

Le coût to­tal du pro­jet : 2 650 000 $, as­su­mé en grande par­tie par les trois ordres de gou­ver­ne­ment, lais­sant une part de 156 000 $ à l’École de cirque, or­ga­nisme sans but lu­cra­tif.

En plus de ré­cu­pé­rer un lieu ju­gé pa­tri­mo­nial, le pro­jet a ame­né la mise en place d’un équi­pe­ment unique pour tout l’est du Qué­bec, en plus d’en­cou­ra­ger la ré­ten­tion des ar­tistes à Qué­bec.

En 2007-2008, le gou­ver­ne­ment du Qué­bec a ver­sé 14 mil­lions de dol­lars en sub­ven­tions pour des tra­vaux de res­tau­ra­tion dans 103 bâ­ti­ments re­li­gieux.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.