Une au­teure qui a du­mor­dant!

LosAngeles—Iln’exis­te­rien­de­plus im­pré­vi­si­ble­qu’un­rê­veouun cau­che­mar.Les­rê­ves­vien­nentde par­tou­tet­de­nul­le­part.Pour Ste­phe­nieMeyer,l’au­teu­re­de­la­sé­rie de­qua­tre­ro­mansde Twi­light,le rêve quil’ahap­pée­pa­ru­ne­nuitde2003l’a ri­vée­dès­son­le­verà­so­nor­di­na­teur.Sa vie(réel

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Da­nielRioux LeJour­nal

« Per­son­ned’au­tre­que­moi­ne­de­vait­li­rece que­je­me­suis­mi­seàé­cri­reen­me­le­vantce ma­tin-là. J’écri­vais pour moi, fré­né­ti­que­ment,par­ce­que­toutm’ap­pa­rais­saitd’une telle co­hé­rence. Pour­tant, je ne m’étais ja­mai­sin­té­res­séeaux­his­toi­res­de­vam­pires et mon seul au­di­toire, c’était mes trois jeunes en­fants et ma seule car­rière, c’était être leur mère. J’avais 29 ans. »

Deuxan­née­sa­près­ce­rê­vei­nex­pli­cable, Meye­rac­cou­ched’un­ro­man.Tant­de­mot­set d’idées­sur­pa­pier­qu’el­le­sou­met­le­ma­nus­crit à une quin­zaine de mai­sons d’édi­tion. Qua­tor­ze­non,unoui.« J’aié­té­chan­ceuse. »

Sa­vie­chan­ge­ra­di­ca­le­ment.Le­pre­mier ro­man, Twi­light ( Fas­ci­na­tion) ar­rive sur le mar­chéen2005,sui­vien­sep­tembre2006de NewMoon ( Hé­si­ta­tion), d’Eclipse ( Ten­ta­tion), en­août2007,et­deB­rea­king Down ( Ré­vé­la­tion), en­août2008.En­tout, 17mil­lionsd’exem­plai­res­ven­dus.

TWI­LIGHT, LE­FILM

Les­tu­dioPa­ra­mount­se­pré­vaut,en2005, d’uneop­tion­sur­les­droits­du­ro­ma­nen­vue d’en­fai­reu­nea­dap­ta­tio­nau­ci­né­ma.« On m’asou­mi­suns­cé­na­rio­quim’acho­quée,qui n’avai­trienà­voi­ra­vec­mon­ro­man»,rage-telle en­core.

« Ils ont dé­na­tu­ré le ré­cit, as­sure la réa­li­sa­tri­ceCa­the­ri­neHard­wicke.Pour­met­trede l’ac­tion au lieu des émo­tions, ils avaient bour­ré­la­tra­mea­vec­des­gens­duFBI,des mo­to­ma­rines,de­sath­lè­te­sa­gres­sésàl’en­traî­ne­ment, bref, ça n’avait au­cun sens. »

Ca­duque,l’op­tion­dePa­ra­moun­tes­tré­cu­pé­rée­parSum­mitEn­ter­tain­ment.« Ste­phe­nie avai­té­téé­chau­dée­par­cet­te­mau­vai­seex­pé­rien­ceetm’afait­par­ve­nir­se­sexi­gen­ce­sa­vant quej’écri­ve­le­nou­veaus­cé­na­rio,ditMe­lis­sa Ro­sen­berg.C’était­simple :ça­di­sait adap­tezle livre, point à la ligne. »

Une­seu­le­ren­con­treà­trois—Meyer,Hard­wi­ckeetRo­sen­berg—asuf­fi­pour­qu’elles s’en­tendent. « Je sais écrire, mais pas faire un­film,re­con­naît Meyer,etel­le­son­tres­pec­té­mes­de­mandes. »

LES­VAM­PIRES,NON­MER­CI!

L’au­teu­reà­suc­cèss’in­ter­ro­geen­co­re­sur­la na­tu­re­de­ce­bi­zar­re­rê­vede2003­quil’aren­due mul­ti­mil­lion­naire. « Je dé­teste les films de­peu­ret,àla­li­mite,je­peux­re­gar­de­run Hitchcock,une­main­de­vant­le­syeuxe­né­car­tant les doigts. Pour­quoi j’ai réus­si à écrire tout­ça?Peut-être­par­ce­que­tout­le­monde– sauf­moi–ai­me­bie­nê­treef­frayé­de­tempsà autre. »

L’hor­reur­ne­lui­sied­ma­ni­fes­te­ment­pas.« On­voit­trop­sou­vent­des­monstres,c’est hi­deux. »Les­vam­pires?« Pas­tel­le­ment, mais­plusj’ypense,plus­je­cons­ta­te­queles vam­pi­re­son­tha­bi­tuel­le­men­tu­ne­bel­leal­lure et de beaux traits. J’ai em­bel­li les miens dans­mes­ro­mans,et­com­me­dans­le­film,ils n’ont pas de crocs. »

Mais­ma­man,elle,adu­mor­dant!

PHOTO LE JOUR­NAL

La réa­li­sa­trice Ca­the­rine Hard­wicke a ga­gné la confiance de l’au­teure Ste­phe­nie Meyer. « Nous étions sur la même lon­gueur d’onde. »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.