Après­les­bou­chons et­les­ta­bleaux...les­plan­chers!

On connaît dé­jà les bou­chons de liège des bou­teilles de vin et les ta­bleaux de liège sur les­quels on fixe des bouts de pa­pier avec des pu­naises. Mais de­puis en­vi­ron cinq ans, ce sont les plan­chers de liège qu’on re­marque de plus en plus.

Le Journal de Quebec - Weekend - - REPORTAGE - AMÉ­LIE DESCHÊNES Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Il ne s’agit pas d’une nouveauté, puisque chez Couvre-plan­chers Pel­le­tier, on en vend de­puis des di­zaines d’an­nées, mais sa po­pu­la­ri­té est en hausse, sur­tout en rai­son de son cô­té éco­lo­gique.

« Le liège pro­vient d’un arbre ap­pe­lé chêne-liège, qui pousse ma­jo­ri­tai­re­ment au Por­tu­gal, mais éga­le­ment en Tunisie, en Es­pagne et en France», dit Ri­chard Matte, consul­tant pour la com­pa­gnie Tor­lys dans l’est du Qué­bec.

L’écorce du chêne-liège se re­nou­velle tous les neuf ans. L’écorce, qui s’écaille na­tu­rel­le­ment, est re­cueillie pour faire es­sen­tiel­le­ment des bou­chons de liège. Puis, le reste est uti­li­sé pour fa­bri­quer des ta­bleaux mu­raux et des plan­chers.

Pen­dant qu’on trou­vait au­tre­fois uni­que­ment le liège sous forme de tuiles qu’on col­lait sur le plan­cher, Tor­lys pro­pose plu­tôt des plan­chers de liège flot­tants, en planches ou en tuiles. Ceux-ci coûtent de 6,49 $ à 8,49 $ le pied car­ré.

Le liège est donc dé­chi­que­té, puis dé­po­sé à la main dans des moules de dif­fé­rentes formes. On y ajoute de la colle éco­lo­gique et le liège est en­suite chauf­fé à la va­peur, puis tran­ché. C’est en­suite qu’il est teint et ver­ni, puis col­lé sur du HDF (fibres de haute den­si­té).

Le liège offre une sur­face confor­table pour les pieds en rai­son de sa tex­ture, mais aus­si parce que le liège est un iso­lant na­tu­rel contre le froid et la cha­leur. En fait, il est com­po­sé de 50 % d’air, ce qui le rend souple, si­len­cieux et bien tem­pé­ré. À la sor­tie du lit, on peut donc po­ser les pieds sur un plan­cher chaud. Pas be­soin de pan­toufles pour évi­ter de tou­cher au plan­cher froid! Il s’agit en plus d’un ma­té­riau hy­po­al­ler­gène.

Le liège pré­sente éga­le­ment des pro­prié­tés acous­tiques. Dans une salle de ci­né­ma mai­son, par exemple, il ab­sor­be­ra le son plu­tôt que de le faire re­bon­dir par­tout dans la pièce et dans la de­meure.

Par ailleurs, le liège ré­siste aux égra­ti­gnures, aux ta­lons hauts et aux chocs. De plus, sa sur­face gra­nu­lée dis­si­mule la pous­sière. «Con­trai­re­ment au bois ou au cuir, le liège a une mé­moire. Alors, si l’on échappe un ob­jet lourd, il y au­ra une in­den­ta­tion, mais le liège re­pren­dra en­suite sa forme», as­sure Pierre Bro­chu, gé­rant du ma­ga­sin Couvre-plan­chers Pel­le­tier, à Lé­vis.

La ré­sis­tance d’un plan­cher de liège est éga­le­ment im­pres­sion­nante. « J’ai un client qui pos­sède un plan­cher de liège de­puis 40 ans. On l’a sim­ple­ment sa­blé et ver­ni; le client pour­ra le gar­der en­core de 30 à 40 ans», dit M. Bro­chu.

Chez Couvre-plan­chers Pel­le­tier, le liège re­pré­sente de cinq à huit pour cent des ventes. Celles-ci aug­mentent mois après mois. De­puis trois à quatre ans, l’en­tre­prise en garde en stock, alors qu’au­tre­fois, lors­qu’un client dé­si­rait du liège, il fal­lait le com­man­der. Le plus grand choix de cou­leurs et de mo­tifs of­ferts au­jourd’hui a mous­sé la po­pu­la­ri­té du liège.

« Les gens veulent de la nouveauté et re­cherchent de plus en plus le confort », constate Si­mon Pichette, vice-pré­sident de Couvre-plan­chers Or­léans.

Pour une pièce des plus ori­gi­nales, pour­quoi ne pas mé­lan­ger le liège et le cuir au sol? Ces pro­duits de Tor­lys sont do­tés du sys­tème Uni­clic et s’ins­tallent de la même fa­çon qu’un plan­cher la­mi­né. Alors, il suf­fit de lais­ser al­ler son ima­gi­na­tion pour que le cuir et le liège se re­trouvent sur le plan­cher.

Tout comme pour les plan­chers de bois ou de cuir, M. Matte conseille de pro­té­ger le liège en col­lant de pe­tits cous­si­nets sous les pattes des meubles.

Photo C O U R T O IS IE TO R LY S

1. Of­fert dans une grande va­rié­té de cou­leurs, le plan­cher de liège s’har­mo­ni­ser à tous les dé­cors. 2. Sur un plan­cher de liège, on peut mar­cher pieds nus sans avoir froid. 3. Le liège pré­serve son as­pect na­tu­rel, même sur le plan­cher !

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.