Té­na­ci­té ga­gnante

Vous souriez chaque jour en re­gar­dant ses ca­ri­ca­tures, mais igno­rez sans doute le cou­rage qu’a eu Marc Beau­det pour ar­ri­ver au Jour­nal de Qué­bec.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LECTURE - AgnèsGau­det Le Jour­nal

Le ca­ri­ca­tu­riste duJournal deQué­bec lan­ce­ra, mar­di, son sixième re­cueil de des­sins. Marc Beau­det est sans contre­dit un grand ta­lent, mais aus­si un exemple de té­na­ci­té. Le gars a bû­ché dur pour de­ve­nir l’un des cinq ca­ri­ca­tu­ristes du Qué­bec. D’ailleurs, quand il en parle, ses yeux s’em­buent.

Avant d’en­trer auJour­nal,Beau­det vi­vo­tait de son art. Il se dé­brouillait en ven­dant des ar­ticles pro­mo­tion­nels et avec quelques piges à gauche et à droite. Il ar­ri­vait à peine à payer son loyer. Il avait ob­te­nu un ren­dez-vous avec Ro­land Pier, qui oc­cu­pait le poste de ca­ri­ca­tu­riste auJour­nal deMon­tréal de­puis 37 ans. As­sis dans la chaise du des­si­na­teur, il s’était vi­sua­li­sé à sa place.

Au dé­part à la re­traite de Pier, Beau­det a sau­té sur l’oc­ca­sion pour ten­ter sa chance, mais les pa­trons duJournal avaient dé­ci­dé d’or­ga­ni­ser un concours de ca­ri­ca­ture pour dé­ni­cher le suc­ces­seur de Ro­land Pier. Comme les autres par­ti­ci­pants, Beau­det a dû se conten­ter d’une seule chance d’être pu­blié. Mais il n’avait pas dit son der­nier mot.

SEPT MOIS DANS LE SOUS-SOL

Dans son sous-sol de Char­les­bourg, il a dé­ci­dé de réa­li­ser quand même une ca­ri­ca­ture par jour pour les pa­trons du Jour­nal­deMon­tréal. Une fa­çon de mon­trer ses ca­pa­ci­tés et de se faire la main. Dé­ci­dé à ob­te­nir le poste, il a per­sis­té au quo­ti­dien du­rant… sept mois, sans sa­laire. Puis, un beau jour, le mes­sage tant at­ten­du était sur le ré­pon­deur. On vou­lait le ren­con­trer pour ja­ser de la­job.

« Je n’avais plus de re­ve­nu pour me nour­rir, pour payer mon loyer, dit Beau­det. Je de­vais de l’ar­gent à ma blonde. Je suis par­ti à brailler. »

Le lun­di sui­vant, le 21 jan­vier 2002, Beau­det dé­bar­quait à Mon­tréal avec ses va­lises et en­trait auJour­nal,fé­brile. Comme il l’avait fait dans son sous-sol, il est par­ve­nu à réa­li­ser un des­sin, puis un autre, chaque jour. De­puis, il en a fait plus de 2 000 pour les lec­teurs du Jour­nalde Mon­tréal et duJournal deQué­bec.

DE PÈRE EN FILS

Marc Beau­det avait à l’époque peu de for­ma­tion en art, si ce n’est un ate­lier en des­sin d’humour au YMCA. À la mai­son, son père et son grand-père des­si­naient. Marc a tou­jours grif­fon­né et sa soeur est de­si­gner d’in­té­rieur. Père de deux fils de quatre mois et de deux ans et de­mi, il se plaît à voir son plus vieux dé­jà un crayon à la main.

De­puis six ans, Beau­det fait son bou­lot de rêve. Ce­la ne l’em­pêche pas de tra­vailler dur. Alors que le lec­teur prend cinq se­condes pour ana­ly­ser son oeuvre, Beau­det met tous les jours jus­qu’à huit heures pour réa­li­ser un lot de des­sins, par­mi les­quels on choi­sit le meilleur.

Il com­mence le bou­lot dès le ré­veil en éplu­chant les quo­ti­diens, en écou­tant la ra­dio. Beau­det s’ali­mente par­tout. Il cible trois ou quatre su­jets, les trucs dont tout le monde parle et saute sur son or­di­na­teur.

« L’humour, c’est sé­rieux, dit-il. Mes ca­ri­ca­tures sont des mi­roirs de notre so­cié­té, des re­flets de ce qui flotte dans l’air. Moi, j’y vais tou­jours avec le gros bon sens. J’illustre le ri­di­cule et les contra­dic­tions. Plus ça­gra­figne,plus c’est le­fun.Mais le but reste tou­jours de faire sou­rire. »

À force de te­nir un crayon dans la main, le ca­ri­ca­tu­riste de 37 ans a au­jourd’hui du mal à dé­plier ses doigts. Il doit faire des exer­cices pour évi­ter une éven­tuelle opé­ra­tion, mais le suc­cès est un baume sur la dou­leur. Quelques-uns de ses des­sins sont ré­qui­si­tion­nés jus­qu’en Aus­tra­lie. New York vient de lui com­man­der son Gé­né­ra­tionY, qu’il illustre avec la craque de fesses d’un jeune. Les Har­per, Cha­rest, Du­mont et Ma­rois n’ont qu’à bien se te­nir. Marc Beau­det se­ra au Sa­lon du livre en après-mi­di, les 21, 22 et 23 no­vembre.

Une bouf­fée de rire pour Marc Beau­det, qui lance son sixième livre de ses meilleurs des­sins.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.