LE BON­HEUR EN ÉQUI­LIBRE

La chan­teuse Lyn­da Lemay l’a com­pris à la fin de l’été der­nier : pour­chan­terle quo­ti­dien,il faut d’abord le vivre. C’est ain­si que par une chaude jour­née d’août, elle a tout bon­ne­ment dé­ci­dé de re­pous­ser de plu­sieurs se­maines la sor­tie du nou­veau disque A

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Philippe Meilleur Le Jour­nal

À la fin de l’été qui vient de s’ache­ver, par une jour­née chaude et en­so­leillée, Lyn­da Lemay, 42 ans, s’est as­sise sur le bal­con de sa mai­son en ban­lieue de Mon­tréal pour ré­flé­chir. Elle de­vait faire le point.

Les der­niers mois avaient été très oc­cu­pés. Lan­ce­ment d’un DVD sou­li­gnant sa qua­ran­tième per­for­mance à l’Olym­pia de Paris, créa­tion d’un tout nou­vel al­bum, par­ti­ci­pa­tion au spec­tacle for­mat géant Paris/Qué­bec–Àtra­vers­la­chan­son... L’ar­tiste a res­sen­ti le be­soin de souf­fler un peu.

« Je me suis ren­du compte que je n’avais rien vu de l’été, dit-elle, lorsque nous l’avons ren­con­trée dans un res­tau­rant de la rue On­ta­rio. Je suis pour­tant une fille de so­leil. J’aime al­ler à La Ronde et voir les feux d’ar­ti­fice le soir, pas­ser du temps en fa­mille, mais mon ho­raire me l’in­ter­di­sait. »

Mal­gré l’éten­due des cham­bar­de­ments que ce­la si­gni­fie, la chan­teuse a an­nu­lé le lan­ce­ment du nou­veau disque pré­vu pour la fin sep­tembre et s’est ac­cor­dé un peu de re­pos.

« J’avais be­soin de re­trou­ver l’équi­libre du bon­heur entre l’ar­tiste et la mère que je suis, se sou­vient Lyn­da Lemay. Il y avait un stress pro­fes­sion­nel que je ra­me­nais à la mai­son. »

OBLI­GA­TIONS FA­MI­LIALES

Cette conci­lia­tion tra­vail-fa­mille était d’au­tant plus dif­fi­cile que le réa­li­sa­teur d’Al­lô, c’est­moi est Mi­chael Wei­sin­ger, ma­rié à la chan­teuse de­puis trois ans et qui s’était dé­jà char­gé de Masi­gna­ture, en 2006. La res­pon­sa­bi­li­té de Jes­sie, dont le père est l’hu­mo­ris- te Pa­trick Huard, et de Ru­bie, qu’elle a eue il y a deux ans avec Mi­chael, a mo­di­fié le pro­ces­sus de créa­tion du couple.

« La fa­mille change les don­nées, dit Lyn­da Lemay. L’ho­raire de créa­tion est de­ve­nu très dif­fi­cile à suivre à un cer­tain mo­ment, parce que nous étions constam­ment in­ter­rom­pus par nos obli­ga­tions fa­mi­liales, moi et Mi­chael. »

Mais ce dé­sir de trou­ver l’équi­libre entre la mère et la chan­teuse po­pu­laire n’est pas la seule rai­son qui ex­plique le re­port du lan­ce­ment. Ar­tis­ti­que­ment, Lyn­da Lemay sen­tait aus­si qu’elle avait be­soin de quelques se­maines pour ac­com­plir ce qu’elle avait en­vie de faire.

« Je n’avais pas l’im­pres­sion que l’al­bum était ren­du au bout », dit-elle.

L’ac­cord de la fa­mille à ce chan­ge­ment de cap a bien en­ten­du été im­mé­diat, comme ce­lui de la com­pa­gnie de disques et des mu­si­ciens.

« Tout le monde sa­vait que je vou­lais al­ler plus loin avec ce disque, qu’il était in­con­ce­vable que je ré­pète ce que j’avais dé­jà fait, dit la chan­teuse. Ils ont com­pris mes rai­sons et je ne pour­rais être plus fière du ré­sul­tat. »

COU­RIR VERS LE BON­HEUR

On ne peut em­pê­cher une ar­tiste de créer, comme on le dit par­fois. Aus­si, plu­tôt que de to­ta­le­ment s’iso­ler de la mu­sique pour prendre du re­cul, Lyn­da Lemay a pro­fi­té de sa pause pour... écrire une nou­velle chan­son!

In­ti­tu­lé La­cour­seau­bon­heur et écrit en cette fa­meuse jour­née de fin d’été, le mor­ceau de clô­ture de l’al­bum fait en ef­fet ré­fé­rence à cette re­mise en ques­tion qu’a tra­ver­sée l’au­teure:

Ila­fal­lu­quej’ar­rê­te­de­cou­rir/Ila­fal­lu que­jem’as­sois­pour­me­sen­tir­plus­grande.

« J’ai com­po­sé cette pièce après avoir dé­ci­dé de tout re­pous­ser, dit Lyn­da Lemay. Elle parle de stress, d’en­nui et des exi­gences de la vie. Ce sont des thèmes qui si­gni­fiaient beau­coup de choses pour moi à ce mo­ment. »

À l’écoute d’Al­lô, c’est­moi, on re­con­naît im­mé­dia­te­ment la plume de l’ar­tiste et cette pro­pen­sion si par­ti­cu­lière à s’ins­pi­rer de la vie de tous les jours, comme dans Rend­smoi­ma­bi­cy­clette et J’ai­fait­mon­lit. Des su­jets plus gé­né­raux, tels que les re­la­tions homme-femme( Le­dard), les abu­seurs d’en­fants ( Des­com­me­lui) et la guerre ( Comme un­hom­me­mort) sont aus­si abor­dés.

« Il y a plu­sieurs thèmes, mais le disque tourne beau­coup au­tour de mes ré­flexions sur la vie, la dé­cep­tion, le ques­tion­ne­ment, le si­lence de la vie amou­reuse », dé­crit Lyn­da Lemay.

AU REN­DEZ-VOUS

Au­jourd’hui, la chan­teuse est res­plen­dis­sante. Le sou­rire qu’elle af­fiche en en­tre­vue nous fait croire que la dé­ci­sion de s’ac­cor­der une pause était la bonne. Tel­le­ment, en fait, que l’ar­tiste parle de son onzième al­bum non pas comme d’un abou­tis­se­ment, mais comme d’un dé­part.

« Je crois être ar­ri­vée à la fin d’un cycle avec mes dix pre­miers disques, dit-elle. Ce que j’ai com­pris en écou­tant le ré­sul­tat fi­nal d’Al­lô, c’est­moi, c’est que je suis ren­due à l’étape d’amor­cer un nou­veau cycle ar­tis­tique. Et si tout va aus­si bien que main­te­nant, je se­rai au ren­dez-vous en­core long­temps. »

A

llô , c ’e s t m

o i, of­fert mar­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.