FOU DE­SON VIL­LAGE

Fred Pel­le­rin a com­men­cé à ra­con­ter ses his­toires il y a une dou­zaine d’an­nées dans les ca­fés-théâtres de sa ré­gion sans se dou­ter que ces contes ins­pi­rés de vieilles lé­gendes de son vil­lage le mè­ne­raient aus­si loin. Quatre spectacles et quelques livres p

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS -

On ren­contre le conteur de 31 ans au len­de­mai­nOn ren­con­trede la­le­pre­miè­re­con­teur de­du31­fil­man­se­nau ques­tion,len­de­main­réa­li­séde la pre­miè­re­par Luc Pi­card,du film­quien a eu­ques­tion­lieu, comme(réa­li­séil­parl’avaitLuc­de­man­dé,Pi­card) qui­dan­sa so­neu lieu,pe­tit­com­me­vil­la­geil­del’avaitSaint-de­man­dé,Élie-de-Cax-dans ton.son pe­titD’en­trée­vil­la­gede jeu,de Saint-Pel­le­rinÉ­lie-sede-ditCax­sou­la­gé:ton. D’en­tréeles gens­de­de­jeu,Saint-Pel­le­rinÉ­lie ont­seai­mé.dit sou­la­gé:« Je­lesle dis­gens­souvent,de Saint-maisÉ­lie­me­sont­contes,ai­mé. c’est«Jeunle dis­pro­jet­souvent,com­mu­nau­tai­re­mais mes contes, avant tout,c’est unas­sure-pro­jett-il.com­mu­nau­tai­reCe sont les gen­sa­vant du vil­la­ge­tout, ex­plique-qui m’ontt-il.contéCe sont­tou­tesles gensces his-du toires,vil­la­gea­lors­qui m’on­til faut­con­té­qu’il­stou­te­sap­prouvent.ces hisQuand­toires, alorsje mon­teil faut­mes­qu’ilss­pec­tacles,ap­prouvent. je m’as­soisQuand jea­vec­mon­teeux­me­set jes­pec­tacles,fais ap­prou­ver.je Maism’as­sois­là, en­avec­film,euxc’es­tet jeu­ne­fai­sau­treap­prou­ver. af­faire etMai­son là,ne en­pou­vait­film, c’est­fai­reu­neap­prou­ve­rautre af­faire en cour­set on ne­de­pou­vai­troute. On­pasn’était­faire ap­prou­ver­pas pour le­sen fai­re­cours­ve­nirde route.dansOn­la sal­len’était­de­pas­mon­ta­ge­pour les ou sur­fai­re­le­ve­nir­pla­teau­dans­de­la­tour­na­ge­salle de mon­ta­ge­tous les ou jours.sur le pla­teauHier, c’étaitde tour­na­ge­donc le test­tou­sul­time.les » jours.L’au­treHier,test,c’étaitce se­ra­doncle 28le no­vembre,test ul­time.» jourL’au­trede la­test,sor­tiece se­raen sal­lele 28de­no­vembre, B a b in e . Le dis­tri­bu­teur­jour de la sor­tieAl­lian­ceen sal­leVi­va­filmde Ba­bine. mise Le gros­dis­tri­bu­teur­sur cet­teAl­lian­ce­pro­duc­tionVi­va­filmde mise 6,5gros­mil­lions­sur cet­te­de­pro­duc­tion­dol­lars, pre­mierde 6,5 mil­lions film qué­bé­coisde dol­lars, àpre­mier­jouer àfilm­fond­qué­bé­cois­la carte duà jouer­ci­né­maà fond­fan­tas­ti­que­la car­teet­duà­ci­né­ma­met­tre­fan­tasle ti­que­pa­que­tet­surà met­treles ef­fetsle pa­quets­pé­ciaux.sur lesMi­sef­fets à spé­ciaux.part C r u is Mis in g à B ar part 2, Crui­sing l’an­née 2008 Bar a 2, été l’an­dif­fi­ci­le­née 2008pou­ra été le­dif­fi­ci­le­ci­né­ma­pour­qué­bé­coisle ci­né­ma au box-qué­bé­coi­sof­fice.auC­hez­box-Al­lian­ceof­fice etet­chez­lesAl­liance pro­prié­tai­re­set les pro­prié­tai­resde salles, on sou­hai­tede salles,queon sou­haile film dete queLu­clePi­card­film deai­de­raLuc Pi­cardà sau­ve­rai­de­rales meu-à saubles.ver lesF­red­meubles.Pel­le­rin,Fred­lui,Pel­le­rin,pré­fè­re­lui,ne­pré­fè­pas tropre ne­pen­ser­pas tropà ça.pen­ser à ce­la.

«SiSi­ça­ça­ne­ne­fait pas un box-of­fice de 74 mil­lions de dol­lars, c’est­moins­moins­gra­ve­gra­par­ceve par­ce­qu’àqu’àSaint-Saint-Élie,Élie,on on­va se­va­dire:se dire: nous autres, on l’aime, no­tre­film.film.C’estC’est ça l’im­por­tant.»

Il reste que le suc­cès qu’a eu Fred Pel­le­rinRes­te­ces­que­der­niè­resle suc­cè­san­nées­qu’a eua­vecF­red­sesPel­le­con­tes­rin ces nous­der­niè­res­for­cean­néesà croi­rea­vec­que­sesle pu­blic se­con­tes­mon­tre­ra­nous for­cein­tri­guéà croi­re­par l’adap­ta­tionque le pu­blic qu’ense mon­tre­raa faite Lu­cin­tri­guéPi­card.parPel­le­rinl’adap­ta­tio­nest un qu’en­phé­no­mène,a faite Lu­cun ar­tis­tePi­card.bour­réPel­le­rin­deest­ta­len­tun phé­no­mène,et unique, quiun­réus­si­tar­tis­teà bour­ré­re­join­dre­deun­talent et­pu­bli­cu­nique,lar­ge­quie­tréus­sit­va­rié. à re­joindre un pu­blicC’est don­clar­gee­net va­rié.le voyant, il y a trois ans, àC’est T o u t donc le m onde en le voyant en p a r le il , yquea troisle pré­si-ans à Tout­le­mon­deen­parle dent d’Alliance Vi­va­film,quePa­tri­ckle pré­si­dentRoy, a d’Al­lian­ce­dé­ci­dé de lâ­cherVi­va­film,unPa­tri­ck­coup de­Roy,fil àaF­red­dé­ci­déPel­le­rin.de lâ­cher un coup de fil à Fred Pel­le­rin.« Il m’a don­né ren­dez-vous à l’hô­tel St. James,«Il m’amais­don­néje ne­ren­dez-sa­vais­vous­pasà­tro­pl’hô­tel­pour-St­quoi,James,re­la­te­mais­le­je­con­teur.ne sa­vaisJe­pas­suis­tro­par­ri­vé­pour-là avec­quoi,ma­re­la­te­ves­tele conteur.à car­reauxJeet­sui­sil m’aar­ri­vé là avec­de­man­dé­ma ves­te­si ça­car­reau­téeme ten­tait deet il­fai­rem’aun film.de­man­déMais­sià­çace mo­ment,me ten­tait­ce­den’était­faire un­pas clair­film. Mais­si c’étai­tà ce­moi­mo­ment,qui l’écri­vaisce n’étai­tou­pas­pas. C’était­clair siou­vert.c’était moi» qui l’écri­vais ou pas. C’étai­tIl a fi­na­le­men­tou­vert.» dé­ci­dé de l’écrire lui­même.Il a fi­na­le­mentMais pour­dé­ci­dél’ai­der­de­dansl’écri­re­son­luiap­pren­tis­sage,même. Mais pour­la pro­duc­tri­cel’ai­der dan­schoi­sie­son pou­rap­pren­tis­sage,or­ches­trer­la­le­pro­duc­tri­ce­pro­jet, Lor­rai­ne­choiRi­chard­sie pour (or­ches­trer S é r a p h in ), lel’aprojet,ju­me­léLor-à une­rai­nes­cé­na­ris­teRi­chard (d’ex­pé­rience,l’a Sé­ra­phin), Joan­ne­ju­me­lé àAr­se­neauune scé­na­riste( La lo i d’ex­péd u c rience, o c h o n ). Joanne Ar­se­neau ( La Loi « On du a co­chon). tra­vaillé en­semble par«On­cour­rie­la tra­vailléet auen­sem­ble­té­lé­phone, pa­ra dit­cour­rielPel­le­rin.etJeau­lui­té­lé­phone,en­voyai­sin­di­que­cePel­le­rin.que j’écri­vaisJe et­luio­nen­voyaisse par­laitce que­pourj’équ’el­le­cri­vais et­meon­don­nese par-ses sug­ges­tions.lait pour qu’el­leC’étaitme un­don­ne­cours­se­sac­cé­lé-sug­ges­ré,tions.maisC’étai­ton al­lai­tun coursà mon rythme.ac­cé­lé­ré,» maisMai­son l’ap­pren-al­lait à tis­sa­ge­mon n’aryth-pas

DU CONTE AU SCÉ­NA­RIO DU CONTE AU SCÉ­NA­RIO

étéme. sim­pleMais pourl’ap­pre­nau­tant.tis­sage n’a pas« Laé­tés­cé­na­ri-simple pour­sa­tion,au­tant. c’est beau­coup«La scé­na­ri­sade tech­tion,ni­quec’es­tet moi,beau­coup j’écris de­plu­tôt­tech­ni­que­par ins­tinc­tet moi j’écris­dans la­plu­tôt­vie. Mais­par une ins­tinct­fois que­dansje me­la­suis­vie.ha­bi-Mais une­tué, ça­foi­sal­lait.que jeC’estme suis même ha­bi­tué,très struc­tu­rant­ça al­lait.com­meC’est for­mê­me­mat d’écri­ture.très struc­tu­rant» comme for­mat d’écri­ture.»

LE FOU DU VIL­LAGE LE FOU DU VIL­LAGE

B a b in e est ins­pi­ré de l’uni­vers des Ba­bine conte­sest­deins­pi­réPel­le­rin,de l’uni­vers­plus spé­ci­fi-des que­ment­con­tes­de­dePel­le­rin­son­deuxiè­meet­pluss­pé­ci­fique-spec­tacle, Il fa ment­de­son­se­cond­spec­tacle, u t p ren d re le ta u reau p a r le s Il c o faut n te s pren­dre­le­tau­reau­par­les­contes, qui­por­te­sur­le­per­son­na­ge­deBa­bine,le qui­por­te­fou­sur­du­le­vil­lage.per­son­na­ge­deBa­bine,le­fou­du vil­lage.« Je suis al­lé cher­cher quelques his­toires«Je­qu’il­sui­syal­léa­vait­cher­cher­dans ce­quel­quess­pec­ta­cle­his­toi-et on l’a tri­co­téres qu’il­pou­ry avai­ten­dans­faire ceu­nes­pec­ta­cle­seule his­toire,et on l’a tri­co­té­pré­ci­se­pourPel­le­rin.en fai­reJ’au­rai­sune seule­pu pren­dre­his­toire, pré­cise n’imPel­le­rin. porte quel J’au­raisdes trois­pu pren­dres­pec­ta­clesn’imque por­tej’avais­le­que­là l’édes trois­poque,spectacles mais je ne que­vou­laisj’avais­pasà­lel’époque, troi­siè­maisme (sur­je­nel’hom­me­vou­lais­fort)pas le­par­ce­troi­siè­meque j’étais(sur­enl’hom­train mede le­fort)tour­ner­par­ceet­queje nej’étais vouen­lais­train­pas le­de­pre­mier­le­tour­ner(su­retje neLu­rette)vou­lais­par­ce­pas­le­que­pre­mier c’est une (his­toi­re­sur Lu­rette)d’amour.par­ceJe­que­trou­vaisc’est uneque le­his­toi­re­mé­lan­ged’amour.film d’épo­queJe­trou­vai­set his­toi­reque led’amour­mé­lan­gea­vait­film d’ébeau­po­que­coup étéet­fai­this­toi­reces der­niè­resd’amou­ra­vait beau­cou­pan­nées. Il meé­té­res­tait­fait­ces­donc­der­nières Ba­bine.» an­nées.Et si BB aa Il­me­res­tai­ta bb iinn ee du suc­cès­doncBa­bine.et qu’on» luiEt­de­man­de­si Ba­bine d’en a du écrire suc­cès un et autre, qu’on lui Pel­le­rin­de­man­dead’en­dé­jàé­cri­reune idéeun en­autre,tê­tePel­le­rin : a«dé­jàCe se­rai­tune idéel’his­toi­reen tête: de Lu­rette. J’ai même«Ce se­rait­dé­jà écritl’his­toi­re­quel­quesde Lu­rette.scènes.J’ai Si on amê­mele feu­dé­jà­ver­té­crit­pour­quel­que­sun au­tres­cènes.film, jeSi­sui­son a prêt!le feu»vert pour un autre film, je suis prêt!»

sort en salle, ven­dre­di.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.