Pour les en­fants de la guerre

Deux al­bums ven­dus per­mettent à un en­fant afri­cain d’al­ler à l’école pen­dant un an… Ça donne en­vie de se pro­cu­rer Hé­ros, une com­pi­la­tion d’ar­tistes qué­bé­cois dont les pro­fits ai­de­ront War Child, un or­ga­nisme qui aide les en­fants vic­times de la guerre.

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS - Pierre Mar­chand Marie-Joëlle Parent Le Jour­nal

Nos ar­tistes em­boîtent ain­si le pas aux Paul McCart­ney, Bob Dy­lan et Beck, qui contri­bue­ront à la ver­sion an­glo­phone ( He­roes) de ce dis­que­bé­né­fice. La ver­sion an­glo­phone se­ra lan­cée le 16 fé­vrier, en An­gle­terre. Au Qué­bec, elle se­ra dis­tri­buée par Mu­si­cor, tout comme la ver­sion qué­bé­coise qui se­ra lan­cée mar­di.

War Child existe de­puis neuf ans. L’or­ga­nisme a été fon­dé par Sa­man­tha Nutt, 39 ans, mé­de­cin de To­ron­to, hu­ma­ni­taire, ac­ti­viste et mère d’un pe­tit gar­çon de trois ans. De­puis sept ans, elle réus­sit à amas­ser quatre mil­lions de dol­lars par an­née pour fi­nan­cer la construc­tion d’écoles et de centres dans des zones où la guerre dé­truit l’ave­nir de mil­liers d’en­fants comme en Sier­ra Leone, en Ou­gan­da, en Géor­gie, en Irak, en Af­gha­nis­tan, au Soudan, au Dar­four, en Éthio­pie et au Con­go. Elle a ai­dé plus de 100000 en­fants.

War Child est sur­tout connu au Ca­na­da an­glais et en Eu­rope, mais Mme Nutt compte ins­tal­ler une an­tenne au Qué­bec. Elle se­ra à Mon­tréal pour le lan­ce­ment du disque.

Pierre Mar­chand, pré­sident de Mu­si­cor, a été pres­sen­ti pour ce disque il y a moins d’un an. «On m’a par­lé du pro­jet en An­gle­terre et j’ai bien ai­mé le concept des ar­tistes qui choi­sissent un in­ter­prète contem­po­rain pour chan­ter leur chan­son», ex­plique-t-il. Dans l’al­bum an­glais, Paul McCart­ney a par ailleurs choi­si Duf­fy pour chan­ter Li­veandLetDie. Au Qué­bec, on a donc de­man­dé à Mar­jo, Jean-Pierre Fer­land, Plume La­tra­verse, Mi­chel Ri­vard, Ri­chard Des­jar­dins, Cé­line Dion, Diane Du­fresne, Claude Du­bois et plu­sieurs autres de choi­sir un ar­tiste et une chan­son de leur ré­per­toire qui n’a pas né­ces­sai­re­ment rap­port avec le thème des en­fants, de la guerre ou de l’Afrique.

Ça donne des ré­sul­tats sur­pre­nants. Par exemple, Cé­line Dion a choi­si Té­rez Mont­calm pour in­ter­pré­ter On­ne­chan­ge­pas, Claude Du­bois a ar­rê­té son choix sur Flo­rence K. pour LeLa­bra­dor et Ri­chard Des­jar­dins vou­lait que Ca­the­rine Ma­jor chante Lu­cky Lu­cky.

RÉA­LI­SÉ À RA­BAIS

Tous les ar­tistes ont em­bar­qué sans hé­si­ter dans le pro­jet, qui s’est bou­clé en un été. Sans lé­si­ner sur la qua­li­té, tout a été réa­li­sé à ra­bais. Les stu­dios ont of­fert de leur temps, Mu­si­cor a dû dé­bour­ser seule­ment pour la fa­bri­ca­tion du disque. On pré­voit amas­ser de 200 000 $ à 300 000 $ avec cet al­bum qui pour­rait don­ner lieu à un concert sous peu.

Pierre Mar­chand s’est sen­ti très in­ter­pel­lé par le man­dat de War Child. «Les sta­tis­tiques sont ca­tas­tro­phiques. Quand tu as un en­fant, tu ne peux ima­gi­ner que 25% des en­fants ne se ren­dront pas jus­qu’à l’âge de cinq ans et que des en­fants de dix ans bran­dissent des fu­sils», dit-il.

Si le disque a du suc­cès, Pierre Mar­chand ai­me­rait ré­pé­ter l’ex­pé­rience en France avec Fran­cis Ca­brel, Pa­trick Bruel et plu­sieurs autres. H é ro s , avec Ca­the­rine Durand, An­drea Lind­say, Antoine Grat­ton, Tri­cot Ma­chine, Ca­the­rine Ma­jor, Étienne Dra­peau, Té­rez Mont­calm, An­nie Blan­chard, Anik Jean, Flo­rence K., Sté­pha­nie La­pointe, Mio­sa, en ma­ga­sin le 25 no­vembre.

Tri­cot Ma­chine

Étienne Dra­peau

PHOTOS D’ARCHIVES

Flo­rence K.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.