MATTLAURENT,UN ARTISTEPOLYVALENT

« Je­sui­sunG­re­go­ry Char­les­blanc.Mon­plai­sir, dans­le­mé­tier,c’est d’es­sayer­plein d’af­faires. »

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS - Serge Drouin LeJour­nal­deQué­bec

De­puis­quel­que­san­nées,Matt Laurent mul­ti­plie les pro­jets mu­si­caux.Ilaé­té­no­tam­ment de­Notre-Da­me­dePa­ris, RoméoetJuliette,Le­pe­tit prince etNight Fe­ver. Il mène sa car­rière so­lo en plus d’être le nou­veau­chan­teur­deLaC­hi­cane. « Ar­tis­ti­que­ment par­lant, c’est très tri­pant de par­ti­ci­per à tous ces pro­jets. Tra­vailler surNight Fe­ver avec Re­né Si­mard, c’était hal­lu­ci­nant, même si je ne suis pas un fan de dis­co », dit Laurent. « Au cours des 10 der­nières an­nées, j’ai tra­vaillé avec plein de monde,et­ce­sont­tousdes ar­tistes d’élite, les meilleurs. Je suis très chan­ceux. J’ai par­ti­ci­pé à quatre co­mé­dies mu­si­cales, moi qui, au dé­part, ne de­vais­mê­me­pas­fai­re­ça­dans la vie. Au dé­part, j’étais un chan­teur qui fai­sait dans le rock », ajoute-t-il. Matt Laurent vit ac­tuel­le­ment de grands mo­ment­sa­vecSyl­vainCos­sette. Laurent est le di­rec­teur mu­si­cal et le co­met­teur en scè­ne­dus­pec­ta­cleKeep on Ro­ckin, qui pren­dra l’af­fiche du Ca­pi­tole au dé­but de dé­cembre. « En plus d’être un ex­cellent chan­teur, Syl­vain est un bon amià­moi.Ons’est­con­nus­sur Notre-Da­me­dePa­ris. D’ailleurs, nous avons été les deux­pre­miers­pe­tits­nou­veaux sur la deuxième équipe de cette co­mé­die­mu­si­cale.Nous­nous som­mes­vrai­ment­con­nusàce mo­ment-là.Nou­sa­vons mar­ché­dansPa­risà­plu­sieurs re­prises », ra­conte Laurent. « Je suis ca­pable de lui dire des choses que d’autres ne pour­raient pas lui dire. On se connaît as­sez pour ca. Je lui fais des sug­ges­tions; il les ac­cepte ou non. C’est une grande col­la­bo­ra­tion entre lui et moi », sou­ligne Laurent, qui voit aus­si à la mise en scène dus­pec­tacle KeeponRockin. « Quand j’ai com­men­cé­ma­car­rière,j’avais tou­jours des idées de mise en scène, mais je n’avais pas les moyens de les réa­li­ser. Là, je peuxm’en­per­met­treun­peu plus. » La mise en scène de KeeponRockin est une col­la­bo­ra­tion entre Laurent, Cos­sette et Mi­chel Ber­trand.

Le mu­si­cien-chan­teur n’a pas connu les an­nées‘70. « J’ai­com­men­céà­jouer­de­la gui­tare au dé­but des an­nées 80. Par contre, tous les grou­pes­de­san­nées70, com­meLed Zep­pe­lin,Styx... nomme-les­tous,ce­sontmes in­fluences mu­si­cales », men­tionne Laurent. Se­lon ce der­nier, le ré­per­toire des an­nées70­rap­pel­le­de­beaux sou­ve­nirs à ceux qui ont connu­cet­teé­poque.« Sans de­meu­re­rou­vi­vre­dansle pas­sé, c’est une pé­riode qui a mar­qué­plein­de­monde. » D’où le suc­cès de plu­sieurs spectacles aux cou­leurs des an­nées 70, d’après Laurent. Tra­vailleur sou­vent dans l’ombre, Laurent vit bien avec son sta­tut. « Je vais par­fois au res­tau­rant avec Syl­vain. Les gens le re­con­naissent par­tout. C’est agréable de se faire re­con­naître, mais j’ai un peu de dif­fi­cul­té à vivre avec la cé­lé­bri­té », ex­plique ce­lui que le mi­lieu ar­tis­tique consi­dè­re­com­meundes meilleurs gui­ta­ristes du Qué­bec. Pa­ral­lè­le­ment à sa tour­née avec Cos­sette, Matt Laurent fait tou­jours par­tie de La Chi­cane. Il pré­voit que ce groupe of­fri­ra des spectacles au cours de l’été. De plus, un peu comme il l’a fait pour An­dréeWat­ters,le­chan­teur fe­ra les ar­ran­ge­ments du fu­tur al­bum d’Ariane Gau­thier.

PHOTO LES ARCHIVES

Matt Laurent, un ar­tiste po­ly­va­lent.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.