En édi­tion de­luxe

Tout a com­men­cé il y a plus de 20 ans, un lun­di soir comme les autres sur la scène du Club So­da. Claude Meu­nier et Serge Thé­riault, alias Ding et Dong, avaient be­soin d’un sketch sup­plé­men­taire pour com­plé­ter leur hap­pe­ning heb­do­ma­daire des Lun­dis des Ha!

Le Journal de Quebec - Weekend - - ACTUALITÉS -

« c’est presque un ac­ci­dent», lance en riant son créa­teur, Claude Meu­nier, alors qu’un nou­veau cof­fret de luxe de la cé­lèbre émis­sion-culte sort en ma­ga­sin, mar­di.

« On a créé ce sketch qui n’avait pas d’al­lure parce qu’on avait be­soin d’un autre nu­mé­ro. Mais il nous fai­sait peur parce que c’était vrai­ment ca­po­té. Je me sou­viens que je la­vais un chau­dron avec ma barbe et que l’idée de base était de faire un té­lé­ro­man qui se mo­quait de Ter­re­hu­maine (té­lé­ro­man qué­bé­cois po­pu­laire à l’époque). Dans Ter­re­hu­maine, le per­son­nage de Jean Du­ceppe avait une grosse barbe. Et ce qui est drôle aus­si, c’est qu’à l’époque, le per­son­nage de Serge Thé­riault était la mère et non la femme de Ti-Mé… »

Vous l’au­rez de­vi­né : contre toute at­tente, ce nu­mé­ro flyé, concoc­té à la der­nière mi­nute, a eu un suc­cès fou dans la salle de l’an­cien Club So­da.

« Ça a tel­le­ment bien mar­ché, on n’en re­ve­nait pas, ra­conte Meu­nier. Je me sou­viens qu’à chaque phrase, les gens hur­laient de rire dans la salle. Alors, on s’est mis à faire plus de nu­mé­ros de Lape­tite vie dans les Lun­dis­desHa!Ha!. Puis plus tard, il y en avait un dans chaque spec­tacle de Din­getDong. Au point où, à la fin, c’était ça que les gens at­ten­daient. Après la sor­tie de Din­getDon­gle­film, je me suis donc as­sis pour écrire la sé­rie La pe­ti­tevie. »

La suite, on la connaît : le pre­mier épi­sode de La­pe­ti­te­vie (in­ti­tu­lé Le­voya­geà Platts­burg) a été dif­fu­sé sur les ondes de Ra­dio-Ca­na­da un sa­me­di soir d’oc­tobre 1993, juste avant La­soi­rée­du­ho­ckey.

« Il y a même un épi­sode où, à la fin, les per­son­nages quit­taient la mai­son pour al­ler au ho­ckey et où la Soi­rée­du­ho­ckey com­men­çait avec eux, se sou­vient Meu­nier. On avait en­suite été in­ter­viewés par Claude Quen­ne­ville. »

Les cotes d’écoute au dé­but os­cil­laient entre 600 000 et 700 000, mais n’ont pas tar­dé à grim­per de fa­çon phé­no­mé­nale. Peu de temps après, La­pe­ti­te­vie (qui a eu quatre sai­sons en ondes) a été dé­pla­cée au lun­di soir et a com­men­cé à at­ti­rer chaque se­maine plus ou moins trois mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs. Elle est même la seule émis­sion de té­lé­vi­sion qué­bé­coise et ca­na­dienne à avoir fran­chi la barre de quatre mil­lions de té­lé­spec­ta­teurs.

PHOTO LE JOUR­NAL – PIERRE VIDRICAIRE

Claude Meu­nier lance, mar­di, un cof­fret de luxe « 15e an­ni­ver­saire » de sa cé­lèbre sé­rie­culte La pe­tite vie.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.