Une­chan­son, unu­ni­vers

Quand le temps est ve­nu de faire en­tendre aux jour­na­listes quelques chan­sons à pa­raître sur son nou­vel al­bum, il y a quelques jours, Bru­no Pel­le­tier a po­li­ment quit­té la pièce pour ne pas voir la ré­ac­tion des mé­dias. « Je suis fier de mon tra­vail, mais un

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Philippe Meilleur Le Jour­nal

Après 25 an­nées de car­rière et deux mil­lions d’al­bums ven­dus un peu par­tout dans la Fran­co­pho­nie, cer­tains pour­raient croire qu’il s’agit là de fausse mo­des­tie, voire de co­quet­te­rie. Du tout, jure l’ar­tiste.

«J’as­sume plei­ne­ment ma car­rière et mes ac­com­plis­se­ments, ex­plique-t-il. Mais je ne suis pas du genre à faire le fan­fa­ron ou à jouer une game. Je suis fier du nou­veau disque, c’est cer­tain, mais je ne veux pas en faire trop. C’est pour ça que je vous ai lais­sés écou­ter les nou­velles chan­sons en paix.»

HÉ­TÉ­RO­GÈNE

Le nou­veau disque de Pel­le­tier se­ra lan­cé en fé­vrier. Le pre­mier ex­trait, L’espoir(Spe­ren­za), a dé­jà été en­voyé aux ra­dios qué­bé­coises.

Se­lon ce que l’ar­tiste a fait en­tendre aux jour­na­listes, l’al­bum se­ra très hé­té­ro­gène, na­vi­guant entre le rock, la pop et le clas­sique.

«J’es­saie de ne pas suivre les ten­dances, dé­crit Bru­no Pel­le­tier. En tant qu’ar­tiste, j’ai été ten­té par de nom­breux styles, comme la pop, le jazz et le rock. C’est cette va­rié­té et cette li­ber­té qui me plaisent dans la mu­sique.»

Le chan­teur com­pare cha­cune de ses nou­velles chan­sons à une fe­nêtre sur un nou­vel uni­vers.

«Ce n’est pas un disque concept, pré­cise-t-il d’em­blée. Le disque va plu­tôt se pro­me­ner entre dif­fé­rents uni­vers. Les chan­sons se­ront au­tant d’his­toires qui s’uni­ront à dif­fé­rents de­grés.

«Je ne me suis pas don­né d’ob­jec­tif pré­cis. Je veux seule­ment res­ter proche de qui je suis en tant qu’homme et ar­tiste. Même si j’es­père faire dé­cou­vrir d’autres fa­cettes de ma per­son­na­li­té, j’y suis res­té fi­dèle.»

POUR L’AMOUR DU SON

Se dé­cri­vant comme un grand mé­lo­mane, Bru­no Pel­le­tier dit ap­por­ter une at­ten­tion toute par­ti­cu­lière à la qua­li­té so­nore de son pro­chain disque.

«Les textes sont beaux, les mé­lo­dies éga­le­ment, mais la pro­duc­tion est aus­si très im­por­tante, dit-il. Dans les an­nées 90, il y a eu une vague très “ga­rage” qui lais­sait de cô­té la qua­li­té du son. Je ne suis pas de cette école-là. Pour moi, la pro­duc­tion est pri­mor­diale.»

Une der­nière ques­tion : quel est l’as­pect de son mé­tier que le chan­teur croit avoir le plus amé­lio­ré de­puis ses dé­buts, il y a 25 ans?

«Ma voix. Je l’ai beau­coup, beau­coup tra­vaillée au fil des an­nées pour ob­te­nir un son plus rond et chaud. Je la traite comme un ins­tru­ment de mu­sique et je pense que l’évo­lu­tion s’en­tend dans mes en­re­gis­tre­ments.»

PHOTO D’ARCHIVES – PA­BLO DU­RANT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.