LES JOIES DU MA­RIAGE... ET DES AMI­TIÉS

LOS ANGELES — Con­trai­re­ment à ces femmes qui tiennent à se ma­rier à tout prix qu’elles in­ter­prètent dans leur nou­velle co­mé­die, Kate Hud­son et Anne Ha­tha­way disent qu’elles n’ont ja­mais été ob­sé­dées par l’idée d’avoir un ma­riage de rêve.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Ke­vin William­son Sun Me­dia

En fait, elles ne sont pas en­tiè­re­ment ven­dues à l’idée même du ma­riage.

« Je ne sens au­cune pres­sion quant à la né­ces­si­té du ma­riage », a sou­li­gné Ha­tha­way lors d’une ren­contre avec des jour­na­listes dans un hô­tel de Be­ver­ly Hills. « Je ne res­sens pas de pres­sion ve­nant de ma fa­mille ou d’amis, ou à l’in­té­rieur de moi. »

C’est aus­si le sen­ti­ment de Hud­son, même si elle a dé­jà été ma­riée une fois – elle s’est sé­pa­rée de son ro­ckeur de ma­ri Ch­ris Ro­bin­son en 2006, après six ans de ma­riage.

« Je suis née d’une mère qui a fi­ni par ne pas épou­ser mon père », di­telle à pro­pos de ses pa­rents, Gol­die Hawn et Kurt Rus­sell. « Je vois les choses d’une fa­çon lé­gè­re­ment non conven­tion­nelle. Et je me suis ma­riée. C’était for­mi­dable. C’était le pied. Tout le monde de­vrait le faire. »

Ce­la veut-il dire qu’elle le re­fe­rait en­core ? « Peut-être. Si c’est la bonne chose à faire, je pense que c’est im­por­tant. Je ne sais pas qui se­rait l’élu, de sorte que ce­la dé­pen­drait de la re­la­tion que nous au­rions dé­ve­lop­pée. »

LA GUERRE DES MA­RIÉES

Le film La Guerre des ma­riées met en ve­dette Ha­tha­way et Hud­son dans le rôle de deux amies de longue date qui se que­rellent lors­qu’elles se rendent compte que leurs ma­riages res­pec­tifs au­ront lieu à la même date.

Hud­son, qui est aus­si l’une des réa­li­sa­trices, re­con­naît que les ci­néastes ont dû se battre pour s’as­su­rer que leur co­mé­die ne sombre pas dans les sté­réo­types né­ga­tifs sur celles qui tiennent à se ma­rier à tout prix.

« J’ai vu ce pro­jet comme un dé­fi. C’est une bonne chose pour les femmes d’être en me­sure de se mo­quer d’elles-mêmes, car on peut se sen­tir un peu cou­pable par­fois de pé­ter les plombs et de faire sor­tir la pres­sion… Je me suis dit qu’il y avait un moyen de faire un film s’adres­sant aux femmes de tous âges, sans ex­clure per­sonne. Il s’agit d’un film qui porte sur l’ami­tié, sur le res­pect et sur l’im­por­tance d’avoir des amies. Rien ne compte vrai­ment si vous n’avez pas vos amies. »

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.