La vie à deux

Le Journal de Quebec - Weekend - - NEWS -

Charles Az­na­vour l’a fait. Dan Bi­gras l’a fait, mais rien qu’avec des femmes. Claude Du­bois l’a fait aus­si, et ça a été très payant. De quoi s’agit-il? D’al­bums de duos, bien sûr! C’est la grande mode, la ten­dance lourde. Le der­nier à sur­fer sur cette vague est Ada­mo, qui sor­ti­ra Le bal des gens bien, mar­di. Il y re­prend ses plus belles chan­sons avec des ar­tistes de la nou­velle gé­né­ra­tion (Bé­na­bar, Jeanne Che­rhal, Ca­li), his­toire de don­ner un pe­tit coup de jeu­nesse à son ré­per­toire. Il chante son plus grand suc­cès, C’est ma vie, avec Isa­belle Bou­lay, sû­re­ment un clin d’oeil au fait que cette chan­son a connu une deuxième vie au Qué­bec dans la pu­bli­ci­té pour le lait. Le ré­sul­tat est par­fait.

Mais les ma­riages d’ar­tistes sur disque ne sont pas tou­jours aus­si heu­reux. Les voix ne s’ac­cordent pas né­ces­sai­re­ment, le ré­per­toire de l’un ne convient pas for­cé­ment à l’autre et on a par­fois l’im­pres­sion qu’ils ne sont pas du tout sur la même lon­gueur d’onde. Voi­ci mon pal­ma­rès per­son­nel des duos les plus réus­sis de la chan­son :

Fé­lix Le­clerc et Diane Du­fresne, Dia­logue d’amou­reux. Il lui dit : « Quand je te dé­tes­te­rai, je met­trai ma cas­quette. » Elle ré­pond : « Quand je ne t’ai­me­rai plus, je me fe­rai des tresses. » Et on croit vrai­ment à ce couple im­pro­bable aux uni­vers mu­si­caux si dis­tincts.

Luc de La­ro­chel­lière et Gilles Vi­gneault, Si fra­gile. Quand Vi­gneault chante la fra­gi­li­té de la vie et la peur de la mort, sa voix d’homme d’ex­pé­rience tremble un peu et Luc de La­ro­chel­lière semble presque le conso­ler.

Georges Mous­ta­ki et Bar­ba­ra, La ligne droite. Il com­mence à la gui­tare, elle conti­nue au pia­no, et ils ra­content en­semble la dif­fi­cul­té pour un homme et une femme de ma­rier leurs uni­vers si dif­fé­rents.

Maxime Le Fo­res­tier et Mi­chel Ri­vard, Bille de verre. Deux ar­tistes, deux pa­pas qui ont écrit à quatre mains une chan­son sur les rêves de l’en­fance et qui la chantent en har­mo­nie.

Paul Pi­ché et Da­niel Bou­cher, De­hors juillet. Leurs deux voix tristes se conjuguent par­fai­te­ment pour chan­ter la mort, dans cet hom­mage à Dé­dé Fortin.

Chan­ter à deux, c’est comme vivre à deux : ça de­mande de la pa­tience, de la gé­né­ro­si­té, une bonne dose d’hu­mi­li­té. Et, sur­tout, beau­coup d’écoute.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.