UN SIÈCLE EN SEPT MI­NUTES

Ré­su­mer 100 ans d’his­toire en sept pe­tites mi­nutes, voi­là le dé­fi qu’on a lan­cé à l’écri­vain Georges-Hé­bert Ger­main, qui si­gne­ra en­core une fois les textes du concert-bé­né­fice OSMCa­na­dien. « Ça a été un énorme dé­fi, mais le su­jet est si fas­ci­nant… » nous

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Philippe Meilleur Le Jour­nal

On n’a pas be­soin de cui­si­ner long­temps M. Ger­main pour le faire par­ler du sport na­tio­nal des Qué­bé­cois. Au bout du fil, la voix de l’homme s’en­flamme d’une douce pas­sion quand on lui de­mande pour­quoi il a de nou­veau ac­cep­té de tra­vailler avec le com­po­si­teur Fran­çois Dom­pierre sur ce pro­jet d’en­ver­gure.

« Le ho­ckey, c’est ce qui nous a per­mis de nous dé­bar­ras­ser de nos peurs et de nous ex­pri­mer ailleurs dans le monde, dit-il. Ça a été une fa­çon de nous ré­vé­ler et, sur­tout, de nous ré­con­ci­lier avec les an­glo­phones. Il ne faut pas oublier qu’à l’époque, la plu­part des joueurs du Canadien étaient fran­co­phones… »

D’AU­RÈLE JO­LIAT À SA­KU KOIVU

Comme pour Les Glo­rieux l’an­née der­nière, la trame nar­ra­tive concoc­tée par Geor­gesHé­bert Ger­main tourne au­tour de cinq grands thèmes re­liés au ho­ckey. Nouveauté : l’his­toire tour­ne­ra au­tour d’un seul per­son­nage plu­tôt que deux, dansle but de lais­ser plus de place aux joueurs ac­tuels et pas­sés du CH.

« Ils pro­non­ce­ront à tour de rôle dans leur langue ma­ter­nelle la fa­meuse phrase de l’an­cien en­traî­neur Claude Ruel, y en au­ra pas de fa­cile, ré­vèle l’au­teur. On fe­ra aus­si beau­coup de liens entre les dif­fé­rentes époques de l’équipe. Je vou­lais mon­trer que, de Jo­liat à Koivu en pas­sant par Ri­chard et Quin­tal, c’est tis­sé ser­ré.

« Le prin­ci­pal dé­fi de l’oeuvre était jus­te­ment de lier toute cette riche his­toire en si peu de temps, pour­suit-il. Mon texte ne re­pré­sente que sept mi­nutes de nar­ra­tion; ça a été plu­tôt dif­fi­cile de choi­sir les bons mots. J’ai donc choi­si des thèmes gé­né­raux pour créer une grande mé­ta­phore sur la si­gni­fi­ca­tion du ho­ckey au Qué­bec. »

OVA­TION

M. Ger­main se sou­vient très bien de l’ex­cel­lente ré­ac­tion du pu­blic de­vant Les Glo­rieux l’an der­nier. Tel­le­ment qu’il dit avoir en­core des fris­sons en y re­pen­sant.

« Quand Guy La­fleur s’est pré­sen­té, il a eu droit à une ova­tion monstre, dé­crit-il. Il tra­ver­sait une pé­riode dif­fi­cile sur le plan per­son­nel et le pu­blic de la Place des Arts, qui n’est pour­tant pas très prompt aux grandes ova­tions, s’est le­vé d’un seul trait pour le sa­luer. Ça a été tel­le­ment long que Kent Na­ga­no a dû re­prendre la mu­sique pen­dant que les gens ap­plau­dis­saient en­core! »

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.