UNEHISTOIREQUISEPERDENCOURSDEROUTE

Mal­gré de bonnes in­ten­tions et une dé­marche ar­tis­tique ir­ré­pro­chable, le film Ser­veuses de­man­dées peine à trou­ver le ton juste entre le drame et le do­cu­men­taire.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime Demers Le Jour­nal

Do­cu­men­ta­riste d’abord et avant tout (on lui doit no­tam­ment les do­cu­men­taires Jess Goes West, Ma­ry Shel­ley et Les rêves se­crets des Ta­ra­hu­ma­ras), la réa­li­sa­trice Guy­laine Dionne s’est pen­chée dans ce se­cond film de fic­tion (après Les fan­tômes des trois Ma­de­leine) sur les pro­blèmes d’im­mi­gra­tion et sur ces femmes fra­gi­li­sées par le sys­tème qui se laissent ten­ter par le bou­lot de dan­seuse éro­tique.

Ser­veuses de­man­dées ra­conte donc l’his­toire de Pris­cil­la (Ja­nai­na Suau­deau), une jeune Bré­si­lienne ve­nue étu­dier au Qué­bec. Son vi­sa d’étu­diante ex­pi­ré, elle dé­cide quand même de res­ter à Mon­tréal.

Sui­vant les conseils d’un ami bré­si­lien, elle se re­trou­ve­ra ra­pi­de­ment dans un club de dan­seuses éro­tiques du centre-ville, où on lui offre rien de moins qu’une job de star, sur la scène, et très bien payée, bien sûr. Pris­cil­la re­fuse d’abord, mais fi­nit par se lais­ser ten­ter à la suite de sa ren­contre avec Mi­la­gro (Cla­ra Fu­rey), une mys­té­rieuse jeune Qué­bé­coise dan­seuse étoile du club avec la­quelle elle se lie d’ami­tié (et même plus) un peu trop vite.

Pris­cil­la dé­cou­vri­ra bien­tôt à son in­su que Mi­la­gro cache quelques se­crets, et que ses in­ten­tions à son égard n’étaient pas tou­jours aus­si sin­cères qu’elle le di­sait.

Guy­laine Dionne dit avoir fait au­tant de re­cherche, si­non plus, pour ce film de fic­tion qu’elle en fait gé­né­ra­le­ment pour ses do­cu­men­taires. Dé­marche ri­gou­reuse ir­ré­pro­chable donc et pas de doute que les in­for­ma­tions qu’on re­trouve dans le film sur le mi­lieu des bars de dan­seuses et sur les pro­blèmes d’im­mi­gra­tion des jeunes étu­diants sont au­then­tiques.

Mais mal­heu­reu­se­ment, Ser­veuses de­man­dées s’épar­pille dans tous ces su­jets (l’im­mi­gra­tion, les sans-papiers, les bars de dan­seuses) et Guy­laine Dionne n’est pas par­ve­nue à rat­ta­cher tout ce­la dans une his­toire qui se tient.

Car c’est sur le plan du scé­na­rio que le bât blesse. Il est plu­tôt dif­fi­cile de croire à l’his­toire de Pris­cil­la et de com­pren-dre ses mo­ti­va­tions. Pour­quoi tient-elle vrai­ment à res­ter à Mon­tréal? Qu’est-ce qui la convainc à si ra­pi­de­ment chan­ger d’avis sur l’offre de bou­lot de dan­seuse? Et sur­tout, comment fait-elle pour ne pas voir plus tôt qu’il y a quelque chose de louche chez cette Mi­la­gro? Un per­son­nage a des li­mites à être naïf…

Aus­si, le jeu des deux ac­trices prin­ci­pales (Cla­ra Fu­rey et Ja­nai­na Suau­deau) est in­égal, et pas tou­jours convain­cant, les dia­logues sonnent sou­vent faux, et Guy­laine Dionne alour­dit son ré­cit d’une voix off aga­çante et de flash-backs in­utiles nous mon­trant Pris­cil­la plus jeune.

Bref, Guy­laine Dionne semble s’être per­due dans le dé­sir de faire un film qui traite d’un su­jet so­cial et qui ra­conte une his­toire cré­dible en même temps. Dom­mage… Ser­veuses de­man­dées. Un drame de Guy­laine Dionne. Distribution : Cla­ra Fu­rey, Ja­nai­na Suau­deau, Anne Dor­val et Colm Feore. Main­te­nant à l’af­fiche.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.