Les se­crets de Pro­vi­dence

Ben­ja­min, le « dé­ran­gé » de Pro­vi­dence, cache un lourd se­cret. Un se­cret que les fi­dèles de la sé­rie connaî­tront sous peu. Son in­ter­prète, Fran­coisXa­vier Du­four, adore ce jeu tout en nuances que lui per­met de vivre cet homme bles­sé.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Serge Drouin

Quelques se­maines avant les Fêtes, les té­lé­spec­ta­teurs de Pro­vi­dence, en ondes le mar­di à 20 heures, à Ra­dioCa­na­da, ont fait la connais­sance de Ben­ja­min Mar­cotte. Un per­son­nage in­tri­gant qui s’est épris de So­lange La­fleur (Marie-Hé­lène Thi­bault). Mal­heu­reu­se­ment pour lui, So­lange ne veut rien sa­voir. Tel­le­ment que So­lange a dû re­fu­ser un em­ploi à Ben­ja­min pour l’éloi­gner d’elle.

UN HIS­TOIRE D’AMOUR

À ce jour, Ben­ja­min a po­sé des gestes bi­zarres au­tour de So­lange. Il lui a re­mis un fou­lard par l’en­tre­mise de son fils. Cette se­maine, il est en­tré par ef­frac­tion chez So­lange. Et ce n’est pas fi­ni...

« Quand on m’a par­lé du per­son­nage, au dé­part, on m’a sim­ple­ment dit qu’il vi­vrait une his­toire d’amour avec So­lange. Une femme de 40 ans avec un gars de 25 ans, ça me sem­blait in­té­res­sant », di­ra Du­four. « Mais tout a vite chan­gé. Très tôt, Ben­ja­min est de­ve­nu comme un ma­niaque, un pos­ses­sif... Le pu­blic ne sait pas trop qui il est. On tient à gar­der le sus­pense », si­gnale Du­four, qui a ob­te­nu ce rôle à la suite d’une ren­contre avec la réa­li­sa­trice de la sé­rie, Anne Sé­né­cal.

Se­lon l’ac­teur, Ben­ja­min est un homme qui vit avec un lourd se­cret, un sou­ve­nir pé­nible. « Peut-être qu’il a connu So­lange lors­qu’il était plus jeune. Le par­don, pour lui, ça n’existe pas... Chose cer­taine, Ben­ja­min va com- mettre un geste lourd de consé­quences. Les deux fils vont se tou­cher... Il y a de beaux « punchs » qui s’en viennent au cours des pro­chaines se­maines », ex­plique Du­four.

ET CHEZ STAN...

Di­plô­mé de l’École nationale de Théâtre, en 2003, Fran­çois-Xa­vier Du­four a sur­tout joué au théâtre jus­qu’à main­te­nant. Il a aus­si consa­cré son temps à plu­sieurs courts mé­trages et quelques longs mé­trages. Les ama­teurs ont pu le voir dans Elles étaient cinq dans le­quel il in­ter­pré­tait le rôle de Mar­tin Ga­gné. Il in­car­ne­ra un étu­diant dans Po­ly­tech­nique, le pro­chain film de Denis Ville­neuve.

S’il joue les in­tri­gants dans Pro­vi­dence, il se fait un tan­ti­net « no­no » dans Stan et ses stars, cette pa­ro­die de la té­lé­réa­li­té, dans la­quelle il in­ter­prète Arnaud Ladouceur, à VRAK-TV. Il se­ra peut-être le fu­tur pré­ten­dant de Denis (Da­niel Tho­mas)... puis­qu’il joue­ra un fleu­riste dans An­nie et ses hommes, à TVA. « Le père de Denis ai­me­rait bien qu’il se case. Est-ce que ce se­ra avec mon per­son­nage? ».

Et dire que rien ne pré­des­ti­nait Du­four au jeu. « Au cé­gep, j’ai étu­dié en ad­mi­nis­tra­tion, mais je me suis vite ren­du compte que ce n’était pas pour moi. Par la bande, au cé­gep, je me suis in­té­res­sé au théâtre. Au point ou j’ai vu que cet art me plai­sait et que je me suis ins­crit à l’École nationale de théâtre », ter­mine Du­four.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.