Il y a même du bobs­leigh!

OCHORIOS,Ja­maïque—Ça­du­reà pei­ne­six­mi­nutes,maisc’es­tune folle course sur un­vé­ri­table bobs­leigh­qui file sur le rail tor­tueux­dans­la­den­se­fo­rêt tro­pi­ca­le­de­laJa­maïque.

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME - Jean Mau­rice Dud­din Le Jour­nal

« Rain­fo­rest Bobs­led at Mys­tic Moun­tain », sur la côte est de l’île, a été créé à l’ins­ti­ga­tion d’un Amé­ri­cain de la Ca­li­for­nie, Mi­chael Dra­ku­lich, un gaillard de plus de 6 pieds qui, mal­gré ses 59 ans, rai­sonne comme un « yo des sports ex­trêmes ».

Toute sa vie du­rant, Mi­chael Dra­ku­lich a fait les choses au­tre­ment. En 1972, il quitte la côte Ouest amé­ri­caine pour la Ja­maïque. « Rien à voir avec la guerre du Viet-Nam », dit-il avec un sou­rire en­ten­du.

Trente-sept ans plus tard, il y vit en­core. Après avoir fon­dé une en­tre­prise de plon­gée sous-ma­rine et s’être as­so­cié à toutes les grandes chaînes hô­te­lières, il a fi­ni par vendre pe­tit à pe­tit ses sites aux hô­tels de « tou­tin­clus ». De­puis huit ans, il a tra­vaillé avec un mi­nistre ja­maï­cain pour trans- for­mer un im­mense flanc de mon­tagne en parc d’at­trac­tions pour adultes, dans le res­pect de la na­ture.

Les fon­da­tions ont été creu­sées à « jus de bras ». Le ci­ment a été hé­li­por­té, comme les py­lônes du té­lé­phé­rique. Les sec­tions de rail ont été his­sées par des hommes, puis sou­dées sur place. Sept mil­lions de dol­lars US plus tard, en juillet 2008, le parc était inau­gu­ré. Six mois plus tard, le pas­sage des ou­vriers n’y pa­raît plus, tel­le­ment la fo­rêt a re­pris ses droits.

AC­TI­VI­TÉS

Le site compte trois ins­tal­la­tions d’ac­ti­vi­tés, un té­lé­phé­rique à chaises, une Ty­ro­lienne, un bobs­leigh, en plus d’une pis­cine, d’une glis­soire d’eau, d’un ob­ser­va­toire et d’un res­tau­rant.

La piste de bobs­leigh est su­perbe et ac­ces­sible pour tous. Les rails sont en acier in­oxy­dable étin­ce­lant, les bobs­leighs, de qua­li­té, les équi­pe­ments de sé­cu­ri­té, ap­pro­priés, et le per­son­nel est qua­li­fié et ave­nant.

Pas be­soin d’une grande for­ma­tion. Vous pous­sez sur les man­chons et c’est par­ti. Vous main­te­nez à fond, le bobs­leigh ne fait qu’ac­cé­lé­rer. Les courbes sont ser­rées. Zip. Zip. Zip. L’ac­cé­lé­ra­tion est bien sen­tie, le bobs­leigh file au vent, pi­vote dans les courbes, la vi­tesse est gri­sante, la ba­lade à folle al­lure est em­bal­lante. Puis, une des­cente abrupte. C’est le mo­ment le plus ra­pide.

Il y a éga­le­ment les Ty­ro­liennes. Ac­com­pa­gné en­core là par des pros qui, de toute évi­dence, sont aus­si heu­reux que vous en va­cances, vous êtes équi­pé avec les har­nais ap­pro­priés. On vous conduit aux deux longs câbles d’acier ten­dus comme des cordes de pia­no dans la fo­rêt tro­pi­cale. Bien pen­du aux câbles et as­sis dans votre har­nais, vous faites le saut dans le vide. Le mé­ca­nisme fait vi­brer les câbles pen­dant que vous fi­lez dans le vide, sous la cime des arbres, au coeur de la vé­gé­ta­tion d’un vert ma­gni­fique.

L’ex­pé­rience se ré­pète d’arbre en arbre, le coeur bat­tant, les yeux exor­bi­tés, les dents au vent. Pour fi­nir, pe­tit saut dans le vide d’une di­zaine de mètres, pour le plai­sir de res­sen­tir les fris­sons de l’ape­san­teur.

À n’en pas dou­ter, le dé­tour vaut ab­so­lu­ment le coût. Même à 124 $ US. N’hé­si­tez pas.

PHOTOS LE JOUR­NAL

1. Montego Bay, deuxième ag­glo­mé­ra­tion de la Ja­maïque, n’est pas la ville la plus in­vi­tante à dé­cou­vrir à pied pour des Blancs. 2. Les ba­teaux de croi­sière amènent presque la moi­tié de tous les tou­ristes qui vi­sitent la Ja­maïque chaque an­née. Ici, la baie d’Ocho Rios. 3. Un at­trait tou­ris­tique qui vaut la peine en Ja­maïque, c’est la mon­tée à pied des ma­gni­fiques chutes de la ri­vière Dunn’s, à Ocho Rios.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.