Les­ver­tus del’hui­led’olive

L’huile d’olive est consom­mée par les peuples de la Mé­di­ter­ra­née de­puis près de 5 000 ans et uti­li­sée au­tant pour les mets sa­lés que pour les mets su­crés. De­puis une di­zaine d’an­nées, on constate un en­goue­ment pour ce pro­duit dans le monde en­tier, tant po

Le Journal de Quebec - Weekend - - GOURMANDISES -

Il s’agit en ef­fet de l’huile vé­gé­tale qui contient la plus grande quan­ti­té de bons gras. Sa consom­ma­tion ré­gu­lière est as­so­ciée à une ré­duc­tion du mau­vais cho­les­té­rol san­guin (LDL) et à une lé­gère aug­men­ta­tion du bon cho­les­té­rol (HDL). Elle est éga­le­ment une source d’an­ti­oxy­dants, qui pour­raient di­mi­nuer les risques de cer­tains types de cancer.

Con­trai­re­ment à des idées re­çues, l’huile d’olive sup­porte très bien la cha­leur, on peut donc l’em­ployer pour les fri­tures. Dans ma cui­sine, j’ai tou­jours au moins deux huiles d’olive, soit une ré­gu­lière pour la cuisson et une ex­tra-vierge, plus coû­teuse mais plus goû­teuse, pour les sa­lades.

Il faut consom­mer l’huile d’olive dans les deux ans, car ses acides gras s’oxydent avec le temps. Il faut aus­si la mettre à l’abri de l’air, de la lu­mière et de la cha­leur. L’idéal est de la conser­ver dans un ré­ci­pient opaque bien fer­mé et dans un en­droit frais (de 15 à 18 °C), mais pas au ré­fri­gé­ra­teur. 2,62 $ par re­pas et par per­sonne Pré­pa­rer à l’avance : la base d’ail et persil* et la vi­nai­grette clas­sique*.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.