L’amour­pour­les­livres

LOS ANGELES — L’au­teure al­le­mande Cor­ne­lia Funke s’est en par­tie ins­pi­rée de l’ac­teur Brendan Fra­ser quand elle a écrit le ro­man pour en­fants In­kheart il y a quelques an­nées. Ce n’est donc pas tout à fait un ha­sard si l’ac­teur de 40 ans hé­rite au­jourd’hui

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Maxime Demers

« Je m’ins­pire tou­jours des voix, de la ges­tuelle et du phy­sique des ac­teurs quand j’écris », avouait Cor­ne­lia Funke lors d’une ren­contre de presse te­nue il y a deux se­maines à Los Angeles.

« Ce qui fait que dans ma tête, le per­son­nage qui n’avait alors pas en­core de vi­sage de­vient concret », ex­pli­quait la ro­man­cière al­le­mande à un pe­tit groupe de jour­na­listes réunis il y a deux se­maines dans un hô­tel de Los Angeles.

« Pour le per­son­nage prin­ci­pal d’In­kheart, par exemple, j’avais be­soin d’un ac­teur connu, un jeune père qui pou­vait avoir en­core l’air d’un gar­çon. Mais ce dont j’avais en­core plus be­soin, c’est de quel­qu’un qui, comme le per­son­nage, a une belle voix quand il lit une his­toire. Et il y avait deux ac­teurs dont la voix avait pour moi ces qua­li­tés : Brendan Fra­ser et Rus­sell Crowe. Or, à l’époque, Rus­sell Crowe n’était pas vrai­ment en­core cré­dible comme père de fa­mille… »

DU LIVRE À L’ÉCRAN

Le lien entre Brendan Fra­ser et In­kheart au­rait pu se ter­mi­ner là. Mais peu de temps après la pu­bli­ca­tion de ce ro­man élu best-sel­ler et tra­duit dans une tren­taine de langues (tout comme les deux autres livres de la tri­lo­gie), Fra­ser a re­çu un exem­plaire du livre avec un pe­tit mot de son au­teure.

« C’était à une époque où, après Loo­ney Tunes, ma car­rière n’al­lait pas aus­si bien qu’au­jourd’hui, se sou­vient Fra­ser, qui vient d’avoir 40 ans et qui a vu son nom au haut de l’af­fiche de deux autres grosses pro­duc­tions dans la der­nière an­née (après Jour­ney to the Cen­ter of the Earth et The Mum­my : Tomb of the Dra­gon Em­pe­ror).

« Avec le livre, Cor­ne­lia m’avait écrit une pe­tite note sur la­quelle on pou­vait lire : Mer­ci de m’avoir ins­pi­ré ce per­son­nage. J’es­père que vous au­rez la chance de lire ce livre à vos en­fants un jour. J’étais très sur­pris et très flat­té aus­si. Je ne connais­sais pas le livre à ce mo­ment. Je l’ai lu et j’ai ado­ré.

« Puis, quelques mois plus tard, alors que je fai­sais la pro­mo­tion de Loo­ney Tunes à Am­ster­dam, j’ai pris un avion pour al­ler

rendre vi­site à Cor­ne­lia dans sa mai­son de Ham­bourg. Avec sa fille et son gar­çon… On s’est tout de suite bien en­ten­dus et on a réa­li­sé qu’on avait les mêmes goûts en ma­tière d’his­toires et de lit­té­ra­ture. Ç’a cli­qué. »

Ce qui fait que quand, quelques an­nées plus tard, un pro­jet d’adap­ta­tion de la tri­lo­gie de Cor­ne­lia Funke est ar­ri­vé sur la table, l’au­teure a im­mé­dia­te­ment son­gé à Brendan Fra­ser.

« Je ne vou­lais pas im­po­ser mon choix car je suis très cons­ciente que quand on ac­cepte qu’un de nos livres soit adap­té pour le ci­né­ma, on n’est plus le ca­pi­taine du ba­teau, ad­met-elle. Mais quand j’ai ren­con­tré Iain Soft­ley, qui avait été choi­si pour la réa­li­sa­tion, je lui ai quand même par­lé de Brendan et du fait qu’il m’avait ins­pi­ré. Heu­reu­se­ment, il a ai­mé l’idée et le choix a été re­te­nu par le stu­dio. »

SOR­TIR DU LIVRE

Dans In­kheart ( Coeur d’encre), Fra­ser joue donc le rôle de Mo, un jeune père de fa­mille qui a un pou­voir étrange : ce­lui de faire sor­tir des per­son­nages des livres qu’il lit à voix haute. C’est ain­si que neuf ans plus tôt, en li­sant le ro­man In­kheart à sa pe­tite fille, une bande de dan­ge­reux per­son­nages sont sor­tis du livre tan­dis que la femme de Mo, elle, a eu le mal­heur d’être pro­pul­sée dans le livre en ques­tion.

De­puis, Mo et sa fille courent les bi­blio­thèques des quatre coins du monde à la re­cherche d’un exem­plaire du livre qui lui per­met­trait de re­trou­ver sa femme.

« Plu­sieurs choses m’ont re­joint dans cette his­toire, mais en tant que père de trois en­fants (de 6, 4 et 2 ans), j’ai par­ti­cu­liè­re­ment été tou­ché par le fait que ce film fait la pro­mo­tion de la lec­ture au­près des jeunes, sou­ligne Fra­ser. Je trouve que c’est très louable comme mes­sage. »

Ce mes­sage est aus­si très im­por­tant bien sûr pour Cor­ne­lia Funke.

« Pour moi, ce qui est au coeur du ro­man et que je te­nais à re­trou­ver dans le film, c’est l’amour pour les livres et l’amour du père pour sa fille », ré­sume la ro­man­cière.

Brendan Fra­ser donne la ré­plique à Paul Bet­ta­ny, Eli­za Hope Bennett, He­len Mir­ren et Ra­fi Ga­vron dans In­kheart, nou­veau film d’Iain Soft­ley ( Back­beat,The Ske­le­tonKey). 2. Dans In­kheart, Brendan Fra­ser in­carne Mo, un jeune homme qui le pou­voir de faire sor­tir les per­son­nages et des ob­jets des livres qu’il lit à voix haute. 3. In­kheart est la troi­sième grosse pro­duc­tion à mettre en ve­dette Brendan Fra­ser après Jour­ney­to­theCen­te­rof­theEarth et TheMum­my3. 4. In­kheart ( Coeurd’encre) est une adap­ta­tion du pre­mier ro­man de la tri­lo­gie Ink­world écrite par la ro­man­cière al­le­mande Cor­ne­lia Funke.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.