Chan­ger de rythme

Dans une rue ty­pique de la basse-ville de Qué­bec, une jeune femme s’at­tarde dans une voi­ture conduite par un homme; elle en des­cend et s’ap­prête, un peu hé­si­tante, à ou­vrir la porte d’un ap­par­te­ment... Si­mone re­tourne à l’ap­par­te­ment de sa grand-mère pour

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - De­nise Mar­tel

De lun­di à jeu­di in­clu­si­ve­ment, une pe­tite équipe com­po­sée en grande par­tie de tech­ni­ciens de Qué­bec com­plé­tait le tour­nage de Signes vi­taux, le se­cond long mé­trage de la réa­li­sa­trice So­phie De­raspe, qui nous a don­né, en 2006, À la re­cherche de Vic­tor Pel­le­rin, un vrai do­cu­men­taire sur un faux per­son­nage.

Signes vi­taux, pré­cise-t-elle en en­tre­vue, est un scé­na­rio qu’elle a écrit im­mé­dia­te­ment après le tour­nage de Vic­tor Pel­le­rin et qui lui a été ins­pi­ré par une per­sonne qu’elle a ren­con­trée en 2005. « C’est un drame tein­té d’amour et d’humour qui vise à tou­cher des cordes sen­sibles. Étu­diante à Har­vard en bio­lo­gie mo­lé­cu­laire et ha­bi­tuée à vivre en un mode per­for­mance, Si­mone (Marie-Hé­lène Bel­le­vance) re­vient dans la ville où elle a gran­di pour s’oc­cu­per de la suc­ces­sion de sa grand-mère. Elle se trouve alors for­cée de vivre à un rythme plus hu­main, dans la qua­li­té du mo­ment. Elle ap­prend à se ré­ap­pro­prier la vie, l’humour. Elle re­trouve aus­si Bo­ris, son an­cien amou­reux avec qui elle n’a ja­mais rom­pu, mais dans une re­la­tion qu’elle n’a ja­mais vrai­ment as­su­mée non plus », confie So­phie De­raspe, qui, en plus d’écrire et réa­li­ser le film, est éga­le­ment co­pro­duc­trice de Signes vi­taux avec Ni­co­las Fon­se­ca, son par­te­naire chez Les Films Sia­mois, une pe­tite mai­son de pro­duc­tion de Mon­tréal.

PE­TIT BUD­GET

Le film est réa­li­sé avec un bud­get de 1,1 mil­lion dont une pe­tite sub­ven­tion de la SODEC, mais pas de Té­lé­film Ca­na­da, par- ce que So­phie De­raspe au­rait dû at­tendre une grosse an­née de plus avant de tour­ner alors qu’elle sen­tait que le mo­ment pro­pice était là. « J’es­père que Té­lé­film s’im­pli­que­ra un peu plus tard, ça nous ai­de­ra à mieux ter­mi­ner le film », avoue-t-elle avec un large sou­rire.

Le tour­nage de Signes vi­taux a été en­tre­pris à Mon­tréal, l’au­tomne der­nier, mais pour ce qui est des ex­té­rieurs, la réa­li­sa­trice de 35 ans te­nait à tour­ner à Qué­bec même si la ville ne fi­gu­re­ra pas comme telle dans le film. « Qué­bec a quelque chose de sin­gu­lier, quelque chose qui ne se trouve pas dans la mé­tro­pole, à la fois ro­man­tique et wes­tern avec ses mai­sons qui donnent di­rec­te­ment sur le trot­toir et ses po­teaux élec­triques.

J’aime les quar­tiers his­to­riques de Qué­bec, mais en­core plus ses quar­tiers po­pu­laires. En hi­ver, c’est su­per beau! », confie la ci­néaste na­tive de Rimouski, tout en pré­ci­sant avoir vé­cu un peu par­tout au Qué­bec, des îles de la Ma­de­leine à Mon­tréal en pas­sant par Qué­bec. Sur les 23 jours de tour­nage, six ont ame­né l’équipe à s’ins­tal­ler à Qué­bec, à l’au­tomne et cette se­maine, une jour­née en Es­trie et les autres à Mon­tréal.

Pour Ni­co­las Fon­se­ca, il s’agis­sait d’al­ler au bout d’un pro­ces­sus créa­tif pour le­quel l’équipe s’est dé­pla­cée à Sille­ry, Li­moi­lou et sur­tout dans la basse-ville. Le fait de faire ap­pel à des tech­ni­ciens et à quelques co­mé­diens de Qué­bec pour les sé­quences tour­nées ici, soit 25 % du film, a per­mis de li­mi­ter les coûts. Toute la post­pro­duc­tion se fe­ra à Mon­tréal et le film, dont la distribution com­prend éga­le­ment Da­nielle Oui­met, dans le rôle d’une pa­tiente en phase ter­mi­nale, Marie Bras­sard, éga­le­ment une pa­tiente, de même que quelques autres co­mé­diens, de­vrait sor­tir en fin d’an­née.

Une scène du tour­nage qui se dé­rou­lait dans la Vieille Ca­pi­tale cette se­maine. For­mée en ci­né­ma à l’Uni­ver­si­té de Mon­tréal, So­phie De­raspe avoue ve­nir du do­cu­men­taire. Elle a flir­té avec la fic­tion une pre­mière fois en tra­vaillant comme as­sis­tante-réa­li­sa­trice de Philippe Fa­lar­deau pour son pre­mier long mé­trage, La moi­tié gauche du fri­go, et réa­li­sé par la suite À la re­cherche de Vic­tor Pel­le­rin. Très sou­riante, la réa­li­sa­trice So­phie De­raspe ne mé­na­geait pas les ex­pli­ca­tions aux co­mé­diens, Ma­rieHé­lène Bellavance et Fran­cis Du­charme, à l’oc­ca­sion du tour­nage de Signes vi­taux, cette se­maine, sur la rue Frank­lin, dans la basse-ville de Qué­bec.

PHOTOS STE­VEN LE­BLANC

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.