UNFILMDÉRANGEANTETMALSAIN

Home sweet home... jus­qu’à ce que la ci­vi­li­sa­tion et ses aléas re­joignent un couple et leurs trois en­fants qui ont choi­si de vivre au bout de... l’au­to­route. Aux li­mites de l’ab­surde et qua­si sur­réa­liste, Home a quelque chose de pro­fon­dé­ment dé­ran­geant.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - De­nise Mar­tel Le Jour­nal de Qué­bec

Sans que l’on men­tionne vrai­ment pour­quoi — d’ailleurs, on passe une par­tie du film à se de­man­der s’ils ont re­fu­sé d’être ex­pro­priés ou quelque chose du genre — Mi­chel (Oli­vier Gour­met) et Marthe (Isa­belle Hup­pert) ont fait de ce bout d’au­to­route, là ou seuls les éboueurs se rendent, leur mi­lieu de vie.

Tout semble al­ler pour le mieux jus­qu’au jour où une nou­velle laisse croire que les tra­vaux se­ront re­pris et l’au­to­route fi­na­le­ment ou­verte à la cir­cu­la­tion. La nou­velle sème l’in­quié­tude dans ce couple quelque peu étrange. Contre tout espoir, l’au­to­route est ra­pi­de­ment ou­verte à la cir­cu­la­tion et de plus en plus fré­quen­tée. De plus en plus de voi­tures, de plus en plus de re­gards éton­nés et, sur­tout, de plus en plus de bruit. Un bruit qui gruge toutes les éner­gies de Marthe, qui semble sur le point de de­ve­nir folle.

Ses craintes de­viennent om­ni­pré­sentes, voire en­va­his­santes, pen­dant que Ju­lien (Ka­cey Mot­tet Klein), le pe­tit der­nier, prend plai­sir à jouer dans la cir­cu­la­tion, Judith (Ade­laïde Le­roux) et Ma­rion (Ma­de­leine Budd), leurs deux filles, s’in­quiètent pour elle, cha­cunes à leur fa­çon.

Pre­mier long mé­trage co­écrit et réa­li­sé par la Fran­co-Suisse Ur­su­la Meier, ex-col­la­bo­ra­trice d’Alain Tan­ner, Home peut en exas­pé­rer plu­sieurs par son contexte étrange et suf­fo­cant, comme il peut in­tri­guer au plus haut point et sus­ci­ter de nom­breuses ques­tions. Bien sûr, on peut y voir une mé­ta­phore sur l’en­va­his­se­ment de la so­cié­té de consom­ma­tion. Il faut ad­mettre que le su­jet et l’ap­proche sont plu­tôt étranges, mais néan­moins ha­bi­le­ment mis en scène.

Le pre­mier plan du film est très élo­quent sur la joie de vivre de la pe­tite fa­mille, mais plus la ca­mé­ra s’éloigne, plus on constate le ca­rac­tère étrange de la si­tua­tion. Au fur et à me­sure que le film avance, un ma­laise s’ins­talle. La sen­sa­tion d’en­fer­me­ment laisse pla­ner quelque chose de mal­sain et il de­vient évident que la mère a un sé­rieux pro­blème...

Oli­vier Gour­met in­carne un bon père de fa­mille, ai­mant et en­joué. Ha­bi­tuée des rôles psy­cho­lo­gi­que­ment dif­fi­ciles, Isa­belle Hup­pert rend cré­dible le trouble de la mère. Home, met­tant en ve­dette Isa­belle Hup­pert et Oli­vier Gour­met.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.