S’AMUSERSURSONiPHONE

TO­RON­TO — Il faut se l’avouer : en gé­né­ral, les jeux pour té­lé­phones cel­lu­laires sont af­freux. Qui au­rait en­vie de dé­pen­ser 7 $ pour une ver­sion mi­nia­ture et sim­pliste de TonyHawk ou de Cal­lofDu­ty, qui se joue en ap­puyant sur les bou­tons d’un cel­lu­laire?

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - STEVE TILLEY Sun Me­dia

HEROOFSPARTA (GA­ME­LOFT : 9,99 $)

Puis ar­ri­va le iP­hone. Ce pe­tit ap­pa­reil à écran tac­tile d’Apple ne se contente pas d’être un na­vi­ga­teur Web, un lec­teur mul­ti­mé­dia et, oui, même un té­lé­phone. Tout comme son cou­sin le iPod Touch, le iP­hone com­mence len­te­ment à s’ap­pro­prier une part d’un mar­ché do­mi­né par la Nin­ten­do DS et la So­ny PSP en of­frant des jeux pas chers — par­fois même gra­tuits — cent fois meilleurs que ceux pour cel­lu­laires.

En voi­ci donc cinq que nous vous re­com­man­dons for­te­ment :

Es­sen­tiel­le­ment, He­ro of Spar­ta est l’équi­valent de God of War sur iP­hone. C’est un jeu d’ac­tion et d’aven­tures en 3D qui vous en­voie vous battre dans les ruines de la Grèce an­tique contre des scor­pions géants, des mi­no­taures et plein d’autres bes­tioles tout en ac­qué­rant des nou­veaux pou­voirs fé­roces pour ache­ver vos en­ne­mis plus ra­pi­de­ment.

Bien que les gra­phiques ne se com­parent pas à ceux de God of War : Chains of Olym­pus pour PSP, c’est quand même un bon porte-monstres-tré­sor avec des contrôles très pré­cis et un joys­tick vir­tuel sur l’écran tac­tile qui sert à di­ri­ger le roi Ar­gos. Les com­bats sont su­perbes, amu­sants et les ci­né­ma­tiques sont très réus­sies.

JELLYCAR (TI­MO­THY FITZRANDOLPH : GRA­TUIT)

Si 10 $ est un bon prix pour un bon jeu, alors que pen­sez-vous de Jel­ly Car, un jeu di­ver­tis­sant et in­no­va­teur qui ne coûte rien? Le but est de vous rendre du dé­but à la fin de chaque ni­veau avec votre au­to spon­gieuse et mal des­si­née en pas­sant à tra­vers toute une sé­rie d’obs­tacles gé­la­ti­neux.

On ac­cé­lère en ap­puyant à la droite de l’écran et on freine en ap­puyant à la gauche; vous pou­vez éga­le­ment ta­po­ter votre au­to pour la trans­for­mer en mons­ter truck pen­dant un court laps de temps. Les règles ap­proxi­ma­tives de phy­sique exigent une cer­taine concen­tra­tion et beau­coup de pa­tience, mais il y a une tonne de ni­veaux à es­sayer. Et c’est gra­tuit!

RO­LAN­DO (NGMOCO : 9,99 $)

En bref, Ro­lan­do s’ins­pire lar­ge­ment du très po­pu­laire Lo­co Ro­co pour PSP. Ce­la dit, nous sommes plu­tôt d’avis que Ro­lan­do est non seule­ment meilleur que Lo­co Ro­co (et moins cher), mais aus­si mieux adap­té au iP­hone que n’im­porte quel autre jeu sur le mar­ché.

Dans Ro­lan­do, vous de­vez sau­ver les joyeux pe­tits ha­bi­tants pa­ta­poufs de Ro­lan­do­land en fai­sant bas­cu­ler le iP­hone pour les faire rou­ler et en les ef­fleu­rant avec votre doigt pour les faire sau­ter. Les 36 ni­veaux au to­tal sont rem­plis d’en­vi­ron­ne­ments co­lo­rés, de casse-tête étranges ba­sés sur les règles de la phy­sique et d’un sym­pa­thique sens de l’humour – même la mu­sique est for­mi­dable.

FIEL­DRUN­NERS (SUB­ATO­MIC STU­DIOS : 4,99 $)

Si vous avez dé­jà joué à un des dou­zaines de jeux de type to­wer de­fense, vous avez une bonne idée du concept de Fiel­drun­ners.

Un ré­gi­ment de pe­tits sol­dats entre du cô­té gauche de l’écran et se di­rige di­rec­te­ment vers le cô­té droit; votre mis­sion est de les ar­rê­ter à tout prix en construi­sant des tou­relles, des ca­nons à glu, des lance-ro­quettes et même des fu­sils la­ser.

Mais mal­gré les contrôles fa­ciles à maî­tri­ser et les ex­cel­lents gra­phiques, Fiel­drun­ners n’offre pas grand-chose de plus que ses pré­dé­ces­seurs, entre autres Desk­top To­wer De­fense et PixelJunk Mons­ters.

Je dois ad­mettre que j’ai quand même pas­sé des heures à créer des la­by­rinthes com­plexes de tou­relles pour op­ti­mi­ser mes at­taques contre les pe­tits sol­dats, les hé­li­co­ptères et les chars d’as­saut.

DIZZYBEE (HOWARD N. HUN­LEY : 2,99 $)

As­su­rez-vous d’être dans un en­droit stable avant de jouer à Diz­zy Bee : pour y jouer, vous de­vez agi­ter et tour­ner votre iP­hone comme s’il s’agis­sait du vo­lant d’une au­to com­plè­te­ment hors de maî­trise (j’ai failli échap­per le mien à quelques re­prises). Ce­la dit, c’est un jeu mi­gnon, char­mant et re­la­ti­ve­ment dif­fi­cile, sur­tout si vous es­sayez d’ob­te­nir une mé­daille d’or à cha­cun des 40 ni­veaux.

Le but du jeu est de faire lé­gè­re­ment bas­cu­ler votre iP­hone pour di­ri­ger Diz­zy Bee dans les dif­fé­rents la­by­rinthes et de sau­ver ses amis afin de les me­ner à un en­droit sûr tout en évi­tant les mé­chants.

Diz­zy Bee est un jeu fran­che­ment réus­si avec plein de dé­tails bien pen­sés, comme l’écran des ré­sul­tats à la fin de chaque ni­veau qui ap­pa­raît tou­jours dans le bon sens peu im­porte comment vous te­nez votre iP­hone. Jus­qu’à ce que vous l’échap­piez bien sûr… alors là, par­tie ter­mi­née.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.