Les tra­vers de la so­cié­té qué­bé­coise

Ro­ga­tien Du­bois, l’ir­ré­vé­ren­cieux chauf­feur de Taxi0-22 in­ter­pré­té par Pa­trick Huard, est un être rem­pli de pré­ju­gés, qui tire de tous les cô­tés. Si, à ce jour, au­cune plainte n’a été dé­po­sée en lien avec la sé­rie, Pa­trick Huard avoue avoir eu des crainte

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION - Claude Gi­guère Le Jour­nal

Dans la troi­sième sai­son de Taxi 0-22, qui prend l’an­tenne le 29 jan­vier à TVA, un épi­sode s’at­tarde de fa­çon plus par­ti­cu­lière à cer­tains pré­ju­gés que pour­rait avoir Ro­ga­tien en­vers les Noirs.

Ro­bert, l’Haïtien qui a sau­vé la vie de Ro­ga­tien dans la der­nière sai­son, in­vite ce der­nier à son an­ni­ver­saire. À cause de la con­tro­verse en­tou­rant le Bye Bye, Pa­trick Huard dit avoir dou­té, mais pas trop long­temps.

« J’ai eu 15 se­condes d’in­quié­tude en pen­sant à cet épi­sode où Ro­bert in­vite Ro­ga­tien à sa fête, dans son ar­rière-cour », dit Huard, qui a ce­pen­dant vite ba­layé sous le ta­pis ces doutes.

« Il ne faut pas se mettre à s’asep­ti­ser, car ces su­jets sont trop im­por­tants », ajoute-t-il.

Il faut dire que les groupes qui sont la cible des en­vo­lées de Ro­ga­tien ne s’en plaignent pas, qu’il s’agisse de gais, de femmes ou de Noirs.

« Ça m’a éton­né, mais tous les groupes dont il est ques­tion dans la sé­rie m’en ont par­lé po­si­ti­ve­ment. Des ados noirs m’ont dit qu’ils adorent, qu’ils sont tou­chés, ils me re­mer­cient », ex­plique Pa­trick Huard.

Se­lon lui, Ro­ga­tien per­met à la so­cié­té qué­bé­coise de voir cer­tains de ses tra­vers. « C’est une main ten­due, une fa­çon de dire : regardez de quoi on a l’air quand on est fer­més. »

PAS DE PLAINTES CONTRE Taxi0-22

France Lau­zière, vice-pré­si­dente à la pro­gram­ma­tion à TVA, confirme que les deux sai­sons pré­cé­dentes de Taxi 0-22 n’ont pas cau­sé de pro­blèmes au dif­fu­seur.

« Nous n’avons re­çu au­cune plainte parce que le per­son­nage est ir­ré­vé­ren­cieux et qu’il tire sur tout », dit-elle.

Pa­trick Huard, pour sa part, af­firme qu’il n’au­rait pas réa­li­sé cet épi­sode dif­fé­rem-

Taxi 0-22, les jeu­dis, à 21 h, dès le 29 jan­vier sur les ondes de TVA. ment même s’il avait eu à le faire après le Bye Bye.

« La dif­fi­cul­té avec le Bye Bye, c’est qu’il dure une heure et de­mie, alors que dans mon cas, on en est à trois sai­sons pour les­quelles chaque épi­sode a été tra­vaillé pouce par pouce. Dans un show ou un nu­mé­ro, c’est plus ris­qué », ana­lyse-t-il.

À ce jour, Pa­trick Huard af­firme n’avoir re­çu que des com­pli­ments, même ve­nant de la part des mi­no­ri­tés ou des ve­dettes qui sont par­fois la cible de son Ro­ga­tien.

« Je ne fais pas de jokes sur des groupes de per­sonnes ou des in­di­vi­dus avec qui je n’ai pas d’af­fi­ni­tés ou du res­pect. Il faut que j’aie hâte de les voir et de leur de­man­der : “Pis, as-tu ai­mé ça?” C’est la même chose avec les ve­dettes, qui sont par­fois écor­chées dans l’émis­sion », conclut Pa­trick Huard.

PHOTO LE JOUR­NAL – YVAN TREM­BLAY

Pa­trick Huard dit s’être in­quié­té quand a com­men­cé la con­tro­verse au su­jet du ByeBye2008, en rai­son d’un épi­sode de la nou­velle sai­son de Taxi0-22 dans le­quel Ro­ga­tien se re­trouve dans un par­ty d’Haï­tiens. Sur la photo, Pa­trick Huard, Syl­vie Bou­cher, Fran­çois Arnaud et Jean Tur­cotte.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.