Les mots de l’espoir

Il y a cinq ans, l’ini­tia­teur du pro­jet a pas­sé pour un fou avec sa pro­po­si­tion. Cette an­née, MilleMotsd’amou­ren lec­ture en est à sa cin­quième édi­tion et on y trouve des lettres aus­si pres­ti­gieuses que celles de Clé­mence DesRochers, Fred Pel­le­rin, Ri­ta La

Le Journal de Quebec - Weekend - - LIVRES - Agnès Gau­det

Mille Mots d’amour en lec­ture est un cof­fret qui re­groupe 141 lettres d’amour de cé­lé­bri­tés, jour­na­listes, mé­de­cins, jeunes du se­con­daire et « im­pa­tients » qui pro­fitent des ate­liers de créa­tion de la Fon­da­tion Les Im­pa­tients. Grâce à la vente du cof­fret, cet or­ga­nisme peut conti­nuer d’of­frir ses ser­vices à quelque 300 per­sonnes at­teintes de ma­la­die men­tale chaque an­née. On es­père cette an­née amas­ser 80 000 $.

Chaque an­née, la di­rec­trice gé­né­rale et fon­da­trice de la mai­son, Lor­raine Pa­lar­dy, se de­mande si la ma­gie opé­re­ra. Et chaque an­née, elle est agréa­ble­ment sur­prise de la gé­né­ro­si­té des gens qui, à leur de­mande, se dé­vouent pour la cause.

L’at­ta­ché de presse, Alain La­bon­té, ini­tia­teur du pro­jet, n’est pas étran­ger à ce vif suc­cès. Avec un groupe de bé­né­voles et Lor­raine Pa­lar­dy, il tra­vaille toute l’an­née, et frappe aux portes pour faire avan­cer le pro­jet. Le cof­fret Mille Mots d’amour en lec­ture est pro­duit par cette équipe de A à Z. Un tel pro­duit coû­te­rait nor­ma­le­ment au­tour de 65 000 $. Eux par­viennent à le pro­duire à zé­ro coût, no­tam­ment grâce à leurs com­man­di­taires. Tous les pro­fits sont ré­in­jec­tés dans les lieux d’ex­pres­sion ar­tis­tique des­ti­nés aux im­pa­tients de la Fon­da­tion.

DES BI­JOUX DE LETTRES

Cette an­née en­core, le cof­fret compte des bi­joux dont toute l’équipe se ré­jouit. Les lettres d’amour s’adressent à la vie, à un être cher, à un ani­mal de com­pa­gnie, à un amant et bien d’autres. Fred Pel­le­rin s’adresse à ses filles, Leo­nard Co­hen à l’in­ter­prète d’une chan­son, Da­niel Bé­lan­ger s’adresse à l’eau et à la femme de sa vie. Quant à la lettre de Jacques Brel, elle s’adres­sait à son amie Clai­rette, dé­cé­dée l’an der­nier. C’est sa soeur, Da­nielle Od­de­ra, qui a of­fert le pré­cieux do­cu­ment in­édit pour la cause.

Plu­sieurs lettres sont écrites sur le ton de la confi­dence. Par­mi les plus tou­chantes se trouve celle de l’au­teure-com­po­si­trice Ma­ryse Letarte, qui a connu le plus gros suc­cès des fêtes avec son al­bum Des pas dans la neige. La chan­teuse s’adresse à sa mère et ré­vèle que cette der­nière et elle ne s’étaient ja­mais dit « je t’aime », ce qui a chan­gé du tout au tout de­puis.

« Écrire est simple quand on sait que c’est pour ai­der, in­dique Ma­ryse Letarte. Et puis, ai­der me rend heu­reuse. L’idée, c’est de bri­ser l’iso­le­ment, en écri­vant, en par­lant. Moi, quand j’étais pe­tite, je fuyais ma so­li­tude au pia­no, mais sans le sa­voir je me cou­pais en­core plus de monde, seule avec mon pia­no. »

L’EN­FANT PAUVRE

Avec ce cof­fret, tous les es­poirs sont per­mis, même si la san­té men­tale est le parent pauvre des causes cha­ri­tables. La crise fi­nan­cière n’ar­range rien. « Nous sommes les pre­miers tou­chés », in­dique Lor­raine Pa­lar­dy.

Un jour, le cof­fret pour­rait fran­chir nos fron­tières. Avec des noms tels Jacques Brel et Nan­cy Hus­ton et Leo­nard Co­hen, l’as­pect in­ter­na­tio­nal prend du ga­lon.

Avec les sommes re­cueillies l’an der­nier grâce à la vente du qua­trième cof­fret, la Fon­da­tion Les Im­pa­tients a pu ou­vrir un nou­vel ate­lier, L’Ate­lier les trois sa­pins, qui peut ac­cueillir cin­quante im­pa­tients de plus. À voir la sé­ré­ni­té qui en­toure ceux qui viennent y des­si­ner, peindre ou écrire, on dit : bra­vo.

« Pour plu­sieurs, ici c’est leur seule fa­mille, la seule chose qui les tienne de­bout, in­dique Lor­raine Pa­lar­dy. Cer­tains ont tout per­du, même leurs amis. »

Pas éton­nant qu’on ait choi­si le nom « im­pa­tient » pour les dé­si­gner. « C’est à l’image de cette fleur qui pousse à l’ombre, mais qui reste une fleur so­lide, ex­plique la fon­da­trice. C’est aus­si un jeu de mots pour rap­pe­ler leur im­pa­tience à gué­rir. » Le cof­fret Mille Mots d’amour en lec­ture est en vente dans toutes les li­brai­ries Re­naud-Bray au coût de 39,95 $.

PHOTO LE JOUR­NAL – MAR­TIN BOUF­FARD

Ma­ryse Letarte, Lor­raine Pa­lar­dy, Alain La­bon­té et Fé­lix La­vigne pré­sentent leur bi­jou.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.