L’ASIE D’ABORD, L’AL­BUM EN­SUITE

Sorte de croi­se­ment entre la pop fran­çaise des an­nées 60 et le rock in­die, le groupe qué­bé­cois Chi­na­town lance son pre­mier al­bum, Ci­té d’or, dont la sor­tie a été pré­cé­dée d’une tour­née... en Asie.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Cé­dric Bé­lan­ger Le Jour­nal de Qué­bec

« On a beau­coup d’his­toire pour un groupe qui sort son pre­mier al­bum », re­con­naît d’ailleurs Fé­lix Dyotte, l’un des deux lea­ders de la for­ma­tion, qui a été for­mée il y a deux ans.

Chi­na­town, c’est le pro­jet de Dyotte, fan de rock, et de son vieil ami Pierre-Alain Fau­con, un amou­reux de la chan­son fran­çaise. Un jour, ils ont dé­ci­dé de for­mer un groupe. Fal­lait donc trou­ver d’autres mu­si­ciens. Des mu­si­ciens qui conve­naient au style qu’ils dé­si­raient. Donc, au­di­tions.

« Ça pre­nait des gens avec qui on au­rait le goût de pas­ser du temps tous les jours. Un groupe, il faut que ça de­vienne une fa­mille. Donc, il faut que ça clique entre nous. Dieu mer­ci, les sen­si­bi­li­tés mu­si­cales des mu­si­ciens que nous avons choi­sis s’as­so­cient à leur sen­si­bi­li­té plus gé­né­rale », ra­conte Dyotte.

EN ASIE

Se sont donc joints à l’aven­ture Ga­briel Rousseau (bat­te­rie), Toby Cayouette (basse) et le Fran­çais Ju­lien Far­go (gui­tare).

C’est d’ailleurs grâce à une ren­contre entre ce der­nier et une de ses com­pa­triotes, membre de l’Alliance fran­çaise, que Chi­na­town a pu al­ler jouer en Asie. Ce re­grou­pe­ment fi­nance des tour­nées de groupes fran­çais en Asie. Mal­gré leurs ori­gines qué­bé­coises, les gars de Chi­na­town ont réus­si à convaincre les or­ga­ni­sa­teurs de leur faire une place.

« Ils nous ont dit que notre dos­sier était bon et que si on vou­lait se joindre à la tour­née, on de­vait se trou­ver du fi­nan­ce­ment. Nous avons fait une de­mande à l’am­bas­sade du Ca­na­da, qui a ac­cep­té de nous épau­ler. Nous avons fait des spectacles dans sept grandes villes chi­noises, dont Shan­ghai et Bei­jing, ain­si qu’à Taï­wan. Sur 13 spectacles, il y en a eu 8 ou 9 où il y avait au-des­sus de 1 000 per­sonnes. »

LE SON RÊ­VÉ

De re­tour au pays, Chi­na­town a lan­cé un EP, L’amour, le rêve et le whis­key, avant de se mettre à l’en­re­gis­tre­ment de Ci­té d’or, qui se­ra lan­cé mar­di. Fan­tai­siste, la mu­sique des Mon­tréa­lais os­cille entre rock in­die (fruit de la réa­li­sa­tion de Gus Van Go, qui a tra­vaillé avec les Stills et les Vul­gaires ma­chins) et vieille pop fran­çaise. Par mo­ments, sur Se­cousses no­tam­ment, on est car­ré­ment gar­ro­ché 40 ans en ar­rière.

Et c’est sans comp­ter l’al­lure ré­tro que se donnent les membres du groupe.

« Avec l’al­bum, on a réus­si à faire naître un son qui est pas mal proche de ce­lui au­quel on rê­vait. On a ache­té des vieux équi­pe­ments des an­nées 60 pour vrai­ment re­créer le son qu’on vou­lait. Un peu comme Amy Wi­ne­house», ré­vèle Fé­lix Dyotte, qui écrit les textes avec Fau­con un peu à la fa­çon de Len­non et McCart­ney.

« Il m’amène des textes et je les cor­rige, et vi­ce­ver­sa. On se juge tout le temps. On se dit que c’est bon, mais que ça pour­rait être meilleur. Et là, on se met à tra­vailler en­semble. C’est dur pour nos ego, mais, en même temps, c’est pour le mieux. »

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.