Bien­ve­nue chez Ma­don­na

Le contexte éco­no­mique ne s’y prête pas, mais si ja­mais vous avez 15 mil­lions de dol­lars dans votre bas de laine, vous avez vous aus­si la chance de de­ve­nir pro­prié­taire du do­maine de Hol­ly­wood Hills, l’an­cienne de­meure de Ma­don­na.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Mi­chael Rechtshaffen Sun Me­dia

Cette grande mai­son mé­di­ter­ra­néenne luxueuse, Cas­tillo Del La­go, vient d’être mise en vente par le pro­prié­taire ac­tuel, le réa­li­sa­teur et res­tau­ra­teur cé­lèbre Joe Pyt­ka. Prix de vente? La jo­lie somme de 14 950 000 $.

Ce grand do­maine de neuf chambres, per­ché sur une col­line et si­tué sur un ter­rain de trois acres, com­prend six salles de bains, des pla­fonds de 25 pieds, une cave à vins, une salle mé­dia, un gym­nase, un as­cen­seur, plu­sieurs cours et jar­dins de roses, des fon­taines et une pis­cine de lon­gueur.

Ce qui étonne da­van­tage, c’est que M. Pyt­ka, qui a éga­le­ment réa­li­sé plu­sieurs vi­déo­clips pour Mi­chael Jack­son, a eu les clés de ce grand do­maine, l’été der­nier, pour 5,3 mil­lions.

En 1993, Ma­don­na l’avait ache­té pour 5 mil­lions.

Si, par mi­racle, M. Pyt­ka ar­rive à trou­ver un ache­teur au prix qu’il de­mande, il em­po­che­ra 9,65 mil­lions de pro­fits. Croyez-moi, il ne s’agit au­cu­ne­ment d’une mai­son dé­la­brée.

RÉ­NO­VA­TIONS

Lorsque Ma­don­na y ha­bi­tait, avant d’élire do­mi­cile en Gran­deB­re­tagne, elle a em­bau­ché son frère, Christopher Cic­cone, pour ré­no­ver au coût de trois mil­lions cette mai­son da­tant de 1926, c’est-à-dire avant qu’il n’écrive un livre cor­ro­sif à son su­jet.

CÉ­LÉ­BRI­TÉS

Mme Cic­cone n’est pas la seule cé­lé­bri­té de Cas­tillo Del La­go. À une époque, la mai­son était le re­paire du gang­ster Bug­sy Sie­gel.

Sans oublier que cette de­meure a aus­si été ha­bi­tée par Bea Ar­thur, l’ac­trice des sé­ries té­lé­vi­sées Maude et Gol­den Girls, dé­cé­dée de cancer, sa­me­di der­nier, à 86 ans. La ve­dette hol­ly­woo­dienne à la voix grave et à la ré­plique fa­cile, une ha­bi­tuée du théâtre de New York, n’a ja­mais eu la langue dans sa poche, même lors­qu’elle n’avait au­cun scé­na­rio de­vant elle.

Elle avait ré­su­mé sa car­rière ain­si : « Ma for­ma­tion a été com­plète. J’ai tout fait, sauf des films por­nos et des ro­déos. »

La mai­son de Ma­don­na et les murs de sou­tè­ne­ment ont été dé­co­rés de rayures jaunes et ter­ra cot­ta, une hor­reur aux yeux des voi­sins. C’est tout de même une mai­son fa­cile à iden­ti­fier pour les amis et la fa­mille ve­nant de l’ex­té­rieur.

Lorsque Ma­don­na a quit­té cette mai­son, un gar­dien de sé­cu­ri­té de ce quar­tier m’a dit qu’il n’était pas mal­heu­reux de ne plus avoir à chas­ser des cu­rieux, amas­sés ré­gu­liè­re­ment de­vant la de­meure. Il se sou­vient ain­si de cet homme qui in­sis­tait pour se faire pas­ser pour le ma­ri de Ma­don­na, pro­met­tant d’ame­ner celle-ci en voyage à bord d’Air Force One, l’avion du pré­sident amé­ri­cain.

PHOTO KEYSTONE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.