Tou­jours plus loin

Dé­bar­quant sur la scène pop ca­na­dienne dans la fou­lée de Simple Plan et de Hed­ley, le groupe de Trois-Rivières The New Ci­ties ne vise rien de moins que de faire sa marque hors de nos fron­tières.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

Sans jouer les fan­fa­rons, le cla­vié­riste Nick Denis croit que le son dance-rock du groupe, éga­le­ment com­po­sé de Ch­ris­tian Ber­ge­ron (gui­tares), du chan­teur David Brown, de Fran­cis Fu­gère (bat­te­rie), de Philippe La­chance (syn­thé­ti­seurs) et de Ju­lien Martre (basse), a le po­ten­tiel pour sé­duire des oreilles aux quatre coins de la pla­nète.

« La pre­mière étape, c’est le Ca­na­da. Mais as­su­ré­ment, on vise l’in­ter­na­tio­nal. Je pense qu’on a un pro­duit qui est ex­por­table et as­sez pro­fes­sion­nel », a dit le mu­si­cien lors d’un en­tre­tien avec Le Jour­nal, peu avant la sor­tie de leur pre­mier al­bum, Lost in Ci­ty Lights, pré­vue mar­di, et dont le pre­mier ex­trait, Dead End Count­down, a dé­jà com­men­cé à jouer à la ra­dio.

« Ça va pas mal mieux qu’on pen­sait, note Denis. Nous avions un peu moins d’at­tente pour la pre­mière chan­son. Dans notre tête, on bri­sait la glace avec les ra­dios. Mais la ré­ac­tion a été su­per bonne. »

À TO­RON­TO

C’est grâce à un ami tri­flu­vien éta­bli à To­ron­to que The New Ci­ties a vu sa car­rière dé­col­ler, en 2006. Lors d’une tour­née dans la Ville-reine, Greig No­ri (ex-Treble Char­ger et réa­li­sa­teur de Sum 41 et de Hed­ley) a as­sis­té à un de ses spectacles, à l’in­vi­ta­tion de l’ami en ques­tion.

« Le len­de­main, nous avons sou­pé avec lui et deux mois après, on dé­mé­na­geait à To­ron­to. Il nous avait trou­vé une mai­son qu’on pou­vait ha­bi­ter et où on pou­vait pra­ti­quer nos chan­sons. Nous sommes res­tés trois ou quatre mois là-bas et nous avons eu plu­sieurs spectacles », a dit Nick Denis, ajou­tant que The New Ci­ties a beau­coup ap­pris au contact de No­ri.

« Nos com­po­si­tions sont de­ve­nues de plus en plus fortes », es­time-t-il.

COM­PA­RAI­SONS FLAT­TEUSES

Im­man­qua­ble­ment, la for­ma­tion tri­flu­vienne de­vra com­po­ser avec les in­évi­tables com­pa­rai­sons avec Simple Plan et tous les autres groupes qui jouent dans les mêmes eaux po­prock. Nick Denis ne s’en for­ma­lise pas, bien au contraire.

« C’est cer­tain qu’on se fe­ra com­pa­rer. Les gens en­tendent un style et ils fe­ront un lien avec quelque chose qui est le plus près pos­sible. On ne va pas se mettre à es­sayer de faire comme d’autres ar­tistes. Mais c’est cer­tain que nous avons des in­fluences. Quand ce sont de bonnes com­pa­rai­sons, c’est flat­teur. Par exemple, je ne crois pas qu’on a le même son que Simple Plan, mais c’est quand même un groupe qué­bé­cois qui est al­lé à l’échelle in­ter­na­tio­nale. »

Denis cite plu­tôt des groupes comme Hot Hot Heat, The Faint et New Or­der par­mi les in­fluences de The New Ci­ties.

« À la base, c’est beau­coup du dance-rock et de l’élec­tro­nique. On veut al­ler cher­cher un cô­té dan­sant, élec­tro­nique, mais en y ajou­tant un cô­té plus rock, mo­derne. On a tous gran­di dans le punk-rock ca­li­for­nien, le grunge. Qu’on le veuille ou non, ça nous suit. Et avec Greig, il y a une sen­si­bi­li­té pop. Ça vient me cher­cher beau­coup. Il est pop sans être qué­taine. »

COURTOTHE PHOTO ISIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.