Ces es­sen­tiels gar­diens d’un pré­cieux pa­tri­moine

Londres, une ville phare de l’hu­ma­ni­té, une ville d’une ri­chesse in­ouïe dont cer­tains mo­nu­ments sont si im­por­tants qu’ils ont été in­clus dans la liste du pa­tri­moine mon­dial de l’Unesco. Ain­si en est-il de la fa­meuse for­te­resse si­tuée sur la rive gauche de

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME -

Une tour dont les pierres ve­nues de Caen, en Nor­man­die, ont connu de mul­tiples vo­ca­tions. Pro­té­ger la ville contre les en­va­his­seurs, lo­ger les sou­ve­rains et ser­vir de pri­son à des gens cé­lèbres. Pour agré­men­ter cette chro­nique, il me fe­rait bien plai­sir de re­ce­voir par cour­riel le nom d’un des der­niers pri­son­niers im­por­tants y ayant sé­jour­né et les mo­tifs de son in­car­cé­ra­tion.

DE TRÈS LOURDES RES­PON­SA­BI­LI­TÉS

Mais cette tour m’at­ti­rait en rai­son d’une croyance se­lon la­quelle six ou sept cor­beaux, ces oi­seaux qu’on classe par­mi les plus in­tel­li­gents de l’es­pèce aviaire, la pro­tègent d’un ter­rible ef­fon­dre­ment qui en­traî­ne­rait ce­lui de la mo­nar­chie elle-même.

Et la chose est si sé­rieuse qu’on en confie la garde à un corps d’élite, les « Bee­fea­ters », « ces buf­fe­tiers dont le nom hé­ri­té du vieux fran­çais cor­res­pon­dait au gar­dien du buf­fet royal ».

Ces Bee­fea­ters triés sur le vo­let par­mi les vé­té­rans de l’ar­mée ont vu Moi­ra Ca­me­ron de­ve­nir en 2007 la pre­mière femme à ac­cé­der à ce pres­ti­gieux rôle de gar­dienne des cor­beaux.

UN PE­TIT ÉCART DE CONDUITE ET C’EST LE REN­VOI

À ces cor­beaux, le grand res­pon­sable, mieux connu sous le pres­ti­gieux titre de « Maître des cor­beaux » a ro­gné les ailes pour évi­ter qu’ils ne s’écartent de la tour ou ne né­gligent leurs im­por­tantes fonc­tions de gar­dien.

Ces cor­beaux gras et dor­lo­tés sont sou­mis à des règles si strictes que le moindre écart de conduite pro­voque leur ren­voi. Ain­si, l’in­cor­ri­gible George a-t-il ra­pi­de­ment re­pris le che­min du zoo pour avoir, oh ! crime de lèse-ma­jes­té! fré­quen­té trop as­si­dû­ment les an­tennes de té­lé­vi­sion du voi­si­nage.

UN DES PLUS FU­TÉS DE LA FAUNE AI­LÉE…

Ce gros cor­vi­dé a si bien ap­pris à cô­toyer l’homme de­puis des mil­liers d’an­nées qu’il ali­mente de nom­breuses lé­gendes et mythes de bien des peuples et des ci­vi­li­sa­tions. Nous y re­vien­drons d’ailleurs dans de pro­chaines chro­niques. Cet oi­seau peut at­teindre 70 cen­ti­mètres de long et pe­ser jus­qu’à 1,7 ki­lo­gramme et il dé­teste être confon­du avec la plus frêle corneille.

Ha­bi­tuel­le­ment, un cor­beau vit de 10 à 15 ans, bien que les plus ro­bustes puissent at­teindre une qua­ran­taine d’an­nées.

Choyé par la na­ture, il pos­sède un des plus gros cer­veaux au sein de la faune ai­lée, ce qui le dote d’une for­mi­dable ca­pa­ci­té d’imi­ta­tion, d’ini­tia­tive et de ruse, qui l’amènent à ri­va­li­ser avec de nom­breuses autres es­pèces dans des fables et des contes cé­lèbres…

PHOTOS JEAN LÉ­VEILLÉ

Un des cor­beaux.

Les Bee­fea­ters.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.