ÀLACONQUÊTE DUMONDEDELABIÈRE

Il y a à peine 20 ans,les Qué­bé­cois connais­saient peu de cho­ses­sur la bière.Le choix du breu­vage en ques­tion était sou­vent dic­té par notre équipe de­ho­ckey­fa­vo­rite ou par­no­tre­mo­de­de­vie.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

Les temps ont bien chan­gé s’il faut en croire Ma­rio D’Eer, som­mi­té in­con­tes­tée en ma­tière de bière au Qué­bec, qui vient de pu­blier, aux Édi­tions du Tré­car­ré, Le guide de la bonne bière du Qué­bec.

Le livre se veut un ou­til pour qui sou­haite ap­pri­voi­ser la bière, la sa­vou­rer avec les conseils d’ex­perts, re­con­naître les bières bras­sées au Qué­bec et faire la tour­née des bras­se­ries qué­bé­coises, dont près de 75 mi­cro­bras­se­ries, éva­luées par l’au­teur se­lon la qua­li­té et la va­rié­té des bières pro­duites.

Dans son ou­vrage, D’Eer re­trace aus­si l’évo­lu­tion des tech­niques, dé­crit les mul­tiples pro­duits et les grandes tra­di­tions bras­si­coles du monde et de chez nous. «Mon pre­mier guide sur la bière a été pu­blié il y a 18 ans. Les goûts des Qué­bé­cois ont beau­coup évo­lué en ma­tière de bières. À la pu­bli­ca­tion de mon pre­mier guide, nous étions à peu près au ni­veau 1 de connais­sances. Au­jourd’hui, nous en sommes au ni­veau 25 et ce n’est pas fi­ni. Bien des choses chan­ge­ront en­core dans les pro­chaines an­nées», dit M. D’Eer en en­tre­vue.

Se­lon ce der­nier, en peu de temps, le Qué­bec est de­ve­nu un «vé­ri­table pa­ra­dis de la bière»! Se­lon notre connais­seur, les Qué­bé­cois ont dé­ve­lop­pé une grande curiosité qui pousse les mi­cro­bras­se­ries à in­ven­ter de nou­veaux pro­duits. «Au fil des ans, il s’est tis­sé une re­la­tion convi­viale entre les con­som­ma­teurs et les bras­seurs. Comme le pu­blic est de­ve­nu de plus en plus connais­seur, il a obli­gé les bras­seurs à se raf­fi­ner et à éla­bo­rer des pro­duits de tous les genres.» Si le Qué­bec s’est fa­mi­lia­ri­sé avec le vin dans les der­nières dé­cen­nies, il a ai­gui­sé da­van­tage ses connais­sances dans le monde de la bière.

Qui plus est, d’après M. D’Eer, «la bière est en­core un pro­duit très dé­mo­cra­tique. La plus dis­pen­dieuse des bières est en­core moins chère que le moins coû­teux des vins», ter­mine l’au­teur.

PHOTO KARL TREM­BLAY

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.