L’art de pro­vo­quer sa chance

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE -

« Même Re­né An­gé­lil a été char­mé par l’al­bum de Jonathan », as­sure avec en­thou­siasme Ri­chard Sam­son, l’homme der­rière le suc­cès des Lost Fin­gers et di­rec­teur gé­né­ral de l’Im­pé­rial de Qué­bec, qui croit dur comme fer au suc­cès in­ter­na­tio­nal de son nou­veau pro­té­gé.

« Qu’il soit le fils d’une ve­dette du ho­ckey, ça n’a rien à voir. Il doit faire ses preuves. Si nous avons dé­ci­dé d’in­ves­tir en lui, c’est tout sim­ple­ment parce que nous croyons en lui. Il a beau­coup de ta­lent : il chante bien, il com­pose bien, il sait se dé­mar­quer avec quelque chose de dif­fé­rent et, en plus, il a un charme fou; quoi de­man­der de mieux pour un pro­duc­teur? », nous dit son gé­rant, en pré­ci­sant que c’est l’Im­pé­rial de Qué­bec qui in­ves­tit dans la car­rière de Jonathan Roy et non son père. « Pa­trick Roy va pou­voir nous ai­der au ni­veau de ses im­por­tants contacts dans le mi­lieu; quant au cô­té fi­nan­cier, on l’as­sume nous­mêmes », pré­cise Ri­chard Sam­son en no­tant au pas­sage que Re­né An­gé­lil « a tri­pé au boutte » en écou­tant l’al­bum.

« En plus, Jonathan est tra­vaillant et as­si­du; l’es­prit de dis­ci­pline qu’il a dé­ve­lop­pé au ho­ckey lui sert bien. Il mul­ti­plie les pra­tiques et nous avons même dû, à l’oc­ca­sion, le chas­ser du stu­dio d’en­re­gis­tre­ment parce qu’il y au­rait pas­sé la nuit. De la mu­sique, il en mange; c’est un tri­peux... », ajoute avec fier­té Ri­chard Sam­son, qui a do­té sa salle de spectacles d’un stu­dio d’en­re­gis­tre­ment où l’al­bum What I’ve Be­come a été pro­duit.

Le pro­duc­teur vise da­van­tage une car­rière à l’amé­ri­caine qu’à l’eu­ro­péenne. « On va louer un mo­to­ri­sé et mul­ti­plier les shows sur la côte Est, jus­qu’à ce que ce que quel­qu’un le dé­couvre. Dans ce mi­lieu-là, il faut pro­vo­quer la chance... »

Pierre O. Nadeau

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.