La plus CONNUE des IN­CON­NUES

Elle a pas­sé les quinze der­nières an­nées à chan­ter avec les ar­tistes qué­bé­cois les plus connus presque à notre in­su. Mais celle que tout le monde a dé­jà en­ten­due sans ja­mais pou­voir l’iden­ti­fier se poin­te­ra pour la pre­mière fois seule sur scène pour prése

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Cé­dric Bé­lan­ger

Elle s’ap­pelle Ju­lie Mas­si­cotte et, à moins d’avoir eu les oreilles bou­chées, on a tous en­ten­du sa voix au moins une fois de­puis qu’elle gagne sa vie avec ses cordes vo­cales.

Les pu­bli­ci­tés du fro­mage Cheez Whiz (Cheez Whiz donne de la per­son­na­li­té), c’est elle. Via­gra (Quel en­train, ce ma­tin), aus­si. Elle était entre autres des spectacles en hom­mage à Joe Das­sin, de Du rock à l’opé­ra, du spec­tacle Carte blanche à Claude Du­bois, pré­sen­té aux Fran­coFo­lies ain­si que du show Ren­contre du 400e an­ni­ver­saire de Qué­bec, le 3 juillet der­nier. Tou­jours là, mais ja­mais à l’avant-plan.

«J’ai quand même un par­cours aty­pique. La pre­mière scène que j’ai faite à Mon­tréal, c’est le Spec­trum. J’ai chan­té au SaintDe­nis, au Stade olym­pique. C’est vrai­ment pour ça qu’on m’ap­pelle la plus connue des in­con­nues», dit celle qui a rem­por­té Cé­geps en spec­tacle et le Fes­ti­val de la chan­son de Gran­by, au dé­but des an­nées 1990.

AU­DA­CIEUSE TOUR­NÉE

Mais main­te­nant, c’est elle, et elle seule, que le pu­blic pour­ra ap­plau­dir à l’oc­ca­sion d’une sé­rie de trois spectacles qui s’ar­rête au théâtre du Pe­tit-Cham­plain, à Qué­bec, le 22 mai. Tout comme pour son al­bum, c’est elle et son en­tou­rage qui fi­nancent l’aven­ture.

«Il n’y a pas de ma­chine der­rière moi. Il y a mon vou­loir. Même mon chum a in­ves­ti de l’ar­gent. Il n’y a au­cune com­pa­gnie, je n’ai eu au­cune sub­ven­tion. Hon­nê­te­ment, elle est au­da­cieuse la tour­née. Mais je la fais avec toute ma pas­sion et je vais don­ner tout ce que j’ai à don­ner», confie la pé­tillante chan­teuse, pour qui se re­trou­ver seule sur la scène re­pré­sente un «beau dé­fi».

«Ça me donne des pa­pillons, mais des pa­pillons plai­sants, qui ne sont pas trop dé­sta­bi­li­sants. Je fais ce mé­tier pour ren­con­trer des gens, parce que j’aime la chan­son. Et je trouve qu’on prend notre essence sur une scène. C’est là que ça se passe. Si le pu­blic vient, il va as­sis­ter à ma Mu­si­co­gra­phie. C’est tout mon par­cours que les gens vont dé­cou­vrir.»

AU CA­SI­NO

Pour ceux qui n’au­ront pas l’oc­ca­sion de la voir en so­lo, Ju­lie Mas­si­cotte se­ra aus­si de la distribution de Get Up, une re­vue mu­si­cale qui prend l’af­fiche tous les ven­dre­dis et sa­me­dis, au ca­si­no de Mon­tréal. Sté­pha­nie Bé­dard ( Star Aca­dé­mie), Sté­phane Yelle ( Ye­lo Mo­lo) et Gar­dy Fu­ry ( Gé­né­ra­tion Mo­town, Notre-Dame de Paris) l’ac­com­pagnent sur les planches. «C’est une re­vue des tous les gros suc­cès des an­nées 1950 à 2000. Ha­bi­tuel­le­ment, dans les sou­pers-spectacles, les gens mangent, res­tent as­sis, ne se lèvent pas pour dan­ser. Mais je te le jure, ce spec­tacle-là, les gens sont de­bout du dé­but à la fin. C’est un par­ty.»

JU­LIE MAS­SI­COTTE

PHOTO CÉ­DRIC BÉ­LAN­GER

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.