Re­dé­mar­rage ef­fi­cace

Ma­re­la­tio­na­vec Star Trek re­mon­teà quand j’avais neuf ans,lorsque je re­gar­dais la sé­rie ori­gi­nale à la té­lé­vi­sion.Je pré­sume donc qu’on s’adresse à ma per­sonne lorsque la pu­bli­ci­té dit : «Il ne s’agit pas du Star Trek de­vo­tre­père».

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Jim Slotek Sun Me­dia

StarT­rek

C’est un truc pu­bli­ci­taire qui re­monte aux an­nées 1980, alors que GM an­non­çait la Old­smo­bile ain­si : « Ce n’est pas la Old­smo­bile de votre père ». Puisque ce vé­hi­cule a de toute fa­çon dis­pa­ru du mar­ché, cette pu­bli­ci­té pour­rait bien être contre-pro­duc­tive.

D’un autre cô­té, si J.J. Abrams avait eu quelque chose à voir avec ce vé­hi­cule, nous se­rions peut-être tous en train de conduire une Old­smo­bile à l’heure ac­tuelle – tant est spec­ta­cu­laire le « re­dé­mar­rage » de la mis­sion de cinq an­nées de l’équi­page du vais­seau En­ter­prise.

Star Trek : 90210, comme cer­tains bla­gueurs

Film de J.J. Abrams : met­tant en ve­dette Ch­ris Pine, Za­cha­ry Quin­to et Zoe Sal­da­na. À l’af­fiche pré­sen­te­ment.

l’ont pré­ma­tu­ré­ment bap­ti­sé, est un film qui pos­sède une éner­gie et une exu­bé­rance qui font pen­ser à l’es­prit des sports ex­trêmes, tout au­tant qu’au trem­ble­ment de terre pro­vo­qué par la jeu­nesse des an­nées 1960. Il s’agit d’un vé­ri­table film d’ac­tion dans l’es­pace.

En même temps (gra­cieu­se­té des partenaires d’écri­ture d’Abrams, Ro­bert Or­ci et Alex Kurtz­man, qui sont de vrais trek­kies), il y a dans le film beau­coup de ré­fé­rences à la sé­rie ori­gi­nale et cer­taines sont pré­sen­tées sous un nou­veau jour. Par exemple, lorsque le jeune pré­ten­tieux élève-of­fi­cier nom­mé Kirk (Ch­ris Pine) et un la­co­nique com­man­dant vul­cain du nom de Spock (Za­cha­ry Quin­to) ont leur pre­mière ren­contre.

« Qui était cet homme? » de­mande Kirk à son co­pain Bones McCoy (Karl Ur­ban).

« Je ne sais pas, mais je l’aime », ré­pond le doc­teur au su­jet du Vul­cain avec qui nous sa­vons qu’il au­ra une re­la­tion conflic­tuelle du­rant toute sa car­rière de mé­de­cin en chef. Au fait, le sa­vons-nous?

Le vrai gé­nie ré­side dans la vo­lon­té d’Abrams de lit­té­ra­le­ment faire sau­ter les règles exis­tantes — toutes ces écri­tures saintes au su­jet de choses qui se sont pro­duites dans le pas­sé, cour­toi­sie de cinq sé­ries té­lé­vi­sées (six, si on compte la ver­sion ani­mée) et de dix films, qui ont pa­ra­ly­sé pen­dant des an­nées toutes les ten­ta­tives de créa­tion.

La me­nace vient cette fois du fu­tur, gra­cieu­se­té d’un Ro­mu­lien.

Dans le pre­mier acte, une chose im­pen­sable nous dit que plus rien ne se­ra ja­mais comme avant. C’est vrai­ment la pré­misse à la re­lance de la sé­rie.

C’est une fa­çon pour Abrams de dire qu’il a une en­tente pour la réa­li­sa­tion de trois films et qu’il fe­ra les choses à sa fa­çon, in­dé­pen­dam­ment de ce qu’on ra­con­te­ra lors du deuxième épi­sode.

Oui, cette his­toire de Ro­mu­lien du fu­tur contient une his­toire de com­plot, comme c’est tou­jours le cas avec les his­toires de voyage dans le temps, parce que... bien, vous n’avez qu’à pen­ser à Ter­mi­na­tor et com­po­ser avec la si­tua­tion.

Mais c’est le choc des ca­rac­tères qui donne le ton, plu­tôt que l’en­ne­mi étran­ger (joué par un mé­con­nais­sable Eric Ba­na). De la pre­mière ten­ta­tive mal­adroite du mau­vais gar­çon Kirk avec Uhu­ra (Zoë Sal­daña) dans un bar, à son in­sé­cu­ri­té lors­qu’il ap­prend qu’elle a une re­la­tion avec Spock (il fau­dra s’y ha­bi­tuer), en pas­sant par Scot­ty (un dé­sin­volte Si­mon Pegg) qui tombe im­mé­dia­te­ment en amour à la vue des mo­teurs de l’En­ter­prise, nous avons ici de jeunes per­son­nages qui sont fa­mi­liers, tout en jouant d’une fa­çon tout à fait dif­fé­rente.

Comme tou­jours, Su­lu (John Cho) et Che­khov (An­ton Yel­chin) sont moins pré­sents. Il y a aus­si quelques pe­tits rôles en cours de route, in­cluant Wi­no­na Ry­der, qui joue la mère de Spock, Aman­da, et Ty­ler Per­ry, qui joue l’ami­ral de Star­fleet.

Ce film n’est peut-être pas le Star Trek de votre père, mais j’es­père que ce­la ne tue­ra pas l’en­goue­ment s’il l’aime quand même.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.