La tour­bière de Saint-La­zare

Pour me rendre au parc na­ture Tour­biè­re­du-Bor­de­lais, à Saint-La­zare, j’ai em­prun­té la par­tie sud de la rue du Bor­de­lais, le long de la­quelle se dressent des mai­sons cos­sues et toutes ré­centes. Même s’il s’agit d’un nou­veau sec­teur ré­si­den­tiel, on se sent

Le Journal de Quebec - Weekend - - TOURISME -

La rue abou­tit sur un pe­tit ter­rain de sta­tion­ne­ment, à deux pas de la tour­bière. De là, nous avons em­prun­té une pas­se­relle pour faire le tour des lieux.

SEN­TIER EN BOIS

Le cri stri­dent des rai­nettes cru­ci­fères ré­son­nait dans les brous­sailles et dans les sous-bois hu­mides. L’in­ten­si­té du chant, in­ces­sant du­rant la pé­riode de re­pro­duc­tion, a de quoi sur­prendre, car ces gre­nouilles sont à peine grosses comme le bout du doigt. Comme elles se cachent bien, il est rare qu’on les voit.

Après avoir mar­ché sur la pas­se­relle le long de la par­tie la plus inon­dée, nous sommes en­trés dans un cu­rieux pe­tit boi­sé. Dès les pre­miers pas, je me suis sen­ti dé­pay­sé. Ici et là, poussent des co­ni­fères ra­bou­gris sur un ta­pis de sphaignes.

On se croi­rait dans le Grand Nord, en pleine taï­ga. Dire que nous sommes à moins d’une heure à l’ouest de Mon­tréal. La pas­se­relle se rend jus­qu’à la li­mite de la tour­bière, aux abords de la fo­rêt. Un pe­tit sen­tier passe sous de grands pins pour me­ner à la rue, puis au sta­tion­ne­ment.

Le tra­jet to­tal donne un ki­lo­mètre, ce qui est peu pour la marche, mais beau­coup pour se pro­me­ner dans un mi­lieu éco­lo­gique aus­si unique que rare en mi­lieu ha­bi­té.

VA­LEUR ÉCO­LO­GIQUE

Avant son ou­ver­ture au pu­blic l’au­tomne der­nier, cette tour­bière de dix hec­tares était dé­jà fré­quen­tée dis­crè­te­ment par des pro­fes­seurs de l’Uni­ver­si­té McGill avec leurs étu­diants, pour ses plantes rares. Par­mi elles : la fou­gère Wood­war­die de Vir­gi­nie.

Un ani­mal à sta­tut pré­caire vit aus­si à cet en­droit : la sa­la­mandre à quatre doigts. Toute cette ri­chesse éco­lo­gique a été sé­rieu­se­ment me­na­cée quand des tra­vaux d’ex­ca­va­tion non au­to­ri­sés, pour le pro­lon­ge­ment de la rue Bor­de­lais, sont ve­nus dé­truire une par­tie de la tour­bière, en 2002.

SITE PRO­TÉ­GÉ

Du­rant la même an­née, ce mi­lieu hu­mide est de­ve­nu un site pro­té­gé, ce qui ve­nait concré­ti­ser les dé­marches en­tre­prises l’an­née pré­cé­dente par le Co­mi­té de pro­tec­tion de l’en­vi­ron­ne­ment de Saint-La­zare.

En 2004, la Ville a pris en charge la tour­bière, concluant une en­tente avec un pro­mo­teur im­mo­bi­lier et le mi­nis­tère du Dé­ve­lop­pe­ment du­rable, de l’En­vi­ron­ne­ment et des Parcs. Des tra­vaux de res­tau­ra­tion ont été faits.

Fi­na­le­ment, en 2006, la Fon­da­tion Hy­dro-Qué­bec pour l’en­vi­ron­ne­ment a ver­sé une sub­ven­tion de 150 000 $ à la Ville qui a in­ves­ti le même mon­tant pour l’amé­na­ge­ment et la mise en va­leur de ce qui al­lait de­ve­nir le parc-na­ture Tour­bière-du-Bor­de­lais. La pas­se­relle a été inau­gu­rée en oc­tobre.

Voi­là pour la pe­tite his­toire ré­cente d’un site na­tu­rel qui a mis 8 000 ans à de­ve­nir ce qu’il est : une tour­bière, avec une faune et une flore étonnantes.

PHOTO D’ARCHIVES

D’une lon­gueur de 670 mètres, la pas­se­relle a été inau­gu­rée l’au­tomne der­nier.

PHOTO D’ARCHIVES

La sa­la­mandre à quatre doigts, un ani­mal à sta­tut pré­caire, vit dans la tour­bière, un site pro­té­gé de­puis 2002.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.