Un pe­tit coin de la Mé­di­ter­ra­née

Sis à un car­re­four très ani­mé du quar­tier Saint-Roch, le res­tau­rant War­da nous en­traîne pour­tant loin du rythme ef­fré­né de la ville, sous le so­leil et le ciel bleu de la Mé­di­ter­ra­née, le temps de sa­vou­rer un re­pas par­fu­mé.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

En ou­vrant les ri­deaux de ve­lours à l’en­trée du res­tau­rant War­da, on a l’im­pres­sion de tra­ver­ser une fron­tière entre le centre-ville de Qué­bec et la Mé­di­ter­ra­née. Le bleu de la mer, le doux jaune du so­leil, le grand es­ca­lier qui semble nous gui­der vers le ciel, les tajines, les lan­ternes et les as­siettes ma­ro­caines qui dé­corent le res­tau­rant… Seules les grandes fe­nêtres nous rap­pellent qu’on est tou­jours dans le quar­tier Saint-Roch.

Le pro­prié­taire, Ka­rim Ri­faï, a ou­vert ce res­tau­rant en oc­tobre 2008, avec l’an­cien chef du res­tau­rant L’Étoile du Ma­roc, Si­mo Ha­jaj, qui cu­mule 35 ans d’ex­pé­rience dans le do­maine de la res­tau­ra­tion et qui a éla­bo­ré le me­nu aux sa­veurs de la Mé­di­ter­ra­née. Au­jourd’hui, il a lais­sé son ta­blier à l’Al­gé­rien Ho­cine Gal­bi, spé­cia­liste du shish taouk, qui a pris sa place en cui­sine.

« Il n’y avait pas de res­tau­rant mé­di­ter­ra­néen qui of­frait la pos­si­bi­li­té d’ap­por­ter son vin dans le quar­tier Saint-Roch et j’ai­mais l’idée d’ou­vrir un res­tau­rant qui por­te­rait le nom de ma femme et qui fe­rait dé­cou­vrir des mets d’autres na­tio­na­li­tés », af­firme M. Ri­faï.

En­trer au res­tau­rant War­da, qui veut dire « rose » en arabe, c’est une in­vi­ta­tion à se lais­ser sé­duire par les par­fums de la Mé­di­ter­ra­née, mais plus par­ti­cu­liè­re­ment du Li­ban, du Magh­reb et de l’Es­pagne. Il s’agit en fait d’une cui­sine qui sait gar­der nos sens en éveil.

Le cu­min, la menthe, le clou de gi­rofle, le pa­pri­ka, le ro­ma­rin, la coriandre, le gin­gembre, la sauge, la noix de mus­cade, le cur­ry, la can­nelle, etc. Chaque herbe et chaque épice cha­touille nos pa­pilles dif­fé­rem­ment et pos­sède sa propre his­toire ra­con­tée dans le me­nu du res­tau­rant.

Les arômes qui s’échappent de la cui­sine ou­verte et celles qui se dé­gagent des plats que les ser­veurs trans­portent agi­le­ment rendent les clients im­pa­tients de re­ce­voir leur assiette.

Puis, il y a tous ces ali­ments comme l’agneau, les fruits de mer, les to­mates, les lé­gu­mi­neuses, le cous­cous, les oi­gnons confits, les poi­vrons grillés, les olives, la mer­guez, l’hu­mus, le ci­tron confit, les pru­neaux, etc., qui ouvrent tout un monde de sa­veurs.

« Les gens viennent sur­tout pour nos cous­cous et nos tajines », dit M. Ri­faï, mais chez War­da, on peut aus­si par­tir à la dé­cou­verte de la pas­tilla (feuille­té au pou­let et aux amandes dé­co­ré de sucre et de can­nelle), le kef­ta (boulette de viande hachée re­haus­sée d’épices ma­ro­caines), le briouate (un feuille­té ma­ro­cain), le shish taouk, le fa­la­fel, la soupe ha­ri­ra, la paël­la, etc.

« Rien n’est pré­pa­ré à l’avance, tout est concoc­té à la mi­nute, avec des pro­duits frais, pour sa­tis­faire nos clients », as­sure M. Ri­faï.

PHOTOS DA­NIEL MAL­LARD

Le chef Ho­cine Gal­bi, le spé­cia­liste du shish taouk.

Le dé­cor du res­tau­rant War­da nous en­traîne en Mé­di­ter­ra­née pen­dant quelques heures.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.