LESJOURSMEILLEURS

Chan­teur­mar­qué­par­le­des­tin,Steve Ross­re­vient­sur­dis­quea­prè­sune di­zaine d’an­nées d’ab­sence.Il pro­po­seMa­tin­de­sep­tembre,un al­bum­dans­le­quel il traite de ter­ro­risme, d’in­jus­tice, d’amour, du mon­de­mo­der­neoù­les­va­leurs­de­la vie se perdent.Il s’agit du qua­trième al­bu

Le Journal de Quebec - Weekend - - MODE DESTAR - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

Rap­pe­lons que Steve Ross a connu une car­rière flo­ris­sante dans les an­nées 1990. Il y a 15 ans, Sou­ve­nirs, un ex­trait de son pre­mier al­bum, Faut qu’tu bouges, est de­meu­rée 43 se­maines au som­met du Top 50. Il était alors in­vi­té dans les émis­sions les plus po­pu­laires de la té­lé et avait pré­sen­té une tour­née de 200 spectacles tant au Qué­bec, qu’au Nou­veau-Bruns­wick ain­si qu’en On­ta­rio.

LE DES­TIN FRAPPE

Son deuxième al­bum, En­fant du peace and love, le condui­ra en France. «J’avais la pre­mière page du ma­ga­zine Chasse et Pêche. Il avait été édi­té en France et quel­qu’un m’avait re­mar­qué. Je me suis ren­du en France et j’y avais pré­sen­té une cen­taine de spectacles. Je suis res­té là trois ans. J’étais sur le point d’al­ler pas­ser des au­di­tions pour être de la co­mé­die mu­si­cale Notre-Dame de Paris. »

Juste avant ces au­di­tions, Ross et sa fa­mille re­viennent au pays his­toire de se payer des va­cances, no­tam­ment des ba­lades en mo­to­neige. Le des­tin frappe. Sa femme meurt au cours d’un tra­gique ac­ci­dent d’au­to­mo­bile. Ross se re­trouve seul avec ses trois en­fants. «Je ne me voyais pas mo­no­pa­ren­tal, en tour­née dans Notre-Dame de Paris. Ça ne se pou­vait pas. J’ai dé­ci­dé de de­meu­rer ici et de pré­sen­ter mon troi­sième disque.»

LA FA­MILLE

Dès lors, Ross met toutes ses éner­gies à éle­ver ses trois filles (Mol­lie, Ro­sie et Ma­ry­lou). Au­jourd’hui, elles ont 16, 13 et 11 ans et le chan­teur croit qu’il est temps pour lui de re­ve­nir. «Mes en­fants sont as­sez vieux. Je pense que je peux me per­mettre de re­prendre ma car­rière», dit ce­lui qui oeuvre tou­jours dans le monde de la ra­dio et de la té­lé (VOX) avec son émis­sion Ren­dez-vous show. D’ailleurs, Ross est aus­si pro­prié­taire de la sta­tions de ra­dio rock CFOR.

Sur Ma­tin de sep­tembre, une chan­son écrite à la suite des évé­ne­ments du 11 sep­tembre 2001, Ross re­prend en acous­tique son suc­cès Sou­ve­nirs. «J’avais écrit cette chan­son pour les Casques bleus dé­pê­chés en Bos­nie il y a 15 ans. La chan­son est tou­jours d’ac­tua­li­té avec la guerre en Af­gha­nis­tan. Je ne peux pas croire qu’on mette 30 mil­liards dans cette guerre, de voir 117 de nos sol­dats tués dans une guerre où on n’a pas af­faire. Si on met­tait cet ar­gent en san­té, les choses chan­ge­raient», com­mente Ross en ter­mi­nant.

PHOTO STE­VENS LE­BANC

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.