LES RÊVES n’ont pas d’âge

NEWYORK | « Ça fait long­temps que je n’ai pas chan­té sur une scène new-yor­kaise », a dit Leo­nard Co­hen en fé­vrier, au Bea­con Theatre de Man­hat­tan.

Le Journal de Quebec - Weekend - - MUSIQUE - Dar­ryl Sterdan Sun Me­dia

Vous voyez? Les rêves peuvent se réa­li­ser. Au moins, ils l’ont été pour 2800 ama­teurs qui avaient dé­bour­sé jus­qu’à 750$ le billet pour voir le poète lau­réat de folk rock de 74 ans faire son pre­mier spec­tacle en sol amé­ri­cain en près de 15 ans. À en ju­ger par leur ré­ac­tion, nous pou­vons cou­rir le risque d’af­fir­mer qu’ils en ont eu pour leur ar­gent. Pré­su­mons que la ré­ac­tion se­ra la même, à Qué­bec, lorsque ses fans de la Vieille Ca­pi­tale l’en­ten­dront, le 21 mai, alors qu’il se pro­dui­ra au pa­villon de la Jeu­nesse.

UN GRAND SPEC­TACLE

Dé­bu­tant le spec­tacle avec une ver­sion lé­gè­re­ment ryth­mée de Fais-moi dan­ser jus­qu’à la fin de l’amour ( Dance Me to the End of Love), Léo­nard Co­hen dé­voile ra­pi­de­ment son arme se­crète: le gui­ta­riste es­pa­gnol Ja­vier Mas, dont le jeu de doigts fluide style fla­men­co se marie bien avec les conno­ta­tions gi­tanes du genre ca­fé folk plus vieillot de Co­hen et des so­no­ri­tés plus ré­centes de jazz-pop syn­thé­tique.

Les mor­dus en au­ront plein les oreilles. La chan­son Bird on a Wire a re­çu un sub­til trai­te­ment gospel. Eve­ry­bo­dy Knows a été ac­com­pa­gnée par une lé­gère basse dis­co. Le tem­po de I’m Your Man a été ra­len­ti da­van­tage. Dans Fa­mous Blue Rain­coat, Sis­ters of Mer­cy et d’autres, c’est Co­hen lui-même qui a fait avec brio les ac­com­pa­gne­ments de gui­tare.

MÉ­LANGE

Un fin mé­lange exempt d’exa­gé­ra­tions aux ba­layages mo­no­chromes di­lués des pro­jec­teurs et aux ma­nières cour­toises de Léo­nard Co­hen, on parle donc d’une soi­rée riche en bon goût, en style et en sub­ti­li­té.

Mais c’est ce qui pour­rait jouer contre lui, en fait. Avec des pa­roles de chan­son si pro­fondes et puis­santes, sa mu­sique peut par­fois être trop lé­gère, voire écu­lée. Certes, sa per­for­mance était plus dy­na­mique qu’en stu­dio, mais un peu plus de nerf ai­de­rait à l’oc­ca­sion.

En fait, à New York, Co­hen était jo­li­ment alerte pour un vieux mec. L’éclai­ra­giste a eu la par­tie fa­cile, Léo­nard res­tant la plu­part du temps sous un seul pro­jec­teur, at­tra­pant le mi­cro à deux mains comme l’har­mo­ni­ca des an­ciens blues­men.

Mais par-ci par-là, il fai­sait un pe­tit geste, que ce soit un pas fur­tif, un ba­lan­ce­ment des jambes, un lé­ger jeu de boxe des mains, un doux dan­di­ne­ment des pieds, un ge­nou par terre, ou une pa­ro­die de « danse d’homme blanc ». À la fin du spec­tacle, il sau­tillait même – oui, il sau­tillait – comme une éco­lière.

PHOTO LES ARCHIVES, LE JOUR­NAL

LÉO­NARD CO­HEN

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.