CH­RIS­TIAN BALE

LOS ANGELES | Il est loin d’être l’in­des­truc­tible et im­per­tur­bable ter­mi­na­teur, mais Ch­ris­tian Bale, dont la dia­tribe sur le pla­teau de tour­nage fait sen­sa­tion sur In­ter­net grâce à la dif­fu­sion d’un au­dio­clip, dit qu’il peut en­cais­ser les coups.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA - Ke­vin William­son Sun Me­dia

«Dites que je suis un beau sa­laud si vous vou­lez. Je me sens bien. Si c’est ce que vous pen­sez de moi, alors c’est votre droit de le pen­ser», dit-il, tout en fai­sant la pro­mo­tion du film Ter­mi­na­tor re­nais­sance, à l’af­fiche de­puis jeu­di et dans le­quel il joue le rôle du sol­dat et sau­veur du fu­tur John Con­nor. «Les gens peuvent m’éti­que­ter comme ils veulent. C’est leur droit.»

Mais comme l’ad­jec­tif le plus fré­quem­ment uti­li­sé, ces jours-ci, au su­jet de Bale – à tort ou à rai­son – est «in­tense», les membres de la distribution s’en pré­oc­cupent, étant bien conscients de la conno­ta­tion né­ga­tive du mot «in­tense» dans le vo­ca­bu­laire de Hol­ly­wood.

«Je trouve Ch­ris­tian très pas­sion­né et très dé­voué. Les gens disent qu’il est «in­tense». Je dé­teste ce mau­dit mot», ex­plique Sam Wor­thing­ton, qui est sa co­ve­dette dans le rôle d’un pri­son­nier dans le cou­loir de la mort nom­mé Mar­cus . «Il ar­rive, il fait son tra­vail et tout tourne au­tour du per­son­nage et de l’his­toire. Tra­vailler avec un type pa­reil est un pri­vi­lège. »

Moon Blood­good est d’ac­cord avec ces pro­pos: «J’ai vé­cu une grande ex­pé­rience avec lui. Il était drôle et cha­leu­reux... Il nous a fait rire.»

Se­lon Bryce Dal­las Howard, qui joue l’épouse de Con­nor: «Le mot in­tense im­plique qu’il y a de l’in­ti­mi­da­tion, et Bale n’est pas un gars in­ti­mi­dant. Il est sim­ple­ment très concen­tré, mé­tho­dique et dé­voué... Il me rap­pelle mon grand-père. Il a les deux pieds sur terre et il est un vé­ri­table gent­le­man.»

FILM À POR­TER

Ter­mi­na­tor Sal­va­tion, drôles de dames) film.

«Au dé­part, j’ai ré­pon­du: “Non, je ne veux pas faire ce film” ra­conte Bale. J’avais l’im­pres­sion que tout avait été dit; alors, lorsque j’ai lu le scé­na­rio pour la pre­mière fois, ça ne m’a pas in­té­res­sé. En­suite, je me suis dit qu’il y avait vrai­ment quelque chose de bon qui pour­rait en sor­tir.»

Il a fi­na­le­ment fait ce qu’il ap­pelle «un acte de foi» en tra­vaillant avec McG et un cer­tain nombre de scé­na­ristes (in­cluant Jonathan No­lan, du Chevalier noir) pour re­faire le scé­na­rio.

«Des films de ce genre font da­van­tage pen­ser à du sport, ra­conte Bale. Il s’agit de ce sen­ti­ment d’un en­thou­siasme par­ta­gé dans la salle de ci­né­ma. C’est ce que j’ai ai­mé avec Ter­mi­na­tor 2 et je pense que nous pour­rions avec une chance (d’avoir le même ré­sul­tat) avec ce film. »

Pour Bale, bien sûr, Ter­mi­na­tor re­pré­sente la deuxième fran­chise de Hol­ly­wood qu’il porte sur ses épaules, après la sor­tie du der­nier Bat­man: le chevalier noir. Sans sur­prise, il a d’abord hé­si­té lorsque le réa­li­sa­teur de McG ( Char­lie et ses

lui a pro­po­sé d’être la ve­dette du

Ky­leReese (An­tonYel­chin) C’est la ver­sion 17 ans du hé­ros Mi­chael Biehn, joué en 1984 dans le film Ter­mi­na­tor. Il se­ra éven­tuel­le­ment en­voyé dans le temps par John Con­nor afin de pro­té­ger sa mère, Sa­rah Con­nor (Lin­da Ha­mil­ton) d’un cy­borg qui veut la tuer avant que son fils ne soit conçu. Reese la sauve et meurt, mais pas avant de la mettre en­ceinte de Con­nor.

Blair Williams (Moon Blood­good) Un nou­veau per­son­nage, qui est clai­re­ment des­ti­né à com­bler une de­mande pour une femme guer­rière, à la Ha­mil­ton. C’est une pi­lote qui a des liens mys­té­rieux avec Mar­cus.

Lieu­te­nant Barnes (Le rap­peur Com­mon) Com­man­dant en se­cond de Con­nor pen­dant la guerre contre Sky­net. On ne le voit pas beau­coup dans le film, ce qui va être pro­ba­ble­ment être cor­ri­gé si les ci­néastes pro­duisent d’autres ver­sions de Ter­mi­na­tor (ce­lui-ci de­vrait être le pre­mier d’une tri­lo­gie )

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.