Avez-vou­sun­rein pourNa­ta­lieCole?

Le Journal de Quebec - Weekend - - TÉLÉVISION -

Est-ce qu’il vous ar­rive de vous de­man­der si la té­lé­vi­sion a tou­jours la même in­fluence qu’il y a quelques an­nées? Même si les au­di­toires sont beau­coup plus frag­men­tés au­jourd’hui, la puis­sance de la té­lé ne cesse pas de m’épa­ter.

Le 31 mars, quand la chan­teuse Natalie Cole, fille de Nat King Cole, a ex­pli­qué à Lar­ry King lors d’une en­tre­vue té­lé­vi­sée sur CNN qu’elle avait be­soin de trois dia­lyses par se­maine, l’ani­ma­teur n’a mê­me­pa­seuà­fai­reap­pe­là­la gé­né­ro­si­té des té­lé­spec­ta­teurs. L’émis­sion n’était pas ter­mi­née que des di­zaines de per­sonnes avaient of­fert de leur propre chef de se faire exa­mi­ner pour sa­voir s’ils pou­vaient être com­pa­tibles com­me­don­neurs!

Natalie Cole, qui s’est long­temps dro­guée à la co­caïne et à l’hé­roïne, com­bat une hé­pa­tite C de­puis plus d’un an. Après un trai­te­ment in­ten­sif de chi­mio­thé­ra­pie, ses deux reins ont ces­sé de fonc­tion­ner, et elle ne pour­rait dé­sor­mais sur­vivre sans dia­lyse... ou sans le don d’un rein, évi­dem­ment.

Il y a quelques mois, un jeune hom­me­duMi­chi­ga­na­dé­ci­déde don­ner un rein à un pur étran­ger. De­puis, plu­sieurs Amé­ri­cains ont of­fert un de leurs or­ganes à des étran­gers, et c’est sur cette gé­né­ro­si­té spon­ta­née que compte Natalie Cole. Hé­las! la liste d’at­tente est longue: 78000 Amé­ri­cains sont ac­tuel­le­ment en at­tente d’un rein. L’an der­nier, aux États-Unis, on a pré­le­vé 10551 reins chez des don­neurs qui ve­naient de mou­rir et 5963 chez des don­neurs vi­vants.

Si la ve­dette trouve un don­neur com­pa­tible dans les se­maines ou les mois qui viennent, elle pour­ra dire mer­ci à Lar­ry King et, sur­tout, à la té­lé­vi­sion!

Guy Four­nier Col­la­bo­ra­tion spé­ciale

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.