Après les ra­tés du Ra­dio-Ca­na­da ne vou­lait sur­tout pas ser­vir aux té­lé­spec­ta­teurs un gala des Oli­vier à l’humour grin­çant et cho­quant. Les Chick’n Swell re­pré­sentent donc une va­leur sûre. «On ne bitche pas et on ne parle pas de l’ac­tua­li­té. Nous plon­geons

Bye-bye,

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Mi­chelle Cou­dé-Lord Le Jour­nal

Le gala des Oli­vier risque donc d’être propre, propre, propre.

Chaque mot a été donc bien scru­té, mais non cen­su­ré. Le su­jet des coupes qui s’abattent sur la so­cié­té d’État de­vait être aus­si évi­té…

Da­niel Gre­nier et ses deux com­pa­gnons, Ghys­lain Du­fresne et Fran­cis Clou­tier, pro­mettent tout de même un gala ex­plo­sif, ac­tuel, avec une tech­no­lo­gie à la Chick’n Swell à l’avant-plan. Ce sont eux, au gala de l’an der­nier, qui ont fait leur pré­sen­ta­tion la tête en bas pen­dant six mi­nutes… Vic­times des re­mer­cie­ments prolongés de Ra­chid Ba­dou­ri.

« Nous nous sommes presque ren­dus ma­lades. On ne le re­fe­rait pas », lancent les trois amis en en­tre­vue.

PRU­DENCE SUR LE BUD­GET

Ils sont ner­veux et se sont de­man­dés au cours du pro­ces­sus pour­quoi ils s’étaient em­bar­qués dans cette ga­lère, mais ils se­ront fin prêts demain soir.

« Nous vou­lons être heu­reux sur scène. C’est la fête de l’humour tout de même. Et com­me­nous­som­mes­trois,les­tressse par­tage », si­gnale Fran­cis Clou­tier.

Louise Ri­cher, la grande femme d’ex­pé­rience de l’humour au Qué­bec, as­sure la di­rec­tion ar­tis­tique avec Alexis Mar­tin à la mise en scène. Alexis Mar­tin est aus­si le met­teur en scène du spec­tacle à suc­cès de Mar­tin Matte.

Elle ne cache pas que le bud­get pour ce 11e gala des Oli­vier n’est pas élas­tique.

« La sa­coche est plus pe­tite avec toutes ces com­pres­sions, mais la créa­ti­vi­té de ces trois belles têtes de co­chon-là que sont les Chick’n Swell n’en a pas trop souf­fert, je vous l’as­sure », dit-elle en en­tre­vue.

Elle re­fuse de pré­ci­ser le bud­get, tout comme la di­rec­trice de l’As­so­cia­tion des pro­fes­sion­nels de l’hu- mour, Fran­cine Du­bois. Se­lon nos in­for­ma­tions, ce bud­get se­rait de 300000 $.

LE PLON­GEON DES CHICK’N SWELL

Lestrois ani­ma­teurs mettent les choses en pers­pec­tive et as­surent qu’ils ne se­ront pas riches, demain soir, en ani­mant ce gala.

«Il­faut­voir­com­meu­neex­pé­rien­cede tra­vail in­croyable, car on ne se met pas mil­lion­naire en ani­mant les Oli­vier. Ça fait plus de cinq mois qu’on y tra­vaille. Nous som­mes­trois…Donc,ça­fai­ten­vi­ro­nun 200$par­se­mai­ne­pen­dant­cin­q­moi­scha­cun. Mais l’ex­pé­rience en vaut la peine », af­fir­meDa­nielG­re­nie­ren­sou­riant.Le­té­lé­spec­ta­teur risque de se faire sur­prendre par l’ima­gi­naire des Chick’n Swell.

« Ce sont des gars de leur gé­né­ra­tion. Tra­vailler avec eux, c’est ac­cep­ter de plon­ger dans une ef­fer­ves­cence créa­tive in­croyable. Il faut plu­tôt les conte­nir que les sti­mu­ler », af­firme l’ex­pé­ri­men­tée Louise Ri­cher qui en est à son sixième gala des Oli­vier comme di­rec­trice ar­tis­tique. Elle sait de quoi elle parle.

LE FAN­TÔME DU BYE-BYE…

Elle as­sure que ja­mais dans tout ce pro­ces­sus de créa­tion, elle a été han­tée par le fan­tô­me­du­der­nier

« L’humour est un art po­pu­laire, les hu­mo­ris­tes­sont­des­chro­ni­queurs­de­leur temps. Il peut y avoir des in­ci­dents de par­cours. Les hu­mo­ristes ne peuvent être mar­qué­sau­fer­rou­geà­cau­se­de­ce­laet­mar­cher­sur­de­soeufs.Ilyaeuun­faux­pa­se­ton pas­seàau­tre­chose.Jen’em­bar­que­pas dans­cet­teen­flu­re­mé­dia­tique»,af­fir­me­la di­rec­trice de l’École de l’humour.

Sé­lec­tion­nés pour l’Oli­vier de l’an­née, les Chick’n Swell in­vitent les té­lé­spec­ta­teurs à dé­cou­vrir leur monde ima­gi­naire.

« La pres­sion est forte, on le sait. Mais il faut pas vi­rer fou avec ce­la. C’est un spec­tacle, nous avons fait nos de­voirs et on va ré­pondre aux at­tentes », disent les trois Chick’n Swell apeu­rés mais confiants.

« Ils sont in­ven­tifs, créa­tifs et gé­niaux… Ça de­vrait bien al­ler », dit en ter­mi­nant Louise Ri­cher qui en a vu d’autres.

PHOTO JO­CE­LYN MA­LETTE GRAPHISME BE­NOIT DUS­SAULT

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.