Fi­dèle en mu­sique, fi­dèle en ami­tié

C’est à Qué­bec, lors du spec­tacle Cé­line et ses in­vi­tés, sur les plaines d’Abra­ham, en août der­nier, que Za­cha­ry Ri­chard a eu l’idée d’un duo avec Cé­line Dion.

Le Journal de Quebec - Weekend - - WEEKEND - Serge Drouin

20 ANS

EN AN­GLAIS

Za­cha­ry Ri­chard et Cé­line Dion se connaissent de­puis plus de 20 ans. « Je l’avais ren­con­trée lors d’un congrès de So­ny. Elle n’était pas la grande ve­dette d’au­jourd’hui. C’est en grande par­tie grâce à ce que re­pré­sente la chan­son L’arbre est dans ses feuilles pour elle et sa fa­mille si elle m’a in­vi­té sur les Plaines. »

Pour le chan­teur, cette ren­contre avec Cé­line sur les Plaines a été une grande dé­cou­verte. « J’ai tou­jours eu beau­coup d’ad­mi­ra­tion pour Cé­line, son grand coeur, mais lors de ce spec­tacle, j’ai dé­cou­vert à quel point elle pou­vait se glis­ser fa­ci­le­ment dans mon uni­vers », si­gnale Ri­chard.

« Quand j’ai pro­po­sé à Cé­line et à Re­né un duo sur mon pro­chain al­bum, ils ont tout de suite ac­cep­té. Elle au­rait pu dire non; dire que nos uni­vers ne se res­sem­blaient pas. J’au­rais com­pris. Je sa­vais que Cé­line Dion était une fa­bu­leuse chan­teuse, mais je ne sa­vais pas qu’elle pou­vait com­prendre mon monde, mes émo­tions de la sorte », ajoute le chan­teur.

Za­cha­ry Ri­chard pro­pose ac­tuel­le­ment un nou­vel al­bum en an­glais, Last Kiss. Plus de 15 ans sé­parent ce disque du der­nier opus an­glo­phone du chan­teur. « La ques­tion lin­guis­tique m’est en quelque sorte se­con­daire. Moi, ce qui m’im­porte, c’est de trans­mettre des émo­tions au pu­blic, peu im­porte la langue dans la­quelle je les chante », dit Ri­chard.

Le chan­teur aime com­pa­rer les deux cultures qu’il pos­sède à ses mains.

« Si on m’en­le­vait une de mes deux mains, ce se­rait dif­fi­cile », note-t-il. Ce nou­vel al­bum an­glais, Za­cha­ry Ri­chard dit qu’il est sans doute le plus afro-loui­sia­nais, même le plus loui­sia­nais des disques qu’il ait concoc­tés jus­qu’à pré­sent. « De par les su­jets que j’y aborde, le rythme des chan­sons, la so­li­da­ri­té pour le peuple aca­dien », dit-il.

Za­cha­ry Ri­chard ex­plique que ce disque au­rait pu sor­tir en même temps que Lu­mières dans le noir, son der­nier cru fran­co­phone.

« Avec Lu­mières dans le noir, je pen­sais, au dé­part, faire un disque moi­tié an­glais moi­tié fran­çais. Ça au­rai pu être un double, un disque fran­çais et un disque an­glais. Fi­na­le­ment, ça ne s’est pas réa­li­sé », dit la ve­dette.

Le chan­teur croit que son pu­blic amé­ri­cain et an­glo­phone ne l’a pas ou­blié mal­gré ses 15 ans d’ab­sence. « D’après ce que je vois quant aux ventes et à la ra­dio, mon pu­blic est de­meu­ré fi­dèle. Ça a été la même chose lorsque je suis re­ve­nu au Qué­bec avec Coeur en­ra­gé, après une ab­sence aus­si de 15 ans. Le pu­blic était tou­jours là », ter­mine-t-il.

Sur son plus ré­cent disque, Last Kiss, le Loui­sia­nais et la Qué­be­coise in­ter­prètent Aca­dian Drift­wood. « C’est une chan­son qui ra­conte l’his­toire des Aca­diens. L’im­por­tant, pour Cé­line et moi, c’est le mes­sage qu’elle vé­hi­cule, un mes­sage de cou­rage, de la com­pas­sion et du par­don dont ont fait preuve les Aca­diens au cours de l’his­toire », dit Ri­chard en par­lant de cette chan­son.

PHOTO LES ARCHIVES

Za­cha­ry Ri­chard voue une grande ad­mi­ra­tion pour Cé­line Dion, une femme au grand coeur.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.