APRÈSCANNES,WA­SHING­TON

WA­SHING­TON | (AFP) L’ac­teur haïtien Jim­my Jean-Louis a quit­té le Fes­ti­val de Cannes, mar­di, pour ve­nir faire cam­pagne à Wa­shing­ton au­près d’élus du Congrès afin d’ai­der les en­fants dé­fa­vo­ri­sés d’Haïti.

Le Journal de Quebec - Weekend - - CINÉMA -

« L’ex­trême pau­vre­té, qui n’est qu’à deux heures de Wa­shing­ton, im­pose une vie ter­rible à ces en­fants — cer­tains ayant seule­ment cinq ans — qui vivent dans la rue, se joignent à des gangs, sont ex­ploi­tés », a dit le co­mé­dien nom­mé Am­bas­sa­deur de bonne vo­lon­té pour Haïti par l’or­ga­ni­sa­tion non gou­ver­ne­men­tale Pan Ame­ri­can De­ve­lop­ment Foun­da­tion (PADF).

Quelque 200 000 en­fants haï­tiens vivent dans la rue, a-t-il af­fir­mé. La cam­pagne, bap­ti­sée ItooAmHai­ti (Moi aus­si, je suis Haïti), vise à le­ver des fonds pour fi­nan­cer les pro­grammes d’aide de l’or­ga­ni­sa­tion PADF, qui consacre chaque an­née entre 12 et 14 mil­lions de dol­lars à des ac­tions sur le ter­rain en Haïti.

HE­ROES

L’ac­teur de 41 ans, un des pro­ta­go­nistes de la sé­rie té­lé­vi­sée amé­ri­caine à suc­cès He­roes, a ren­con­tré un groupe de par­le­men­taires amé­ri­cains au Congrès et a plai­dé pour que da­van­tage de fonds soient ap­por­tés à l’aide à l’en­fance en Haïti. « À tra­vers une pe­tite par­tie de mon ex­pé­rience, je peux faire pas­ser un mes­sage », a-t-il as­su­ré, ex­pli­quant avoir gran­di sans élec­tri­ci­té ni eau cou­rante avant de quit­ter l’île, à 12 ans, pour la France, où sa mère tra­vaillait comme femme de mé­nage.

Main­te­nant ins­tal­lé à Hol­ly­wood, le co­mé­dien veut té­moi­gner « en tant que jeune Haïtien qui est ar­ri­vé là où il est. Mais il ne faut pas que ce soit le fu­tur pour chaque en­fant, qu’il ne soit pas obli­gé de quit­ter son pays pour réus­sir », a ajou­té Jim­my Jean-Louis.

PLU­SIEURS LONGS MÉ­TRAGES

Par­mi la quin­zaine de films de sa car­rière, Jim­my Jean-Louis a tour­né plu­sieurs longs mé­trages sur son pays, dont Cou­sines, de Ri­chard Se­ne­cal, Le pré­sident a-t-il le si­da?, d’Ar­nold An­to­nin, et tout ré­cem­ment, Mo­lock Tropical, du grand réa­li­sa­teur haïtien Raoul Peck sur les 24 heures d’un dic­ta­teur de l’île.

Le co­mé­dien, qui af­firme res­sen­tir « un fré­mis­se­ment » de re­prise et de sta­bi­li­té en Haïti, s’est par ailleurs ré­joui de la no­mi­na­tion, mar­di, de l’an­cien pré­sident des États-Unis Bill Clin­ton en tant qu’émis­saire spé­cial de l’ONU pour Haïti. « On a peu­têtre al­lu­mé un pe­tit feu », es­père-t-il.

PHOTO AFP

Jim­my Jean-Louis a gran­di sans élec­tri­ci­té ni eau cou­rante!

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.