Mets raf­fi­nés... pour em­por­ter!

Dé­gus­ter les mets raf­fi­nés à em­por­ter de la bou­tique gour­mande Terre et Mer, c’est s’of­frir un re­pas de chef à la mai­son, au bu­reau ou à l’école.

Le Journal de Quebec - Weekend - - SAVEURS -

Seule der­rière le comp­toir de sa pe­tite bou­tique gour­mande, la chef Marie-Lu­cie Cré­peau est à l’oeuvre en at­ten­dant de re­ce­voir ses pro­chains clients. Sa cui­sine à aire ou­verte lui per­met d’être en contact avec sa clien­tèle, en plus de dé­mys­ti­fier son tra­vail au­près d’elle, puisque les gens peuvent l’ad­mi­rer pen­dant qu’elle crée. « J’ai du temps pour chou­chou­ter ma clien­tèle », se ré­jouit Mme Cré­peau. Puis, lors de leur vi­site, les clients se laissent sé­duire par les par­fums qui émanent des four­neaux.

« Ce sont des gens qui cui­sinent eux-mêmes très bien, qui aiment dis­cu­ter gas­tro­no­mie, mais qui manquent par­fois de temps. J’aime leur faire goû­ter mes plats et en­tendre leurs com­men­taires », dit-elle. Ceux-ci sont sou­vent agréa­ble­ment sur­pris, car la chef aime confron­ter les sa­veurs. Pour elle, il est im­por­tant d’ame­ner les gens à dé­ve­lop­per leurs goûts. « Les gens qui aiment la rou­tine ne se­ront pas heu­reux ici », dit-elle.

« Beau­coup de per­sonnes qui avaient l’ha­bi­tude d’al­ler au res­tau­rant ont di­mi­nué leur bud­get. Alors, ils viennent plu­tôt cher­cher un plat ici, pour deux fois moins cher, et peuvent se gâ­ter un peu », dit Mme Cré­peau. Pas be­soin d’ap­pe­ler une gar­dienne et de cher­cher un sta­tion­ne­ment… On dé­guste un re­pas digne d’un res­tau­rant chez soi.

CUI­SINE AT­TEN­TION­NÉE

De plus, Mme Cré­peau prend soin d’uti­li­ser des pro­duits mai­son, comme ses fonds et ses fu­mets. Elle dé­graisse ses sauces et ses viandes, uti­lise des mé­thodes de cuisson san­té et ac­com­pagne ses plats de lé­gumes. Voi­là une chef très at­ten­tion­née! « Je prône le cô­té ar­ti­sa­nal en n’uti­li­sant au­cun agent de conser­va­tion et en contrô­lant le sel », as­sure-t-elle.

Chaque se­maine, Mme Cré­peau concocte quatre mets frais à em­por­ter ven­dus à par­tir de 10 $, qu’il suf­fit de dé­po­ser trois mi­nutes au four à mi­cro-ondes avant de le dé­gus­ter à la mai­son, au tra­vail ou à l’école.

Au gré des se­maines, on peut re­trou­ver dans son comp­toir du cerf brai­sé à la man­da­rine, du mer­lu far­ci aux cre­vettes et aux épi­nards, un vol-au-vent de ca­nard ou une sau­cisse de Tou­louse, par exemple. Il y a tou­jours un mets de pois­son, un plat de gibier et deux autres mets qui va­rient se­lon les goûts de la chef.

Le congé­la­teur de la bou­tique gour­mande Terre et Mer est rem­pli de pe­tits dé­lices mis sous vide dès leur pré­pa­ra­tion, comme des en­trées de ra­vio­lis, des sauces mai­son, un pot-au-feu de porc, une pael­la, une blan­quette de veau, un os­so bu­co de veau, etc.

Mme Cré­peau pro­pose éga­le­ment des re­pas gas­tro­no­miques quatre ser­vices lors de fêtes, que les clients n’ont qu’à ré­chauf­fer et à mon­ter dans les as­siettes se­lon les conseils de la chef. Ain­si, les hôtes peuvent pas­ser un maxi­mum de temps avec leurs in­vi­tés. Il n’est pas né­ces­saire de faire les em­plettes, de dé­bal­ler les sacs, de cui­si­ner pen­dant des heures et d’an­gois­ser à l’idée que le re­pas ne soit pas prêt à temps. Des buf­fets froids de type cocktail dî­na­toire, qu’on dé­guste avec les mains, sont aus­si of­ferts.

PHOTO DA­NIEL MAL­LARD

De­puis l’ou­ver­ture de sa nou­velle bou­tique gour­mande Terre et Mer sur le che­min Sainte-Foy, Ma­rieLu­cie Cré­peau a plus de temps pour chou­chou­ter sa clien­tèle.

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.