UNE PAUSE BIEN MÉ­RI­TÉE APRÈS LA FIN DE LEUR TOUR­NÉE

Quand ils ter­mi­ne­ront leur tour­née La ligne orange à la fin du mois, les membres de Mes Aïeux se met­tront en mode pause. Pause pour que cha­cun des membres re­prenne ses pro­jets per­son­nels, pause pour une par­ti­ci­pa­tion aux Jeux olym­piques de Vancouver en fé

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - Serge Drouin Le Jour­nal de Qué­bec

« C’est bon pour tout le monde de prendre une pause, s’oc­cu­per de ses pro­jets en de­hors de Mes Aïeux. Il faut vivre, c’est bon pour la créa­tion », dit l’un des membres du groupe, Be­noît Archambault, qui ne sait pas sur quel pro­jet pré­cis il plan­che­ra du­rant ce temps d’ar­rêt. « J’ai plein de choses sur la table, je ne sais pas ce qui va sor­tir de là », men­tionne-t-il. Son frère, Sté­phane, ne sait pas non plus ce que lui ré­serve son agen­da. « On m’a de­man­dé des dis­po­ni­bi­li­tés pour cer­tains pro­jets. Je dois voir », lance-t-il.

TOUR­NÉE

Pour le mo­ment, Mes Aïeux, cou­ron­né groupe de l’an­née au der­nier gala de l’ADISQ, ter­mine sa tour­née La ligne orange. Une tour­née moins longue que la pré­cé­dente. Par choix. « Nous ne vou­lions pas fi­nir cette tour­née comme la der­nière, c’est-à-dire la langue à terre », note Be­noît Archambault.

Faut dire que les membres de Mes Aïeux se dé­mènent comme des diables dans l’eau bé­nite sur une scène. « Nous n’avons pas be­soin de nous en­traî­ner pour être en forme. Faire des spectacles, ça de­vient mon car­dio », sou­ligne Sté­phane Archambault. Sur scène, le groupe pri­vi­lé­gie les pièces de son plus ré­cent disque, La ligne orange. « Nous n’ou­blie­rons pas de chan­ter ce qu’on pour­rait ap­pe­ler nos clas­siques. Il faut être res­pec­tueux des gens qui nous suivent de­puis des an­nées », ex­plique Be­noît Archambault.

UN NOU­VEL AL­BUM

Ce n’est qu’à l’au­tomne 2010 que Mes Aïeux se pla­ce­ra en phase com­po­si­tion de nou­veau ma­té­riel. Un al­bum de­vrait pa­raître en 2011. Mal­gré tout le suc­cès qu’il ob­tient, Mes Aïeux ne res­sent pas de pres­sion en re­gard de l’écri­ture de nou­velles pièces. « Nous avons sur­tout res­sen­ti de la pres­sion après le suc­cès de Dé­gé­né­ra­tion. Avec cette chan­son, il nous est ar­ri­vé un nou­veau pu­blic. Ça a pris une telle am­pleur qu’on se de­man­dait si on al­lait être le groupe d’un seul suc­cès. »

Mais l’ave­nir a ras­su­ré les Aïeux, qui ont ven­du plus de 80 000 exem­plaires de La ligne orange. Dans le contexte ac­tuel du mar­ché, les mu­si­ciens sont contents. « Le mar­ché du disque et des spectacles est dif­fi­cile en ce mo­ment. Nous, nous avons été au coeur même de la crise éco­no­mique car les billets des spectacles que nous pré­sen­tons main­te­nant ont été ven­dus alors qu’il était ques­tion de crise éco­no­mique à ve­nir. Là, c’est la A (H1N1) qui fait des siennes. Cer­tains ont peur de sor­tir à cause de ça », sou­ligne Sté­phane Archambault. « Dis au monde qu’il y au­ra séance de vaccination à l’en­tracte », ter­mine à la blague son fran­gin, Be­noît. Et pour­tant, les salles de Mes Aïeux sont plus sou­vent pleines qu’au­tre­ment. Mes Aïeux se­ra en spec­tacle le 22 dé­cembre à la salle Al­bert-Rousseau de Qué­bec et au Club So­da de Mon­tréal les 28 et 29 dé­cembre.

PHOTO LES ARCHIVES, DA­NIEL MAL­LARD

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.