Sé­dui­sant pour les grands, mais créé pour les pe­tits

Après avoir to­ta­le­ment sé­duit le pu­blic avec Le fil de l’his­toire, Ha­rold Rhéaume s’amène en so­lo avec Va­ria­tions mé­ca­niques, un spec­tacle conçu pour les en­fants à par­tir de cinq ans... et leurs pa­rents.

Le Journal de Quebec - Weekend - - LA UNE - De­nise Mar­tel Le Jour­nal de Qué­bec

« J’ai fait quelques cho­ré­gra­phies des­ti­nées à un pu­blic pré-ado­les­cent, mais avec Va­ria­tions mé­ca­niques, c’était la pre­mière fois qu’on me de­man­dait de faire une créa­tion pour des en­fants aus­si jeunes », pré­cise le cho­ré­graphe et dan­seur Ha­rold Rhéaume, joint par té­lé­phone alors qu’il était en tour­née avec Nu, sa plus ré­cente cho­ré­gra­phie.

Pré­sen­tée pour la pre­mière fois à Qué­bec au­jourd’hui et demain, à 15 h, au Mu­sée de la ci­vi­li­sa­tion en col­la­bo­ra­tion avec La Ro­tonde, Va­ria­tions mé­ca­niques a été of­ferte plu­sieurs fois en France de­puis sa créa­tion, en 2007. En fait, c’est la pre­mière cho­ré­gra­phie d’Ha­rold Rhéaume et sa com­pa­gnie Le Fils d’Adrien danse, ins­tal­lée à Qué­bec en 2000, à voir le jour outre-mer.

« La pre­mière amorce s’est faite en 2004 lors d’un sé­jour en France avec un autre spec­tacle. J’ai été pres­sen­ti par deux ins­ti­tuts im­por­tants à Paris pour créer une oeuvre des­ti­née au jeune pu­blic. Le genre d’offre qui ne se re­fuse pas, d’au­tant plus que ce­lui de Cré­teil me prê­tait la salle pen­dant plus d’un mois pour créer avec tout l’équi­pe­ment né­ces­saire et même un stu­dio mul­ti­mé­dia.

« J’étais vrai­ment bien en­tou­ré et ça m’a per­mis de créer dans un cadre plus fa­cile, de m’aban­don­ner à la créa­tion », ajoute le cho­ré­graphe, pré­ci­sant être ha­bi­tué de créer à moins que ça, avec un bud­get beau­coup plus li­mi­té. Il sou­ligne que créer pour des en­fants de cinq ans de­mande une ap­proche dif­fé­rente, mais sur­tout pas gna­gnan.

« Il ne faut pas oublier qu’en France, les en­fants sont sur les bancs d’école à par­tir de trois ans et sont confron­tés très tôt à des pro­po­si­tions cultu­relles va­riées, dont la danse contem­po­raine. Les pro­duc­teurs ne vou­laient pas d’un spec­tacle qui in­fan­ti­li­se­rait les jeunes et, pour moi, c’était un su­per beau dé­fi. Je suis seul sur scène et je ne vou­lais pas faire le clown, de là Va­ria­tions mé­ca­niques. Le parent peut se sen­tir in­ter­pel­lé au­tant qu’un en­fant », dit le cho­ré­graphe ori­gi­naire de Lac-Saint-Charles. Seul sur scène, Ha­rold Rhéaume croise deux étranges sculp­tures qui lui servent de partenaires sur­pre­nants, ce qui lui per­met de faire un clin d’oeil aux films d’ani­ma­tion de Nor­man McLa­ren, à la fan­tai­sie de Char­lie Cha­plin et à son idole Fred As­taire.

« Il a été mon pre­mier flirt avec la danse. Il m’a ébloui par sa fa­çon élé­gante d’ex­pri­mer ses émo­tions avec son corps. Au dé­part, je me des­ti­nais à une car­rière d’ac­teur, j’avais même pas­sé une au­di­tion au Con­ser­va­toire de Qué­bec et, après l’avoir vu au ci­né­ma, je suis al­lé pas­ser une au­di­tion à l’École de danse de Qué­bec. J’avais 20 ans », se rap­pelle le dan­seur.

PHOTO COUR­TOI­SIE

Newspapers in French

Newspapers from Canada

© PressReader. All rights reserved.